Conseil d’Administration du lycée Charles Gide à UZES (du 3 décembre 2008) annulé

Un nouveau moyen d’action pour se faire entendre

Afin de protester contre la proposition de réforme du lycée présentée dans l’urgence par le Ministre de l’Education Nationale Xavier Darcos, des élèves, des parents et des personnels du lycée Charles Gide d’Uzès ont refusé de siéger au Conseil d’Administration du 3 décembre 2008.
Le quorum n’étant pas atteint le président a dû annuler la séance.

 

Cette réforme du lycée, proposée par le gouvernement le 21 octobre 2008, est inacceptable en l’état pour plusieurs raisons :

•    elle est précipitée (mise en application dès la rentrée 2009)

•    elle doit faire l’objet d’une expérimentation (lycées pilotes)

•    elle doit être réellement discutée avec tous les acteurs du système éducatif (élèves ; parents ; enseignants ; administration )

•    elle ne prend pas encore en compte le cycle terminal et son évaluation (baccalauréat ou contrôle continu)
•    elle ne permet pas, à ce jour, aux élèves de 3ème de s’orienter en toute connaissance de cause (effets d’annonce et changements multiples)
•    elle nécessite de nouveaux programmes et de nouveaux manuels qui ne pourront être prêts à temps
•    elle ne tient pas compte de l’évolution de la société (SES et sciences marginalisées)

C’est pourquoi nous demandons :
•    que cette réforme soit discutée et mise en place dans des délais plus longs après expérimentation
•    qu’il y ait une cohérence au niveau de toutes les classes (secondes, premières et terminales) du lycée



COMMUNIQUÉ DE L’INTERSYNDICALE DES ÉCOLES

SNUipp/FSU, SUD Education, SNE/CSEN, SNUDI-FO, CNT Education

Notre collègue Bastien Cazals, directeur de l’école maternelle Louise Michel à St Jean de Védas, est convoqué mercredi 3 décembre à 8H30 par l’Inspecteur d’Académie de l’Hérault.
Cette convocation fait suite à la lettre qu’il a adressée la semaine dernière au Président de la République dans laquelle il exprime ses sentiments et sa position par rapport aux réformes mises en œuvre dans l’Education Nationale par M. Darcos.

L’Intersyndicale apporte son entier soutien à Bastien Cazals et s’opposera à toute forme de sanction qui pourrait être prise par l’autorité académique. Notre collègue, par son initiative, incarne la résistance qui s’organise collectivement dans tout le département mais également dans tout le pays depuis la grève du 20 novembre, contre les réformes et mesures rétrogrades mises en place par M. le Ministre de l’Education nationale : RASED, maternelle, EPEP, nouveaux programmes, suppressions massives de postes…

Les fonctionnaires sont des citoyens qui ont droit à ce titre à la liberté d’expression, surtout quand elle est mise au service de la défense de notre patrimoine commun, l’école publique, laïque, mise à mal par M. Darcos.

L’Intersyndicale appelle tous les personnels à exprimer leur solidarité et leur soutien à Bastien Cazals en se rassemblant devant l’Inspection Académique mercredi 3 décembre à 8H30. Elle demande d’ores et déjà à l’Inspecteur d’Académie d’être reçue en même temps que Bastien Cazals.

Montpellier le 1er décembre 2008

La lettre de Bastien Cazals  au Président de la République est consultable sur le blog

http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com



REFORME DU LYCEE : Les professeurs de sciences économiques se mobilisent

Article du NouvelObs.fr

 

Les enseignants de sciences économiques et sociales vont manifester à Paris ce mercredi pour défendre la place de leur matière qu’ils jugent menacée par la réforme du lycée du ministre Xavier Darcos.

 

Les sciences économiques et sociales constituent la matière dominante de la série ES (Sipa)

Les sciences économiques et sociales constituent la matière dominante de la série ES (Sipa)

Les professeurs de sciences économiques et sociales se mobilisent mercredi 3 décembre, avec une manifestation et un meeting à Paris, pour défendre la place de leur matière qu’ils jugent menacée dans le cadre de la réforme du lycée.
Selon l’Association des professeurs de SES (Apses), les sciences économiques et sociales, qui « forment actuellement environ la moitié des élèves de seconde » et constituent la matière dominante de la série ES (un bachelier général sur trois), sont condamnées à « un déclin certain », si la réforme du lycée du ministre de l’Education Xavier Darcos n’est pas modifiée.
En effet, pour la classe de seconde, cette réforme prévoit de mettre les SES « en concurrence avec une quinzaine d’autres options ».

Tribune

« La réforme proposée par Xavier Darcos va marginaliser un enseignement en SES dont un des objectifs consiste à permettre aux élèves de mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent », indiquent lundi dans le journal Libération le président de l’Apses, Sylvain David, et cinq professeurs.
Une « Déclaration de Lyon », adoptée le 21 novembre par plusieurs associations et chercheurs, « demande au ministère de l’Education nationale d’engager une négociation sur la place de l’enseignement des SES afin que tous les élèves suivent cet enseignement en classe de seconde ».
Elle a été signée notamment par les sociologues Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Roger Establet, Bernard Lahire ou l’économiste Thomas Piketty.

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES