Communiqué de la FIDL

Logo FIDLRéactions aux déclarations de Nicolas Sarkozy

28-05-2009
COMMUNIQUE DE PRESSE 

La FIDL, le syndicat lycéen, s’indigne des propositions ultra-sécuritaires d’un gouvernement de plus en plus populiste en matière de lutte contre les violences scolaires

La FIDL tient à souligner le paradoxe de ce gouvernement qui s’obstine à supprimer des postes d’adultes dans les établissements scolaires et qui s’étonne par la suite des recrudescences des phénomènes de violences ! En effet, les collèges et les lycées ont besoins d’une présence forte des équipes pédagogiques plutôt que de la présence d’un GIGN de l’éducation !

« Si Nicolas Sarkozy a vraiment a coeur de faire baisser la violence scolaire, alors il est totalement a côté de la plaque, il remplace les profs par des flics ! Revenir sur les postes supprimés serait la seule solution efficace pour lutter contre la violence scolaire ! » estime Alix Nicolet, présidente de la FIDL.

Ce gouvernement s’acharne sur les jeunes! Ce n’est pas étonnant de la part du Président de la République d’autoriser les fouilles dans les établissements scolaires et d’étudier les possibilités d’affecter la police dans les établisssements sensibles, il continue sa politique de criminalisation de la jeunesse.

Face à cette enième politique sécuritaire de Sarkozy qui s’annonce comme un echec, comme les mesures précedentes, (cf les statistiques des violences aux personnes), quelle sera la prochaine étape ? Un flic par classe?

 

Réaction aux propositions de darcos sur la violence scolaire

21-05-2009
 

COMMUNIQUE DE PRESSE :

La FIDL, le syndicat lycéen, s’indigne des propositions faites par le ministre de l’Education National Xavier Darcos, à savoir mettre en place une police des écoles.

« Cette mesure qui prétend résoudre les phénomènes de violences scolaires sonne comme populiste en pleine période de recrudescence des actes de violences à l’intérieur des établissements scolaire. »  estime Alix Nicolet, Présidente de la FIDL.

En effet, la FIDL insiste sur le fait que la solution pour contrer les phénomènes de violences ne se résume pas en installant des portiques de sécurité à l’entrée des collèges ou des lycées et encore moins en mettant en place une police des écoles. La solution devrait commencer par maintenir la présence d’adulte dans les établissements scolaires au lieu de continuer à supprimer massivement des postes dans l’éducation nationale.

La FIDL, qui s’est depuis longtemps intéressé aux phénomènes de violences dans les lycées*, demande au gouvernement d’assurer la présence d’adultes et de pédagogues au sein des collèges et des lycées et non pas d’affaiblir leur présence dans la mesure où leur affaiblissement est aussi une des causes de la multiplication des phénomènes de violences.

*La FIDL a travaillé toute cette année scolaire à la publication d’un manuel lycéen contre la violence qui sera dès la rentrée scolaire présent dans l’ensemble des CDI de France.

 

 

 

 



Les élus lycéens refusent la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy dans une déclaration votée en CNVL

Logo UNLA l’initiative des élus de l’Union Nationale Lycéenne, les représentants lycéens élus depuis chaque académie au sein du Conseil National de la Vie Lycéenne (CNVL) ont adopté mercredi 3 juin 2009 la déclaration suivante, à l’attention du Ministre de l’Education Nationale et du Président de la République :

« Nous constatons les violences qui ont lieu dans les établissements scolaires. Pour autant nous considérons que les réponses apportées dans vos récentes déclarations : portiques, surveillance vidéo, fouilles à l’entrée des établissements, brigades mobiles d’intervention, ne vont pas dans le sens de la résolution de ces problèmes.

Nous pensons que les réponses à apporter doivent être des mesures pédagogiques, de prévention et d’éducation, par le biais d’interventions d’associations, mais aussi par le biais d’une réforme du lycée qui en fasse un véritable lieu de vie et qui donne au lycéen une réelle place dans la société.

Pour finir, nous considérons que le manque de personnels d’encadrement dans les établissements porte aussi la responsabilité de ces violences. »

Les élus sortiront du Ministère de l’Education Nationale jeudi 4 juin à 12h30, après avoir rencontré Xavier Darcos.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Clara PAUL-ZAMOUR ( 06 33 88 39 12) ou Adrien DERAIN ( 06 11 33 30 14 ), élus au CNVL.

Cordialement



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES