Déclaration Liminaire au Conseil Supérieur de l’Education par l’UNL

Logo UNLPour mener à bien la réforme du lycée nous attendons du Ministre qu’il renoue le dialogue avec la communauté éducative. A l’inverse de son prédécesseur, Luc Chatel devra obligatoirement prendre en compte les avis exprimés par les organisations syndicales, notamment au CSE, sans quoi le climat social de la rentrée ne sera pas favorable à une véritable réforme.

Cette réforme est essentielle, notamment en cette période de crise économique et sociale. Elle devra permettre à toute une génération de jeunes de sortir du système scolaire avec un diplôme et de se construire un projet d’avenir concret, seul bouclier efficace face à la crise !

Nous demandons au Ministre d’ouvrir une concertation avec les syndicats à la rentrée. Elle devra notamment intégrer les chantiers suivants, indispensables pour un lycée de l’égalité et de la réussite de tous :

• Prendre en comptes les problèmes d’orientation et y répondre par la création d’un véritable service public d’orientation multiplier les copsy et en faire évoluer la formation.

• Assurer l’accès de tous à l’aide scolaire, pour casser les inégalités et la reproduction sociale, et diversifier les supports et les méthodes pédagogiques .

• Donner une véritable place aux lycéens dans la société en créant un statut lycéen, donnant lieu à la mise en place d’une carte nationale lycéenne.

Ces mesures nécessitent des moyens, pourtant, Xavier Darcos, encore Ministre de l’Éducation Nationale, a annoncé la suppression de 16 000 postes à la rentrée prochaine. Le gouvernement s’entête, ainsi, dans une politique qui a montré ses limites d’efficacité. Sans moyens supplémentaires le Service Public d’Éducation ne pourra plus remplir ses missions. Nous ne pouvons plus accepter qu’une année de plus les inégalités sociales s’accentuent et que des milliers de jeunes sortent du système scolaire sans qualification.

Xavier Darcos a montré lors de son recul sur la réforme du lycée au mois de décembre les limites de la fermeture au dialogue, et de l’absence de prise en considération des attentes et des aspirations lycéennes. Suite à son recul, les consultations menées par M. Descoings, M.Apparu ou encore par le ministère, ont permis l’expression des carences du système et des éléments pouvant les pallier. Elles rejoignent en partie les propositions mises en avant par l’UNL ces dernières années.

Pour l’année qui s’annonce, l’UNL restera vigilante tant sur les questions relatives à la réforme du lycée, que sur l’insertion professionnelle des jeunes, la politique sécuritaire, ou encore les discriminations encore trop présentes dans nos établissements. Les lycéens attendent le nouveau ministre au tournant. La priorité ne doit pas être de réaliser des économies budgétaires, mais bien de construire l’autonomie intellectuelle de la jeunesse.

« M. le Ministre soyez responsable et cohérent, soyez attentif et à l’écoute; ne répondez pas à une politique dogmatique et irresponsable vecteur d’inégalités, d’échec scolaire et d’exclusion sociale ! »

Lucie Bousser
Présidente de l’Union Nationale Lycéenne



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES