La reconquête du mois de juin : les annonces du ministre et l’application sur le terrain.

Logo FSULe calendrier de fin d’année proposé par le ministre de l’éducation nationale Xavier Darcos est intenable. Il demande aux enseignants de faire cours jusqu’au 2 juillet aux élèves de seconde alors même que dans leur établissement ont lieu les épreuves de Bac. En outre, cette année, chaque lycée fera passer le Bac à ses propres élèves de terminale, toutes séries confondues, ce qui mobilisera un très grand nombre de salles de classes et donc de professeurs surveillants.

Comment, dans ces conditions, peut-on surveiller les examens, corriger des copies tout en faisant cours sachant que les délais de correction sont de plus en plus courts d’année en année ? Comment les élèves de seconde pourront-ils avoir cours dans un si petit nombre de salles de classe ? Comment garantir que les élèves passant le bac ne seraient pas perturbés par les élèves de seconde qui séjourneront dans le même établissement ?

Des situations très différentes ont lieu dans les lycées du Gard. Au lycée Camus, le proviseur a recruté des personnes par petite annonce dans le quartier pour surveiller le bac, moyennant rétribution. Comment peut-on assurer, dans ces conditions, que ces surveillants ne seront pas tentés d’ « aider» des élèves de leur connaissance. Il est indispensable que ce soit des professeurs qui surveillent les épreuves tant par leurs compétences (signalement d’une erreur dans le sujet par exemple) que par leur neutralité vis à vis des élèves. C’est pourquoi nous dénonçons, à ce titre, le fait que les élèves passent les épreuves, cette année, dans leur lycée d’origine.
Dans certains lycées, les cours sont suspendus à partir du 16 juin, dans d’autres des ateliers sont organisés pour les élèves de seconde par les administrations locales, dans des circonstances marquées par un calendrier tendu, vu la grande difficulté à organiser les épreuves tout en ayant les élèves.
De plus, les conseils de classes sont retardés à quelques jours seulement des commissions d’appel et d’affectation empêchant un temps de réflexion aux élèves et à leur famille pour les choix d’orientation.
 Le SNES demande l’arrêt des cours dès le début les épreuves écrites du bac et appelle à signer la pétition en ligne sur le site du SNES pour dénoncer cette reconquête du mois de juin qui n’est que de la poudre aux yeux. Elle n’a aucun intérêt pédagogique, désagrège les conditions de travail des futurs bacheliers, du personnel enseignant et du personnel administratif.

Pour le SNES Gard, Florence Thiébaut et Bertrand Humeau.
 



EMPLOI- SALAIRES- SERVICES PUBLICS- EDUCATION

SAMEDI 13 JUIN
MANIFESTONS ENSEMBLE DANS TOUTE LA FRANCE

A l’appel de la Cgt, la Cfdt, Fo, la Fsu, l’Unsa, la Cftc, la Cgc et Solidaires
Après le 29 janvier, le 19 mars, le 1er mai, le 26 mai, poursuivons la mobilisation interprofessionnelle.

A Nîmes, rendez-vous à 10h au Taureau

A Alès, rendez-vous à 10h à la Place de la Mairie.

-    Pour la suppression du bouclier fiscal et la défiscalisation des heures supplémentaires qui grèvent le budget de l’état.

-    Pour l’annulation des suppressions d’emploi dans la fonction publique (34000 en 2010)

-    Pour un projet ambitieux pour l’école et la réussite de tous les élèves à partir d’un débat public transparent et démocratique.

-    Pour une formation des maîtres de haut niveau.

-    Pour l’ouverture de négociations salariales dans la fonction Publique

-    Pour le relèvement du SMIC, des minima sociaux, des pensions et des retraites.

-    Pour le conditionnement de toute aide publique aux entreprises à des mesures en faveur de l’emploi et des salaires.

-    Pour un véritable plan en faveur de la jeunesse articulant des mesures pour la formation et pour l’emploi.



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES