Jeudi 2 avril 2009 : 
1000 manifestations pour l’école

Logo Collectif éducation1000 manifestations pour l’école

Plus que jamais dans ce contexte de crise, l’enseignement et la formation des jeunes ne sont pas un coût mais un investissement pour l’avenir. Ils sont le meilleur rempart contre le chômage.
Le collectif « l’Education est notre avenir », comme le 19 octobre, comme le 20 novembre, comme le 10 décembre, comme le 17 janvier, comme le 29 janvier et comme le 19 mars, appelle tous ceux qui veulent défendre et transformer le service public d’éducation pour une meilleure réussite des élèves, à le faire savoir haut et fort le 2 avril, dans toute la France, dans tous les lieux où se forme la jeunesse d’aujourd’hui et se forgent les savoirs de demain.
Après la manifestation du 19 mars, la seule concession faite par le gouvernement est un léger recul sur la réforme de la formation des enseignants. Cela ne suffit pas, nous ne laisserons pas ce gouvernement poursuivre son entreprise de démolition de l’Ecole, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche publics ! Nous pouvons lui faire entendre raison !
Nous refusons une carte scolaire désastreuse fruit des trop nombreuses suppressions de postes de ces dernières années. Nous ne transigerons pas sur la garantie d’une formation de qualité pour tous les enseignants.
Jeudi soir 2 avril après le travail ou l’école, le collectif « L’Education est votre avenir » appelle par mille manifestations, rassemblements, retraites aux flambeaux, sur le terrain mobilisons-nous, mobilisons l’opinion en faveur de l’éducation. Devant les écoles, les collèges, les lycées, les universités, sur les places publiques, expliquons, rassemblons, faisons du bruit, pour enfin nous faire entendre !
http://www.uneecole-votreavenir.org/
Paris, le 26 mars 2009



Les lycéens manifestent, le maire les prive de voyage de classe

Article 20minute.fr

 

COLMAR – Gilbert Meyer a peu apprécié le comportement des élèves du lycée Camille Sée…

C’est l’histoire d’un maire et d’une bande de jeunes. Gilbert Meyer, élu UMP, qui a peu apprécié le comportement d’un groupe d’élèves du lycée Camille Sée, lors de la manifestation le 19 mars, a privé l’établissement des aides destinées aux voyages scolaires.

Joint par l’AFP, Michel Schelcher-Beyer, proviseur de ce lycée de 1.360 élèves, a confirmé la sanction mais n’a pas souhaité faire de commentaires. Il a toutefois indiqué avoir répondu «sur le fond» à Gilbert Meyer auprès duquel il dit avoir sollicité une «entrevue».

Ce «débordement n’est pas acceptable»

Dans un communiqué diffusé en fin de matinée, l’élu fustige «l’agressivité de certains lycéens vis-à-vis» de policiers nationaux et municipaux pendant la manifestation, organisée dans le cadre de la journée de mobilisation nationale et qui avait réuni entre 1.700 et 2.500 personnes à Colmar, dont 400 lycéens. Selon l’élu, «des lycéens de Camille Sée ont vulgairement traité ces agents de tous les noms d’oiseaux».

«Faut-il que les impôts (payés aussi par ces agents) soient utilisés à des actions dont les bénéficiaires, publiquement et dans la rue, prennent ces même agents pour des moins que rien, en les traitant de la sorte?», s’interroge Gilbert Meyer pour qui ce «débordement (…) n’est pas acceptable».

L’élu a fait part de sa décision au proviseur dans un courrier daté du 23 mars. Il y évoque «un groupe de lycéens» de Camille Sée qui «s’est distingué par son comportement et ses slogans contre la police et le gouvernement» lors de la manifestation colmarienne. Selon les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA), qui évoquent l’affaire dans leur édition de mardi, les lycéens auraient manifesté sans incidents contre la réforme Darcos avant de rallier la manifestation unitaire en fin de matinée.

Pas de respect, pas de voyage

«L’itinéraire de la manifestation initialement prévu n’a pas été respecté» et «une trentaine de lycéens s’est maintenue un certain temps place de la Gare, malgré l’ordre de dispersion», observe le maire qui salue l’attitude des policiers qui ont «fait preuve de patience afin d’éviter que la situation ne dégénère».

«Aussi, dois-je vous informer que la ville de Colmar ne subventionnera plus les déplacements des groupes d’élèves du lycée Camille Sée, pour la suite de l’année scolaire 2008/2009», conclut le maire. Selon les DNA, trois voyages de fin d’année en Italie, Allemagne et Irlande feraient les frais de cette sanction.



Mobilisation de jeudi 2 avril, 18h, Nîmes, Maison Carrée : FCPE

Logo FCPE

Tract FCPE 2 avril



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES