Pétition en ligne demandant l’inscription dans la Constitution d’une charte des services publics garantissant « le droit pour tous à des services publics de qualité et de proximité ».

Le président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Michel Vauzelle (PS), a lancé une pétition en ligne demandant l’inscription dans la Constitution d’une charte des services publics garantissant « le droit pour tous à des services publics de qualité et de proximité ».

Cette pétition, accessible depuis le 15 avril sur le site

www.referendum-servicespublics.fr,

affirme qu’on ne peut pas affaiblir les services publics sans affecter gravement la République .

En effet, selon M. Vauzelle, les services publics sont non seulement « un avantage pour notre pays dans la compétition internationale » mais aussi « un instrument irremplaçable de protection des citoyens, qui garantit les principes d’égalité et de solidarité nationales ». « Ils sont au cœur des valeurs et de la devise républicaines », assure-t-il.

Le député des Bouches-du-Rhône juge donc « plus que jamais nécessaire » de les défendre « en inscrivant dans notre Constitution une charte des services publics qui proclame solennellement l’attachement du peuple français à ces principes essentiels de la République ».



La réforme du lycée ne peut se faire sans nous !

Logo UNLVictoire historique de l’UNL aux élections lycéennes au CSE:
La réforme du lycée ne peut se faire sans nous !

L’Union Nationale Lycéenne remporte, aujourd’hui, l’intégralité des sièges dévolus au Conseil Supérieur de l’Éducation confortant ainsi sa majorité et sa légitimité syndicale.
L’UNL se félicite de cette victoire au CSE et de la confiance que lui ont porté les lycéens pour ce nouveau mandat de 2 ans.
L’UNL a démontré encore une fois, que ses orientations syndicales étaient plus que majoritairement partagées par les lycéens. Le projet global de l’UNL en matière d’éducation, tout comme son discours sur la réforme du lycée, et sur les suppressions de postes ont ainsi été plébiscités.
Alors que le Ministre s’obstine à mépriser les revendications lycéennes, la hausse de la participation au CSE démontre que les lycéens font aujourd’hui le choix de s’investir dans la définition de leur éducation aussi bien dans la rue que dans les urnes.
Le Ministre ne peut plus ignorer la légitimité des lycéens et de leur organisation syndicale à être entendus. Alors que certains criaient à la manipulation ou à la mauvaise information des lycéens, l’UNL appelle le Ministre de l’Education à franchir une nouvelle étape dans le domaine de la démocratie lycéenne en reconnaissant aux lycéens le droit syndical.
L’UNL demande donc à être reçue par le Ministre de l’Éducation Nationale, Xavier Darcos, et demande à ce que les revendications lycéennes, exprimées dans ce vote, soient prises en compte :
•    L’arrêt définitif des suppressions de postes dans l’éducation nationale. La période actuelle de crise économique et sociale ne peut être résolue qu’en investissant massivement dans l’éducation. Le gouvernement doit cesser sa politique de baisse constante des moyens alloués à l’éducation.
•    La réforme refusée par les lycéens en décembre dernier ne doit pas être testée dans plus d’une centaine de lycées à la rentrée prochaine. L’UNL ne peut accepter de voir une génération sacrifiée au profit d’une opération de test pour cette réforme
•    La réflexion portée actuellement sur la réforme du lycée doit prendre en compte au moins trois priorités demandées par l’UNL : l’acquisition d’une culture commune à tous les élèves au cours de l’année de Seconde, l’exploration de chaque domaine d’enseignement proposé pour garantir un libre choix d’orientation pour le cycle terminal et un réel suivi individualisé, qui suppose un meilleur encadrement
L’UNL, premier syndicat lycéen, appelle ainsi tous les lycéens à rejoindre les cortèges du 1er mai !
Ce 1er mai Unitaire sera l’occasion pour la jeunesse d’exprimer son refus à être la génération sacrifiée !

Première victime de la crise et des politiques gouvernementales, nous demandons un véritable droit à l’avenir. Aussi, afin de palier aux problèmes financiers des nombreuses familles en cette période de crise, l’Union Nationale Lycéenne demande à ce que le montant des bourses soit élevé et que les seuils d’attribution soient revus à la hausse.
Lucie Bousser

Présidente de l’Union Nationale Lycéenne



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES