COMPTE RENDU DE L’INTERVENTION DU COLLECTIF DE « DEFENSE DU SERVICE PUBLIC D’EDUCATION EN UZEGE » (GARD, 30), représenté par une parent d’élève FCPE.

Présent à l’AG nationale des collectifs du samedi 14 mars à Montpellier, voici l’intervention de nos représentants :

 

Ce collectif représente des enseignants, des lycéens, et des parents d’élèves de la maternelle au lycée. Les protestations de ce collectif concernent essentiellement la suppression des RASED, de postes d’enseignants et de non enseignants de la maternelle à l’université, les évaluations CM2, la réforme des programmes, les EPEP, le tout s’inscrivant dans une volonté de défense de la place de  l’enfant et de l’élève au sein de l’Education Nationale.
Il n’existe pas de collectif départemental, ce que nous déplorons; tenter de se fédérer afin d’être plus efficaces serait donc pertinent.
Nous rencontrons des difficultés à rassembler, mobiliser, tant au niveau des parents d’élèves que des enseignants.

ACTIONS MISES EN PLACE:
➢    Veillée Lycéenne au mois de décembre, ayant rassemblé des enseignants des écoles primaires et du lycée, des parents d’élèves de la maternelle au lycée, des lycéens, des élus, des membres d’associations.
➢    Une réunion publique d’information au mois de janvier, qui s’est déroulée en mairie. Enseignants, lycéens, parents d’élèves et élus étaient de nouveau au rendez-vous, mais cette réunion n’a malgré tout pas eu l’impact escompté, la quarantaine de personnes présentes étant essentiellement des personnes déjà informées des réformes en cours ou à venir.
➢    Une lettre des parents d’élèves FCPE de l’école primaire Jean Macé a été envoyée à l’inspecteur de circonscription (Février 2009), afin de demander une audience au sujet des conséquences de la suppression de deux postes itinérants du RASED sur l’Uzège à la rentrée 2009, ainsi que sur la non reconduction d’un poste d’Assistante d’Education au sein de l’école à partir de novembre 2009.

La journée du 29 janvier a été porteuse d’une forte mobilisation: dans les écoles élémentaires: 19 classes sur 21 étaient en grève, et même, pour la première fois, une classe privée élémentaire. Syndicats, parents, enseignants, lycéens, élus, ainsi que des entreprises privées étaient représentées.
Nous préparons évidement la journée de mobilisation du 19 mars, tout comme les écoles nîmoises.
Sur le Gard, il existe une cinquantaine de désobéisseurs.

ACTIONS A VENIR:
➢    Une veillée sur le groupe scolaire Jean Macé, à destination des parents uzétiens et de l’uzège, de la maternelle au lycée, afin de les informer, de les mobiliser et de les fédérer à cette cause.
➢    Pourquoi pas un blocage des écoles si la mobilisation lors de cette réunion ne porte pas ses fruits…
➢    La journée du 2 avril (marche aux flambeaux).



Appel des organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, F0, FSU, Solidaires, UNSA de l’uzège

LA CRISE C’EST EUX,
LA SOLUTION C’EST NOUS TOUS !

MANIFESTATION A UZES
10H30 Place des Libertés

La forte mobilisation du 29 janvier a conduit le Président de la République à annoncer à l’occasion de la rencontre avec les partenaires sociaux, le 18 février, une légère inflexion sociale à son plan de relance. En réponse à une partie des revendications avancées par les organisations syndicales, des mesures sont annoncées, des processus de concertation sont proposés sur le partage de la valeur ajoutée et des profits, un fonds d’investissement social est programmé.Les organisations syndicales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, F0, FSU, Solidaires, UNSA considèrent que les mesures sont trop parcellaires pour modifier le cap économique de la politique gouvernementale. Par ailleurs, le Président a refusé catégoriquement d’augmenter le Smic, de modifier sa politique d’emploi dans les fonctions publiques et de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires… A cela s’ajoutent l’attitude dogmatique du patronat et son refus d’assumer ses responsabilités.
La crise nécessite des réponses d’une toute autre portée. Les effets de la crise économique et financière s’accentuent et accroissent les inquiétudes des salariés. La recrudescence des suppressions d’emploi, d’utilisation du chômage partiel, contribue à amplifier la récession et pèse lourd sur le pouvoir d’achat qui se dégrade.

Tout ceci conduit les organisations syndicales à poursuivre la mobilisation. Elles appellent à poursuivre les actions engagées dans les secteurs professionnels.
Elles confirment la journée de mobilisation interprofessionnelle du 19 mars 2009 qui donnera lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays.
En prolongement de leur déclaration commune du  5 janvier 2009, elles appellent leurs syndicats et les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités, à faire entendre au gouvernement comme aux responsables patronaux et employeurs leurs revendications :
➢ défendre l’emploi privé et public;
➢ lutter contre la précarité et les déréglementations économique et sociales;
➢ exiger des politiques de rémunération qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités;
➢ défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité.
Elles expriment leur solidarité et leur soutien aux salariés des DOM et à leurs organisations syndicales et appellent gouvernement et patronat à répondre positivement aux revendications posées.
Elles conviennent de se réunir à nouveau le 20 mars 2009 à 8h00.
Il y la lutte exemplaire des salariés des DOM-TOM et leurs légitimes revendications. Il y a aussi la forte journée de mobilisation et de grève du 29 janvier dernier qui aide dans les entreprises et professions.
Au-delà des mesures dites sociales par Sarkozy, des avancées ont été obtenues par la lutte des salariés(ées) et leurs syndicats après le 29 janvier.
Services publics :
Il faut se battre pour la sauvegarde des services public locaux de L’Uzège : Hôpital, Éducation, La Poste, Service territoriaux,
Edf-Gdf

Avancées connues dans notre région :
➢ Réouverture du dépôt SNCF à Narbonne.

➢Centre de rééducation Montrodat Lozère : 5 titularisations de CAE.

➢Recul/suppression d’emplois dans les universités et la recherche par rapport au plan 2010 et 2011.
Dans le privé :
➢ 3% d’augmentation de salaire à Haribo Uzès + une prime de 180 € en moyenne.

➢ 3 % d’augmentation de salaire à Transport Brinks Gard.

➢ 4,2% d’augmentation de salaire à ATS Alès, + choix d’une prime annuelle de 450 euros et 650 euros chèque restaurant par salarié.

➢ Kéopolis bus Narbonne : 5,7% d’augmentation de salaires…

Ce sont des encouragements à amplifier la lutte. Mieux répartir les profits, c’est possible et urgent ! Que cela en déplaise  à Madame Parisot, Présidente du Medef français.
Dans les entreprises, réactualisons les cahiers de revendications, apportons-les aux employeurs. Le 19 mars prochain, d’autres victoires sont en perspective. Soyons plus nombreux en grève et dans les manifestations.

TOUS ENSEMBLE JEUDI 19 MARS 2009, POUR GAGNER PLUS,

L’EFFICACITE C’EST LA LUTTE COLLECTIVE ET SYNDICALE. 



Parents d’élèves, le 19 mars, Manifestons pour défendre le service public d’éducation !

Logo FCPE

Pour  une politique publique d’Education, ambitieuse, volontariste,
porteuse d’espoirs et de valeurs.
Une véritable réforme du lycée est indispensable, pour qu’enfin il permette à tous les élèves de mieux réussir et qu’il cesse de reproduire les inégalités sociales. Il faut aussi obtenir le maintien de toutes les  formations (CAP,BEP, Bac Pro….) pour une qualification reconnue dans le monde du travail.

Pour faire de l’Education la priorité de notre pays, en tous points du territoire.
Qui peut croire que les écoles, les collèges et les lycées généraux et professionnels fonctionneront mieux avec moins de personnels administratifs, sociaux, de vie scolaire, de santé, de psychologie, d’orientation et d’enseignement ?

Pour une présence significative d’adultes formés dans les écoles et les
établissements.
L’embauche de 5 000 personnes en « contrat aidé », non formées, ne compensera pas les manques accumulés depuis plusieurs années.

Pour une véritable politique de réussite scolaire qui prenne en compte  les
particularités de chaque  élève.
L’aide personnalisée, si son intention peut paraître louable, est vouée à l’échec car ses modalités de mise en oeuvre ne tiennent pas compte des besoins spécifiques de développement des enfants.

Pour l’aménagement des rythmes scolaires et le retour à 936 heures
annuelles de classe pour tous les enfants en primaire.

Pour une véritable continuité du service public d’Education (remplacements des enseignants)

Rendez-vous le jeudi 19 mars 2009

à UZES à 10h30 place de la Libération
à NIMES à 15h



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES