Actions du collectif : « l’école en danger »

La coordination nationale Ecole en Danger (regroupement de collectifs de salariés de l’éducation et parents mobilisés contre les réformes Darcos et Pécresse et pour un service public d’éducation de qualité pour tous), réunie à Chenôve (21) le 18 avril pour sa 4° assemblée générale nationale appelle à :

Ø           participer activement à la manifestation du 1er mai ;

Ø           organiser le dimanche 17 mai, dans tous les départements de France, un pique-nique de défense du service public d’éducation autour des points d’eau : « Avec leurs réformes, Darcos et Pécresse veulent couler l’école publique. Remettons-la à flot » ;

Ø           organiser le mardi 26 mai une journée nationale « gilets jaunes » ;

Ø           soutenir les actions nationales décidées par la Coordination Nationale des Universités ;

Ø           déposer des plaintes contre Base élèves ;

Ø           favoriser la diffusion d’autocollants, badges « Ecole en Danger ».

Ecole en danger

La coordination nationale Ecole en Danger s’est dotée d’une équipe nationale (avec notamment des porte-parole) chargée d’assurer la lisibilité de la coordination nationale Ecole en Danger et la visibilité des actions des collectifs et envoie un porte-parole à la 9° CNU pour envisager la co-organisation d’une action nationale centralisée sur Paris.

La prochaine assemblée générale nationale Ecole en Danger aura lieu le samedi 13 juin à Toulouse.

Porte-parole de la coordination nationale Ecole en Danger :

-                      Isabelle CAMPANELLA (Lyon) isabelle.campanella@free.fr 04 72 00 84 66

-                      Bruno EZ-ZAFIR (Villefranche) b.ez-zafir@laposte.net 06 10 59 62 88

-                      Laurent GUIDET (Toulouse) laurentmireille@wanadoo.fr 06 63 65 34 37

-                      Manuel GUILLEN (Montpellier) manumtp@gmail.com 06 10 63 29 84

-                      Marie HARMI (Guebwiller)  marie.harmi@gmail.com  03 89 76 10 73

-                      Claire MERVANT (Sète) clairemervant@orange.fr 06 75 67 64 33

-                      Audrey RICHARD (Sète)  richardaudrey@free.fr  06 21 76 89 69

-                      Hassénia SIRAT (Dijon) sirat.hassenia@hotmail.fr 06 61 41 20 52



Le Collectif National de Résistance à Base Elèves communique :

LA LUTTE CONTRE BASE ELEVES S’AMPLIFIE !

- Base élèves : la France doit s’expliquer devant l’ONU   http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3209

- Le 22 mars 2009, le Collectif National de Résistance à Base Eleves (CNRBE) annonce plusieurs dépôts de plaintes contre Base élèves

- Le 24 mars 2009 à Millau (Aveyron), 244 plaintes ont été déposées, le même jour, 11 plaintes étaient déposées à Grenoble, et le 15 avril, 36 plaintes ont été déposées à Marseille ;
Lire sur : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3199 (d’autres plaintes seront déposées chaque semaine.)

- Le 25 mars 2009, communiqué de la LDH et lettre à Darcos de 6 organisations pour une entrevue :

http://www.ldh-france.org/Fichage-des-eleves-la-mobilisation

- Le 28 mars 2009 la page trois du journal Le Monde est consacrée à Base élèves

http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/libre/20090328/index.html?aaaammjj=20090328&article_id=597838&clef=EMAIL

- Le 29 mars 2009, Le syndicat SNUipp de Seine-Saint-Denis appelle les enseignants à ne rien saisir dans Base élèves et à refuser que le logiciel ne soit rempli à leur place par des personnels mandatés par l’I.A. ou par l’IEN.

http://93.snuipp.fr/spip.php?article929

- Et ce 4 avril, l’Appel des Directeurs contre  Base Elèves reçoit le Prix Voltaire (palmarès Big Brother Awards 2009), récompensant la vigilance citoyenne : http://bigbrotherawards.eu.org/spip.php?page=liste-bba&annee=2009&statut=gagnant

Le site du CNRBE : http://retraitbaseeleves.wordpress.com

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3213



APPEL du 21 AVRIL des ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE EN RESISTANCE

A Marseille, à Toulouse, à Montpellier, à Paris… les pressions de toute sorte contre les enseignants désobéisseurs s’intensifient et les sanctions financières à leur encontre ne cessent de pleuvoir. Au lieu d’engager le dialogue dans un esprit constructif, les inspections académiques s’enferment dans une répression disproportionnée visant à faire rentrer dans le rang les enseignants qui, en conscience, refusent d’appliquer les dispositifs et les programmes pédagogiques qui remettent en cause le sens profond de leur mission.

Malgré cette répression, les enseignants désobéisseurs n’abandonnent pas leurs convictions pour faire vivre, chaque jour, une école de la solidarité et de la réussite pour tous. Ils ont le soutien massif des parents d’élèves. Une caisse de solidarité nationale a été mise en place afin de soutenir les enseignants sanctionnés par des retraits de salaire et leur permettre de ne pas céder. Et ils ne céderont pas !

L’heure est grave ! Il est minuit moins cinq dans la nuit où le gouvernement a programmé la mort de l’école de la République. Il n’est pas fatal que cette heure sonne.

C’est pourquoi les enseignants en résistance pédagogique appellent solennellement :

·        les enseignants du primaire à amplifier et à radicaliser le mouvement de résistance au démantèlement de l’école publique, par la désobéissance pédagogique ciblée et affichée.

·        les syndicats à reprendre à leur compte le mot d’ordre de la désobéissance civile pour faire échec aux lois qui déconstruisent le service public d’éducation.

·        les parents d’élèves à multiplier les initiatives de protestation et de blocage susceptibles de faire pression sur l’autorité hiérarchique qui reste sourde au dialogue.

·        les citoyens à exiger un grand débat national et des Etats généraux de l’éducation pour penser l’avenir de l’enseignement public, de la maternelle à l’université.

·        les élus à s’engager instamment à défendre l’intérêt du peuple, en sauvegardant le système éducatif français.

Les enseignants du primaire en résistance pédagogique appellent la société civile à l’insurrection non-violente afin de faire barrage à la destruction de l’école publique et défendre l’intérêt de l’enfant avant tout au sein d’une école du progrès pour tous.

Ils appellent à une 3ème journée de la désobéissance dans l’Education Nationale le mercredi 6 mai, après celles du 17 décembre et du 11 mars. A cette occasion, le seuil symbolique des 3 000 enseignants désobéisseurs sera atteint, ce qui représente le plus important mouvement de désobéissance civile que l’Education Nationale ait jamais connu.

La victoire est possible si nous le voulons ! A nous de le décider, en pensée et en actes !

Mouvement des enseignants du primaire en résistance fédérés par le blog Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école

http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES