Maternelle : La tension monte

Les syndicats lancent une pétition contre les jardins d’éveil.   » La volonté des Pouvoirs Publics de développer l’offre d’accueil du jeune enfant avec la création de 200 000 places d’accueil d’ici à 2012 est légitime. Mais les propositions de modification du décret du 20 février 2007, relatif aux établissements et services d’accueil, si elles sont maintenues, s’orientent vers une dégradation de la qualité d’accueil du jeune enfant ». Des syndicats (Unsa, Cgt, Fsu, Cfdt, Solidaires) et des associations professionnelles (Anap, Anpde, Snmpmi, Cemea etc.) lancent une pétition pour protester contre un projet de décret sur les modes d’accueil.

Ils lui reprochent de diminuer l’encadrement des enfants en nombre et qualité des personnels, de mettre en danger la scolarisation à deux ans en maternelle et de privilégier une solution payante (le jardin d’éveil) à l’école (gratuite).

Suivant l’annonce par N. Morano de l’ouverture de jardins d’éveil à la rentrée 2009, l’Ageem avait menacé X Darcos de dénoncer l’accord signé avec le ministère. On attendait donc la réponse du ministre. Pour Xavier Darcos, « il n’y a aucune volonté de supprimer l’école maternelle, d’aucune manière, bien au contraire ». Le ministre estime « qu’il n’y a aucun rapport » entre ces jardins et l’école maternelle. Rappelons que ces jardins accueilleront des enfants de 2 à 3 ans dans les locaux mêmes des écoles maternelles(mais sans instit).
La pétition
Communiqué syndical

Le SE-UNSA soutient l’action
« Pas de bébés à la consigne »

 

Maternelle : La tension monte dans Actualités le SE-UNSA soutient la pétition nationale « Pas de bébés à la consigne ! Pour des modes d’accueil de qualité ». Cette dernière demande le retrait du projet de décret gouvernemental qui, dans le cadre de la création de « jardins d’éveil » pour les enfants de 2 à 3 ans voulue par Mme Nadine Morano, ouvrirait la porte à une dégradation des conditions d’accueil des jeunes enfants.

Le SE-UNSA entend ainsi manifester la solidarité des enseignants qu’il représente avec l’ensemble des professionnels concernés par la petite enfance.
Pour sa part, le SE-UNSA défend la possibilité d’une scolarisation à partir de 2 ans dès lors que les parents en font la demande et que le développement physique et psychologique de leurs enfants le leur permet. Il continue de militer pour en améliorer la qualité, mais en considérant l’école maternelle comme un complément, et non une concurrence aux autres modes d’accueil collectifs ou individuels.
Le SE-UNSA ne se résout pas à ce que les enfants soient ravalés à une simple marge de manœuvres budgétaires. Il s’inquiète de la légèreté d’un ministre de l’Education nationale déclarant, lors de son déplacement à Honfleur le 9 avril dernier, que la scolarisation des 2 ans se ferait « en fonction d’usages locaux ». Le SE-UNSA est désolé de devoir rappeler que cette question ne relève pas de particularismes folkloriques mais des dispositions légales de l’article L 113-1 du code de l’Education.

Pour le SE-UNSA, une réelle politique de la petite enfance devrait être mise en place dans notre pays. Elle devrait ouvrir des choix aux familles, prenant en compte les questions éducatives et sociales. A l’opposé de diktats imposés d’en haut, son élaboration nécessiterait l’ouverture d’un vrai débat associant largement tous les acteurs. Le SE-UNSA est prêt à y participer. Il souhaite que l’ensemble des groupes, syndicats et associations intéressés par la petite enfance se rassemblent pour le faire entendre.

 

Paris, le 15 avril 2009

Luc BERILLE
Secrétaire Général
Sur les jardins d’éveil L’Expresso du 9 avril



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES