Venue de Nicolas Sarkozy le 13 janvier prochain à Nîmes

Ce que l’on sait pour l’instant de cette visite :

La venue de Nicolas Sarkozy est prévue dans le cadre des voeux aux milieux culturels ! Accompagné notamment de Christine Albanel, ministre de la Culture, le Président se rendra au Carré d’art et prononcera son discours devant 400 à 500 personnes.
Concernant l’organisation de ce déplacement de deux heures, Nicolas Sarkozy atterrira à Garons, devrait présenter ses voeux à la culture, visiter la collection permanente de Carré d’art et se rendre en mairie. Là, Jean-Paul Fournier lui remettra officiellement « l’expertise permettant d’anticiper le risque inondation » que le président lui avait commandée en septembre 2007 …

Source : Midi Libre

Les actions envisagées :
- Devant la Maison Carrée, rendez-vous vers 11H00 – 11H15 : mobilisation en nombre avec des gilets jaunes, des banderoles. Tenter de trouver des slogans communs qui permettront de rendre lisible notre message, du type : «L’école est en danger : de la maternelle à l’université,  Education Populaire menacée, Culture pour tous en danger ! »

- Distribution de tracts des différents collectifs (tract : l’école en danger, disponible sur ce site)
- Constituer une délégation qui tentera d’assister au discours du Président et qui tentera de remettre un dossier à ses collaborateurs



Les lycées sont appelés à une journée d’action

Article du Nouvel Obs.fr

 

Les syndicats lycéens appellent à une mobilisation ce jeudi, en prélude à un mois où syndicats enseignants et lycéens entendent hausser le ton pour faire reculer Xavier Darcos.

La Fidl et l'UNL appellent à une journée de mobilisation, alors que le gouvernement craint une reprise violente des manifestations après les fêtes (Reuters)

La Fidl et l’UNL appellent à une journée de mobilisation, alors que le gouvernement craint une reprise violente des manifestations après les fêtes (Reuters)

Les deux principales organisations lycéennes, l’UNL et la Fidl appellent à une journée de mobilisation, jeudi 8 janvier, en prélude à un mois où syndicats enseignants et lycéens entendent hausser le ton pour faire reculer le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, sur les suppressions de postes, après le report en décembre de la réforme du lycée.
Cette nouvelle journée d’action devrait être marquée par des assemblées générales dans les lycées, des actions d’information et des rassemblements. A Paris, un rassemblement est prévu au métro Sèvres-Babylone (VIIe arrondissement) à 14h00. Le défilé devra rallier la rue de Grenelle.

« Arrêt définitif des suppressions de postes »

L’UNL demande des « garanties » au gouvernement sur la prise en compte de ses revendications dans la future réforme du lycée. Plus largement, l’UNL et la Fidl réclament l’arrêt des suppressions de postes dans l’Education (13.500 prévues en 2009), en faisant un « préalable » à toute discussion sur la réforme.
« L’UNL demande l’arrêt définitif des suppressions de postes dans l’Education nationale, qu’elle pose comme condition préalable à toute négociation et éventuel accord sur la réforme du lycée », écrit-elle dans un communiqué.
« Si M. Darcos continue à s’entêter et ne revient toujours pas sur les suppressions de postes prévues l’année prochaine et jusqu’en 2012, l’UNL n’acceptera aucune discussion sur la réforme du lycée ».
13.500 suppressions de postes sont inscrites au budget 2009 et les syndicats craignent environ 40.000 suppressions dans les trois années à venir.
Dans un contexte général tendu (grogne croissante des lycéens, malaise global de la jeunesse en France et révoltes en Grèce), Xavier Darcos avait décidé le 15 décembre dernier, en accord avec le chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, de reporter d’un an la réforme du lycée, dont la mise en place pour la seconde était prévue à la rentrée 2009.

Manifestations importantes le 17 et le 29

Le ministre de l’Education nationale, qui veut « repartir de zéro » sur la question, entend mettre en place une « vaste consultation » tant au niveau national que local, incluant également parents d’élèves, associations familiales ou d’élus.
La base de départ demeurera un texte (« points de convergences, d’objectifs et les principes directeurs de la réforme ») signé avec les syndicats et les organisations lycéennes en juin et juillet.
Sur les suppressions de postes, le ministre martèle qu’il ne peut revenir sur un texte (le budget 2009) voté par le Parlement en décembre.
L’opposition aux suppressions de postes et aux mesures éducatives du gouvernement sont les thèmes forts des manifestations prévues partout en France le samedi 17 janvier et de la grève du 29 janvier, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle d’action.
L’annonce du report de la réforme du lycée a d’autre part « été ressentie comme un appel à renforcer les actions » ailleurs, notamment dans le primaire, où « on est dans un état de crise », explique Luc Bérille, secrétaire général du SE-Unsa.
Autre sujet de crispation important chez les professeurs des écoles : la suppression de 3.000 postes de « Rased » (spécialistes de la grande difficulté scolaire) en 2009.
« La capacité de mobilisation y est intacte », estime le Sgen-CFDT, alors que pour le SE-Unsa, « tous les ingrédients sont réunis pour une mobilisation extrêmement forte ».

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES