DHG : l’UNL appelle à voter contre !

Logo UNL

Alors que les Dotations Horaires globales (DHG) tombent dans les lycées, celles-ci sont encore une fois revues à la baisse. L’Union Nationale Lycéenne appelle les conseils d’administration à voter contre cette nouvelle réduction de moyens dans l’éducation.

Les Dotations Horaires Globales correspondent au nombre d’heures attribuées par les rectorats à chaque établissement pour son fonctionnement. Ainsi, plus les DHG sont faibles plus le nombre de postes supprimés est important. Depuis plusieurs années on remarque une baisse régulière des DHG, et ainsi, de plus en plus de suppressions de postes. Cette année encore, les conseils d’administrations de chaque lycée vont ainsi devoir voter des DHG très insuffisantes dans la majorité des cas. En effet, cette année, plus de 13 500 postes devraient être supprimés dans l’éducation nationale.

L’Union Nationale Lycéenne, premier syndicat lycéen, s’est toujours battu contre cette baisse des DHG, qui ampute encore et toujours l’Éducation Nationale de ses moyens. Dans la continuité du mouvement lycéen contre les suppressions de postes au printemps dernier et en décembre 2008, l’UNL demande à tous les acteurs de la communauté éducative de voter contre les DHG présentées lors des conseils d’administrations.

Afin de stopper la destruction de l’Education Nationale, l’Union Nationale Lycéenne appelle l’ensemble des acteurs de chaque lycée à protéger l’avenir du lycée en votant contre les DHG proposées.

Lucie Bousser
Présidente de l’Union Nationale Lycéenne

Contacts presse : Lucie Bousser 06 82 66 58 62 ; Antoine Evennou 06 08 91 72 54 ; Pierre Lejeune 06 08 91 72 69



Profs, chercheurs, étudiants et parents, même combat !

Article Libé.fr

Manif_pancarte_sauvons_lducation

Ca y est. Bordeaux a fait la « jonction« : des parents d’élèves et des enseignants du primaire comme du secondaire, des universitaires et des étudiants, tous hostiles aux réformes en cours, viennent de se regrouper et de créer un collectif commun « Sauvons l’Education 33« (le département de la Gironde). Un signal qui devrait inquiéter le gouvernement.

Le 20 février à l’université Paris X-Nanterre, lors de sa 4è réunion, la  coordination nationale des universités avait, entre autres, appelé à l’union « de la maternelle à l’université« . Universitaires et chercheurs se battent contre des réformes qui touchent aussi les étudiants, les professeurs du primaire et du secondaire, et par ricochet les parents, avaient rappelé les participants. A commencer par la « masterisation« , la  réforme de la formation des enseignants. Mais tous les niveaux, de la maternelle à la fac, sont touchés.

Ce type de « jonction » est un cauchemar pour le gouvernement qui veut à tout prix éviter que les incendies déclarés ici et là se propagent. Ceci explique sans doute pourquoi il passe actuellement à la vitesse supérieure pour régler la crise des universités. Avec le premier ministre François Fillon promettant la « réécriture du décret » sur le statut des enseignants-chercheurs et l’arrêt des suppressions de postes en 2010 et en 2011. Il s’agit de désarmer une contestation qui ne faiblit pas mais aussi de prévenir son extension à d’autres secteurs de l’Education.   

Lundi soir, ils étaient quarante réunis dans le local des parents d’élèves de l’école élémentaire Jean Jaurès de Floirac. Tous issus de collectifs, de comités de mobilisation, de comités de coordination, notamment des universités de Bordeaux 1 et de Bordeaux 3 très mobilisées depuis le début du mouvement.

« Une nécessité: la convergence des luttes », titre le texte qu’ils ont adopté. « Les attaques que subissent actuellement l’enseignement primaire, secondaire, supérieur et donc l’Education en général sont toutes mues par la même logique économique de libéralisation du service public de l’éducation et de tous les services publics », lit-on notammemnt, ‘ »c’est pourquoi il nous est apparu nécessaire de coordonner nos actions et de faitre front ensemble dans un même collectif de défense de l’éducation ».

Les participants ont pris plusieurs décisions:

1. « la création d’un blog commun « Sauvons l’éducation 33″ afin de mutualiser l’information et de rendre plus lisibles les actions en cours de tous les collectifs »,

2. « l’organisaiton d’un Forum sur l’Education en mars, expliquant les attaques en cours de la maternelle à l’université »,

3. « l’organisation d’Assises de l’Education proposant un autre modèle concernant l’enseignement de la maternelle à l’université »,

4. « la rédaction d’un tract commun montrant que toutes les attaques actuelles contre l’Education s’inscrivent dans un même système »,

5. « l’organisation d’actions communes réunissant parents, enseignants du primaire, secondaire, étudiants et enseignants chercheurs ».

Le collectif a fixé son prochain rendez-vous au 3 mars. Son adresse:

sauvonsleducation33@gmail.com.

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES