Communiqué de L’UNL

Logo UNL
L’UNL soutient le mouvement des lycéens de Guillaume Tirel
Les lycéens du lycée technologique et professionnel hôtelier Guillaume Tirel sont depuis le mardi 10 Février dans un mouvement de grève afin de protester contre l’attitude de la direction de l’établissement.

En effet, la direction du lycée Guillaume Tirel, situé dans le XIV arrondissement de Paris est suspectée de détournement de fonds du compte de pourboires du restaurant pédagogique. Ces fonds sont, en temps normal, destinés à l’utilisation exclusive des élèves afin de monter des projets pédagogiques dont les organisateurs sont soit les élus C.V.L du lycée, soit les responsables lycéens du F.S.E (Foyer Socio-Educatif).

A cela s’ajoute le fait que la proviseur a brisé des conventions informelles de stages avec des partenaires privilégiés, qui dataient de 10 ans, notamment Potel et Chabot, traiteur organisateur de la restauration lors du prestigieux tournoi international Roland Garros. Stage réellement profitable aux lycéens qui se voyaient offrir une occasion exceptionnelle d’être initiés au service de grande qualité, dans un cadre scolaire.

Enfin, la proviseur du lycée, applique une politique de répression violente a l’égard des propositions pédagogiques et logistiques qui peuvent être formulées dans divers cadres, qu’elles émanent du corps enseignants ou des élèves.

Alors que le gouvernement s’obstine à continuer les coupes budgétaires dans l’éducation nationale, les proviseurs sont dorénavant contraints d’utiliser les fonds dédiés à la vie lycéenne ? L’UNL continue d’affirmer sont opposition pure et simple a la politique menée actuellement par le gouvernement uniquement basée sur des restrictions budgétaires.

L’Union Nationale Lycéenne, première organisation syndicale lycéenne, exige que la proviseur du lycée Guillaume Tirel s’explique et répare les erreurs commises, tant au niveau du compte pourboires qu’au niveau des conventions de stages.

 

Quand la prévention tourne à la répression

Le 11 Février, au collège d’Arthez-de-Béarn, situé dans les Pyrénées-Atlantiques, des gendarmes, qui devait à l’origine mener une opération de prévention contre les drogues ont fouillé les élèves à l’intérieur même de l’établissement. En plein mouvement étudiant, et plus globalement, de l’ensemble de la communauté éducative, cette nouvelle technique de prévention-répressive confirme le retour en arrière de l’Éducation,
En effet, il paraît inadmissible de laisser les forces de l’ordre intervenir dans un lycée ou un collège dans un but répressif, l’école étant justement le lieu d’apprentissage de la citoyenneté et de la vie en société. Ce n’est pas par ce genre de méthode que l’on évitera la banalisation de la drogue, la répression étant contre-productive. Il est nécessaire, d’une part, de mener de véritables campagnes de prévention, explicant les risques liés à la drogue, et d’autre part, de s’attaquer à la racine du problème qui n’est rien d’autre qu’un véritable malaise de la jeunesse.

L’Éducation à la santé n’est pas la seule a être aujourd’hui attaquée, et c’est la santé de l’ensemble de l’Éducation qui est aujourd’hui au plus bas ! De la maternelle à l’université, le gouvernement, Xavier Darcos et Valéry Pécresse en premier lieu, continue de démanteler le service public d’Éducation gratuit et laïc, avec comme but finale la privatisation du secteur de l’enseignement, ce qui entrainera des disparités entres établissements, et des inégalités fonctions de moyens dont disposent les élèves et leur famille ! Dans l’enseignement supérieur, cette privatisation a déjà largement commencé suite à l’application de la loi LRU. L’UNL ne peut tolérer un tel retour en arrière, et réaffirme son attachement à une Éducation pour tous, pour lequel les lycéens sauront se mobiliser.

C’est pourquoi l’Union Nationale Lycéenne maintient son appel à rejoindre les manifestations étudiantes, et ce dès aujourd’hui ! Par ailleurs, l’UNL condamne très fortement toute intervention policière au sein même des établissements et demande des explications et des excuses de la part du gouvernement.

Lucie Bousser
Présidente de l’Union Nationale Lycéenne

Contacts presse : Lucie Bousser 06 82 66 58 62 ; Antoine Evennou 06 08 91 72 54 ; Pierre Lejeune 06 08 91 72 69



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES