La réponse du Préfet du Gard

 

Le 4 avril le comité sollicite le Préfet :

Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège
adresse postale :
Madame MICHARD
Lycée Charles Gide
Place Bosc
30700 – UZES
adresse électronique :
cdsespu30@laposte.net

à

Monsieur Thierry Lataste
Préfet de la Région Languedoc-Roussillon
Préfet de l’Hérault
34 Place des Martyrs de la Résistance
34062 MONTPELLIER

Uzès, le 05 avril 2013

Objet : Restructuration des Lycées d’Uzès

Monsieur le Préfet de la Région Languedoc-Roussillon,

Nous nous tournons vers vous au nom du Comité de Défense et de Soutien aux Etablissements Scolaires Publics de l’Uzège qui s’est constitué en octobre 2012 et agit pour obtenir l’engagement des travaux de restructuration des Lycées d’Uzès.

En décembre 2011, Christian Bourquin, Président de Région, s’était adressé à Claude Baland, alors Préfet de Région, sur ce même sujet. Dans son courrier, il sollicitait un arbitrage pour sortir de la situation de blocage administratif où le dossier se trouve enlisé depuis des années. Monsieur Claude Baland avait confié à Monsieur le Préfet du Gard la mission de rencontrer les différents acteurs : Conseil Régional, DRAC, Bâtiments de France, Collectivités locales. Son intervention, fin mars 2012, avait permis que les Bâtiments de France et les services de la Région s’accordent sur une nouvelle base de travail, c’est-à-dire sur un projet intégré au secteur sauvegardé de la ville d’Uzès.

Si la situation a évolué, notre inquiétude persiste toutefois quand on nous annonce un début des travaux tantôt pour 2014, tantôt pour 2015. Les diverses administrations mettent en avant les délais indispensables à la mise en place des procédures.
Nous attendons toujours, par exemple, la réponse sur la nécessité d’entreprendre une vérification du sous-sol. Pourtant, les responsables du service d’archéologie de la DRAC ont été contactés depuis plus de deux mois par le Conseil Régional à ce sujet.
Une réponse rapide permettrait d’éviter qu’au moment du début des travaux, on découvre la présence d’un site archéologique à préserver, ce qui retarderait d’autant le projet de restructuration.

Nous avons la plus grande difficulté à entrer en contact avec le cabinet Duval en charge de l’esquisse d’implantation des futurs bâtiments. Nous craignons que la commission DRAC-Bâtiments de France ne demande, notamment sur la question des hauteurs du futur bâtiment, un délai de réflexion qui modifierait à nouveau le calendrier prévisionnel du projet.

En gestation depuis 10 ans, la rénovation des lycées d’Uzès est devenue une priorité, une urgence nécessitant l’accélération, voire un allègement des diverses procédures. Nous sommes convaincus qu’elles peuvent l’être, tout comme les délais d’instruction peuvent être raccourcis : ce serait dans ce cas précis faire preuve d’exemplarité en répondant au désir et à l’engagement de «simplification» du Président de la République lors de sa dernière intervention télévisée et déjà mis en œuvre lors du séminaire du comité interministériel pour la modernisation de l’action publique du 02 avril.

Vous seul, Monsieur le Préfet, pouvez intervenir, au nom de l’Etat, pour rappeler l’importance primordiale d’un effort de toutes les instances concernées pour accélérer un projet d’intérêt général, qui touche les conditions d’accueil et d’études de quelque 1500 élèves dans des établissements publics. Certains maires et élus du secteur de recrutement, invités à visiter les locaux existants et le site prévu pour l’agrandissement le 27 mars, ont pu mesurer le temps perdu. La presse s’en est fait l’écho. Ces élus apportent leur soutien aux démarches du collectif.
Certains conseils municipaux, par délibération, ont adressé au Président de Région une protestation énergique face aux retards accumulés. Nous nous permettons de joindre une copie de ces documents à notre lettre.

Compte tenu de ces éléments, nous sommes assurés que vous voudrez bien prendre nos demandes en considération. Nous tenons à vous remercier, par avance, de l’aide que vous voudrez bien nous apporter dans ce dossier qui n’a que trop «traîné».

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre plus profond respect et de notre considération confiante.

Le bureau du CDSESPU,
Nicole Bouyala, Michel Huet, Emmanuelle Michard, Odile Pernin-Vidal, Bernard Rieu, Franck Tichadou

 

Voici la réponse :

La réponse du Préfet du Gard reponse-prefet-06_05_13



Invitation

Invitation dans Collectif éducation invitation-15_05_13



Compte rendu de la journée du 27 mars 2013 organisée par le CDSESPU

Pose de la 1ère pierre symbolique de la Halle de sport du collège JL. Trintignant

Une quarantaine de personnes, élus, parents, élèves, enseignants était présente pour la pose de la premièrepierre de la Halle de sport du collège JL. Trintignant sur le site de la ZAC Mayac.

Ce nouvel équipement impactera l’ensemble des élèves scolarisés à Uzès dans la mesure où il permettra de libérer les créneaux des autres installations sportives utilisés actuellement par le Collège. Les clubs sont aussi concernés.

Cette action symbolique a montré la détermination citoyenne, la mobilisation des parents, des communautés éducatives, des élus pour qu’enfin ce projet attendu depuis 2003 devienne réalité.

 

Visite des lycées d’Uzès et du site de l’ancienne gendarmerie par les élus du secteur de recrutement des établissements

Etaient présents des élus de Comps, Montfrin, Aubussargues, Collorgues, St Dézéry, Argilliers, Collias, Meynes, Remoulins, St Bonnet, Blauzac, Montaren, Flaux, Fontareches, Lussan, St Laurent la Vernède, St Quentin la Poterie, St Victor des Oules, Vallabrix et Vallerargues ; l’attachée parlementaire de notre député.

Etaient excusés les élus de Belvezet, La Capelle Masmolène, La Bastide d’Engras, Foissac, Euzet, Castillon du Gard et Aigaliers.

Nous ne pouvons que regretter l’absence d’élus de la Mairie d’Uzès !

Le projet de restructuration date de juillet 1998 ! Depuis 15 ans que s’est-il passé :

- 2001, la Région, suite à une étude, prévoit d’étendre le lycée en créant des salles à usage pédagogique, des locaux administratifs et des logements de fonction mais rien n’est budgétisé

- 2002, le terrain de l’ancienne gendarmerie est disponible et la Proviseure de Gide, Mme Mounier, envisage la construction sur ce site d’un internat commun à Gide et Guynemer et le réaménagement du Centre d’accueil que la Mairie doit donner à la Région dès qu’elle aura fini de payer son financement. En effet le bâtiment est mis à la disposition du lycée, moyennant un loyer payé par la Région, la commune se réservant la possibilité d’utiliser les locaux pour son propre usage en dehors du temps scolaire. L’accord conclu avec la Région visait à céder l’internat au terme du remboursement de l’emprunt. Le bâtiment est aujourd’hui amorti.

- 2007, suite aux actions menées par la communauté éducative, les parents d’élèves, la Région finalise le projet de 2001 reconnu urgent depuis 2004.

- 2010, la Région s’engage à budgétiser le projet.

- La délibération du conseil régional est adoptée en 2011 mais le projet prend du retard suite à un défaut de communication avec la mairie. Une difficulté a surgi : il faut prendre en compte les contraintes urbanistiques du secteur sauvegardé.

- 2012, lors de la réunion publique sur le parvis de Guynemer, les élus locaux, le député échangent mais sans la présence d’un représentant de la Région !

- 2012, le CDSESPU est créé et compte aujourd’hui près de soixante membres.

- 2013, le CDSESPU a mené depuis plusieurs actions dont la signature d’une pétition remise à la Région, des réunions publiques régulières, des actions de sensibilisation (réunions de parents, journée de la Truffe…), l’envoi d’une proposition de  délibération à faire voter aux conseils municipaux des 57 communes du secteur de recrutement de Gide. Pour l’heure, 16 communes ont adopté la délibération.

Après la visite du site de l’ancienne gendarmerie commentée par des membres du CDSEPU, Mme Troussier, proviseure, présente les ateliers du Lycée des Métiers d’Art Georges Guynemer, M Boyer, proviseur de Gide, montre les extérieurs de son lycée.

La visite se termine au centre d’accueil afin que chacun puisse s’exprimer. Nicole Bouyala rappelle alors le combat des années 70 pour la sauvegarde du lycée Gide. Pour finir, les présents signent une déclaration commune qui sera transmise à la Région mais aussi au Recteur de l’Académie et au Préfet du Gard.

Bilan : les élus ont pu découvrir le site et le potentiel qu’il recèle pour un projet de modernisation des deux établissements.

La démarche du collectif visant à accélérer la  mise en œuvre des travaux a été bien comprise, et  approuvée par les élus qui s’étaient réunis.

Une autre action de  sensibilisation sera organisée au Centre social de Saint-Quentin la Poterie le mercredi 15 mai à 18h, en direction du public, parents et citoyens de l’Uzège dont le soutien est indispensable pour parvenir au résultat que nous souhaitons tous : la concrétisation, d’ici la fin de l’année, d’un programme cohérent et ambitieux  qui réponde aux besoins immédiats et au développement futur des deux lycées.

 

 

 

 



Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège sollicite le Préfet de Région

Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège
adresse postale :
Madame MICHARD
Lycée Charles Gide
Place Bosc
30700 – UZES
adresse électronique :
cdsespu30@laposte.net

à

Monsieur Thierry Lataste
Préfet de la Région Languedoc-Roussillon
Préfet de l’Hérault
34 Place des Martyrs de la Résistance
34062 MONTPELLIER

Uzès, le 05 avril 2013

Objet : Restructuration des Lycées d’Uzès

Monsieur le Préfet de la Région Languedoc-Roussillon,

Nous nous tournons vers vous au nom du Comité de Défense et de Soutien aux Etablissements Scolaires Publics de l’Uzège qui s’est constitué en octobre 2012 et agit pour obtenir l’engagement des travaux de restructuration des Lycées d’Uzès.

En décembre 2011, Christian Bourquin, Président de Région, s’était adressé à Claude Baland, alors Préfet de Région, sur ce même sujet. Dans son courrier, il sollicitait un arbitrage pour sortir de la situation de blocage administratif où le dossier se trouve enlisé depuis des années. Monsieur Claude Baland avait confié à Monsieur le Préfet du Gard la mission de rencontrer les différents acteurs : Conseil Régional, DRAC, Bâtiments de France, Collectivités locales. Son intervention, fin mars 2012, avait permis que les Bâtiments de France et les services de la Région s’accordent sur une nouvelle base de travail, c’est-à-dire sur un projet intégré au secteur sauvegardé de la ville d’Uzès.

Si la situation a évolué, notre inquiétude persiste toutefois quand on nous annonce un début des travaux tantôt pour 2014, tantôt pour 2015. Les diverses administrations mettent en avant les délais indispensables à la mise en place des procédures.
Nous attendons toujours, par exemple, la réponse sur la nécessité d’entreprendre une vérification du sous-sol. Pourtant, les responsables du service d’archéologie de la DRAC ont été contactés depuis plus de deux mois par le Conseil Régional à ce sujet.
Une réponse rapide permettrait d’éviter qu’au moment du début des travaux, on découvre la présence d’un site archéologique à préserver, ce qui retarderait d’autant le projet de restructuration.

Nous avons la plus grande difficulté à entrer en contact avec le cabinet Duval en charge de l’esquisse d’implantation des futurs bâtiments. Nous craignons que la commission DRAC-Bâtiments de France ne demande, notamment sur la question des hauteurs du futur bâtiment, un délai de réflexion qui modifierait à nouveau le calendrier prévisionnel du projet.

En gestation depuis 10 ans, la rénovation des lycées d’Uzès est devenue une priorité, une urgence nécessitant l’accélération, voire un allègement des diverses procédures. Nous sommes convaincus qu’elles peuvent l’être, tout comme les délais d’instruction peuvent être raccourcis : ce serait dans ce cas précis faire preuve d’exemplarité en répondant au désir et à l’engagement de «simplification» du Président de la République lors de sa dernière intervention télévisée et déjà mis en œuvre lors du séminaire du comité interministériel pour la modernisation de l’action publique du 02 avril.

Vous seul, Monsieur le Préfet, pouvez intervenir, au nom de l’Etat, pour rappeler l’importance primordiale d’un effort de toutes les instances concernées pour accélérer un projet d’intérêt général, qui touche les conditions d’accueil et d’études de quelque 1500 élèves dans des établissements publics. Certains maires et élus du secteur de recrutement, invités à visiter les locaux existants et le site prévu pour l’agrandissement le 27 mars, ont pu mesurer le temps perdu. La presse s’en est fait l’écho. Ces élus apportent leur soutien aux démarches du collectif.
Certains conseils municipaux, par délibération, ont adressé au Président de Région une protestation énergique face aux retards accumulés. Nous nous permettons de joindre une copie de ces documents à notre lettre.

Compte tenu de ces éléments, nous sommes assurés que vous voudrez bien prendre nos demandes en considération. Nous tenons à vous remercier, par avance, de l’aide que vous voudrez bien nous apporter dans ce dossier qui n’a que trop «traîné».

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre plus profond respect et de notre considération confiante.

Le bureau du CDSESPU,
Nicole Bouyala, Michel Huet, Emmanuelle Michard, Odile Pernin-Vidal, Bernard Rieu, Franck Tichadou



Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège interpelle le Préfet du Gard

Comité de défense et de soutien

aux établissements scolaires publics de l’Uzège

adresse postale :

Madame MICHARD

Lycée Charles Gide

Place Bosc

30700 – UZES

adresse électronique :

cdsespu30@laposte.net

 

 

 

 

à

 

 

 

 

Monsieur le Préfet

Préfecture du Gard

10 avenue Feuchères

30045 Nîmes cedex 9

   

 

 

 

 
  Uzès, le 05 avril 2013

 

 

 

Objet : Restructuration des Lycées d’Uzès

 

 

 

Monsieur le Préfet du Gard,

 

 

Le 15 mars 2013, le Comité de Défense et de Soutien aux Etablissements Scolaires Publics de l’Uzège a sollicité de votre bienveillance une audience au cours de laquelle nous souhaitions aborder avec vous trois points et en particulier celui concernant la restructuration des Lycées d’Uzès.

 

Aujourd’hui, nous nous permettons de revenir vers vous car nous avons su apprécier votre intervention en mars 2012 auprès des différents acteurs : Conseil Régional, DRAC, Bâtiments de France, Collectivités locales.

 

Si la situation semble évoluer, notre inquiétude persiste quand on nous annonce un début des travaux tantôt pour 2014, tantôt pour 2015. Les diverses administrations mettent en avant les délais indispensables à la mise en place des  procédures.

Nous attendons toujours, par exemple, la réponse sur la nécessité d’entreprendre une vérification du sous- sol. Pourtant, les responsables du service d’archéologie de la DRAC ont été contactés depuis plus de deux mois par le Conseil Régional à ce sujet.

Une réponse rapide permettrait d’éviter qu’au moment du début des travaux, on découvre la présence d’un site archéologique à préserver, ce qui retarderait d’autant le projet de restructuration.

 

Nous avons la plus grande difficulté à entrer en contact avec le cabinet Duval en charge de l’esquisse d’implantation des futurs bâtiments. Nous craignons que la commission DRAC-Bâtiments de France ne demande, notamment sur la question des hauteurs du futur bâtiment, un délai de réflexion qui modifierait à nouveau le calendrier prévisionnel du projet.

 

Comme vous l’avez souligné lors de la rencontre que vous avez provoquée, il s’agit d’une question d’intérêt général qui nécessite donc une accélération, voire un allègement des diverses procédures. Nous sommes convaincus qu’elles peuvent l’être, tout comme les délais d’instruction peuvent être raccourcis : ce serait dans ce cas précis faire preuve d’exemplarité en répondant au désir et à l’engagement de «simplification» du Président de la République lors de sa dernière intervention télévisée et déjà mis en œuvre lors du séminaire du comité interministériel pour la modernisation de l’action publique du 02 avril.

 

Vous seul, Monsieur le Préfet, pouvez intervenir, au nom de l’Etat, pour rappeler l’importance primordiale d’un effort de toutes les instances concernées pour accélérer un projet sensible, qui touche les conditions d’accueil et d’études de quelque 1500 élèves dans des établissements publics. Certains maires et élus du secteur de recrutement, invités à visiter les locaux existants et le site prévu pour l’agrandissement le 27 mars, ont pu mesurer le temps perdu. La presse s’en est fait l’écho. Ces élus apportent leur soutien  aux démarches du collectif.

Certains conseils municipaux, par délibération, ont adressé au  Président de Région une protestation énergique face aux lenteurs du projet. Nous nous permettons de joindre une copie de ces documents à notre lettre.

 

 

Compte tenu de ces éléments, nous sommes assurés que vous voudrez bien prendre nos demandes  en considération. Nous tenons à vous remercier, par avance, de l’aide que vous voudrez bien nous apporter dans ce dossier qui n’a que trop «traîné».

 

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre plus profond respect et de notre considération confiante.

 

 

 

  Le bureau du CDSESPU,

Nicole Bouyala, Michel Huet, Emmanuelle Michard, Odile Pernin-Vidal, Bernard Rieu, Franck Tichadou

 

 

 

 

 

 

 

 



Les membres du CDSESPU et les parents d’élèves FCPE écrivent aux délègués communautaires de la CCPU

Madame, Monsieur le(a) Délégué(e) de la Communauté de Communes Pays d’Uzès,

 

En sa réunion du 18 mars 2013, le Conseil Communautaire de la CCPU a enterré le projet de Centre aqualudique.

 

Le Comité de Défense et de Soutien aux Etablissements Scolaires Publics de l’Uzège et les Conseils Locaux FCPE primaire et secondaire ne peuvent que s’indigner de cette décision. En effet, ils tiennent à porter à votre connaissance que :

  • l’apprentissage scolaire de la natation est une priorité nationale inscrite dans la loi ;
  • les enseignants de CM2 doivent renseigner une Attestation de compétence à la pratique de la natation (document en Pièce Jointe) et que, par l’absence de piscine, les élèves de vos communes sont traités de façon inéquitable ;
  • selon des enquêtes menées par les enseignants d’Education Physique et Sportive, 30% des collégiens et lycéens d’Uzès n’ont pas acquis les niveaux en natation définis par les programmes de l’Education Nationale (contenus du palier 3 en annexe) ;
  • le savoir-nager est un item de la compétence 7 du palier 3 du Livret Personnel de Compétences que chaque collégien doit valider pour obtenir le Diplôme National du Brevet ;
  • les noyades constituent la deuxième cause de décès accidentel chez les enfants de moins de 15 ans.

 

Au-delà du lieu d’implantation, le CDSESPU et la FCPE souhaitent vivement la prise en compte par chaque délégué de l’intérêt général et plus particulièrement de la sécurité publique que revêt la construction d’une piscine en Uzège.

 

Les membres du CDSESPU et les parents d’élèves FCPE sont assurés que leurs remarques retiendront toute votre attention et que vous serez à même de reconsidérer le choix communautaire.

 

 

En attendant une attitude d’intérêt public, le CDSESPU et la FCPE vous prient d’agréer, Madame, Monsieur le(a) Délégué(e), l’expression de leur meilleure considération.

 

 

 

Pour le CDSESPU,

Michel HUET

Pour la FCPE primaire,

Caroline SEPET

Pour la FCPE secondaire,

Nathalie CARVALHO

 

 

 

 

 

 

 

Annexe (extrait du Bulletin Officiel n°28 du 14 juillet 2011) :

 

Troisième palier
Connaissances et capacités à évaluer au collège (si possible dès la 6ème, au plus tard en fin de 3ème) Indications pour l’évaluation.

L’évaluation s’effectue en réalisant le parcours complet.

Premier degré du savoir nager :

Compétence à nager en sécurité, dans un établissement de bains ou un espace surveillé (piscine, parc aquatique, plan d’eau calme à pente douce).

Connaissances et attitudes essentielles à vérifier :

- connaître les règles d’hygiène corporelle ;

- connaître les contre-indications ;

- prendre connaissance du règlement intérieur de l’installation nautique ;

- connaître et respecter le rôle des adultes encadrants.

Parcours de capacités, composé de 5 tâches à réaliser en continuité, sans reprise d’appuis au bord du bassin :

- sauter en grande profondeur ;

- revenir à la surface et s’immerger pour passer sous un obstacle flottant ;

- nager 20 mètres : 10 mètres sur le ventre et 10 mètres sur le dos ;

- réaliser un sur-place de 10 secondes ;

- s’immerger à nouveau pour passer sous un obstacle flottant

 

 

 



Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège dans la presse

Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège dans la presse ru-28-marsru-28-mars-suite1

 



Action lycées d’Uzès dans le Midi Libre

Action lycées d'Uzès dans le Midi Libre dans Actualités ml-action-lycees



Action lycées d’Uzès dans le journal de Fance 3



Action Halle des sports de Mayac dans le Midi Libre

Action Halle des sports de Mayac dans le Midi Libre dans Actualités ml-action-mayac1

 



12345...97

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES