Erwan Redon, prof désobéisseur, muté d’office par sa hiérarchie

Article Rue89

Erwan Redon, enseignant désobéisseur dont vous avez déjà entendu parler sur Rue89, a finalement été muté d’office. La sanction est arrivée vendredi 25 septembre, par huissier, à l’école du quartier Belsunce à Marseille où l’enseignant avait repris du service à la rentrée.

Chargé d’une classe « double niveau » CM1-CM2, Erwan Redon s’était opposé à sa hiérachie à plusieurs reprises, en particulier sur les dernières réformes mises en place par Xavier Darcos avant son départ du ministère : suppression des Rased, soutien scolaire obligatoire ou encore fichier base élèves.

Sur Rue89, il avait pris la parole pour expliquer dans le détail son positionnement, insistant pour que ce qui est décrit comme simples bravades par le rectorat retrouve aux yeux du grand public le poids de l’engagement pédagogique qui va avec.

Voici ce qu’en disait par exemple en juin 2009 l’enseignant de 36 ans, qui a, en plus de sa mutation, écopé de 32 jours de retenues sur salaire :

« Je ne suis qu’un pauvre petit enseignant de rien du tout. Ni la culture d’un Meirieu, d’un Frackowiac, l’inventivité d’un Freinet ou la plume “ désobéisseuse ” d’un Refalo.

Mais quelques sentiments qui me font dire non. Si fonctionnaire je suis devenu, en acceptant une part de contrainte, ce n’est pas pour autant que je considère que je dois obtempérer devant tout ordre quel qu’il soit.

Dire non aux injustices, aux aberrations du quotidien scolaire, c’est refuser une somme de petites choses qui forment un tout hypocrite de l’école, invisible des passants, camouflée derrière la grille républicaine. »

Le rapport de la commission disciplinaire arguait pour sa part de plusieurs critères pour lester la charge de « faute professionnelle », et notamment :

  • son refus d’appliquer l’aide personnalisée telle que sa hiérarchie la prévoyait
  • son refus d’être inspecté
  • son refus de faire passer les évaluations prescrites l’an dernier par Xavier Darcos

La stratégie de l’usure

Depuis, l’administration est donc allée au bout. En respectant la procédure habituelle, certes, mais d’une façon plutôt contestable, aux yeux de Me Sophie Semeriva. L’avocate a défendu Erwan Redon jusqu’au bout de la nuit (ou presque), le 17 septembre dernier. Voilà ce qu’elle expliquait à Rue89 en milieu de semaine dernière, alors que la sanction définitive n’était pas encore tombée :

» On marche sur la tête. L’inspecteur d’académie a convoqué la commission paritaire à 15h00 en sachant pertinemment qu’il faudrait entendre 17 personnes citées par Erwan : 12 témoins et 5 défenseurs [parmi lesquels une avocate, des syndicalistes, un pédagogue ou un confrère réfractaire, ndlr]. Sans compter les quatre inspecteurs cités par l’administration.

Ils ont joué l’usure, on a fini par quitter la salle à 3h00 du matin, heure à laquelle Erwan avait finalement peu parlé. Ils ont terminé entre eux vers 5h00 pour conseiller à la hiérarchie la mutation. »

Pour l’avocate, l’horraire est certes grotesque, mais c’est plus encore « la confusion de l’autorité disciplinaire et de l’autorité hiérarchique », que dénonce Sophie Semeriva aujourd’hui.

Plusieurs casquettes

En effet, c’est Gérard Trève, inspecteur d’académie des Bouches-du-Rhône et représentant du ministre dans le département, qui présidait et animait les débats durant la Commission paritaire administrative ce 17 septembre… et le même Gérard Trève qui se trouve être le patron d’Erwan Redon, qui signera la sanction définitive.

La procédure est certes tout à fait dans les clous. Mais, pour l’avocate, cela n’en est pas moins « une masquarade » puisque la personne ayant techniquement autorité sur son client se trouve de facto « juge et partie ». Joint à l’Inspection d’académie à deux jours de la retraite, Gérard Trève juge cette affaire « d’une banalité affligeante » :

« Le piège dans lequel tombent les médias, c’est de faire passer Erwan Redon pour une victime de son opinion politique. Or ce que moi je lui reproche, en tant qu’employeur, ce sont ses insuffisances en classe. Ca n’a rien à voir. Qu’on n’en fasse pas une Jeanne d’arc qui viendrait sauver la pédagogie en France, c’est d’un ridicule ! »

Et quid de la confusion des genres entre la commission paritaire et sa capacité de décision finale en tant que patron de l’inspection d’académie ?

« C’est un discours classique chez les avocats qui confondent une commission de discipline et une procédure judiciaire. Qu’elle fasse donc changer la loi si cela ne lui plait pas, je me suis conformé aux textes. »

Erwan Redon, censé prendre son nouveau poste dès ce début de semaine dans une autre école de Marseille, a quant à lui décidé de faire appel. D’abord devant le Conseil supérieur de la fonction publique, puis devant le juge administratif.

Article mis à jour lundi 28 septembre à 16h30 après interview par téléphone de l’Inspecteur d’académie des Bouches-du-Rhône.

Erwan Redon, prof désobéisseur, muté d'office par sa hiérarchie dans Actualités pdf Téléchargez Déplacement d’office pour Erwan Redon : le document officiel

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web

 



Mesures Sarkozy pour les jeunes : M. Bricolage fait encore des siennes !

Logo UNL
Après le consensus sans ambition du livre vert de Martin Hirsch, le président de la République annonce enfin son « plan d’urgence » pour la jeunesse. Une fois de plus, le gouvernement bricole des mesures déjà existantes afin d’éviter le sujet des moyens budgétaires accordés aux politiques pour la jeunesse.

« Réformer l’orientation de fond en comble »

Si la mise en place d’un véritable « Service Public d’Orientation » est un premier pas vers une orientation choisie et non subie les mesures annoncées restent insuffisantes. Les lycéens ne pourront se satisfaire de slogans et attendent un réel suivi individualisé au sein de leur parcours scolaire.

Aussi, les suppressions de postes dans l’Education Nationale ne font qu’accroitre le manque de conseillers d’orientation, aujourd’hui déjà en incapacité de répondre aux attentes des jeunes en formation et en insertion.

Pour les jeunes de 16 à 18 ans, « on va contractualiser devoirs et droits»

Si l’UNL salue la possibilité donnée aux lycéens de créer et  de gérer des associations, elle regrette qu’une fois de plus, le gouvernement préfère les effets d’annonce aux vrais choix de société. Ce n’est pas en « donnant une nouvelle dynamique » à des structures préexistantes ou en « renforçant la représentativité des jeunes » dans des instances déjà sclérosées que le gouvernement satisfera l’envie des jeunes de peser sur les choix politiques.

L’UNL déplore le fait que ce gouvernement laisse de côté la question de la formation citoyenne des jeunes de 16 à 18 ans et de leurs droits civiques et sociaux.

«Aucun jeune ne devra rester, entre 16 et 18 ans, en dehors de tout système de formation »

L’UNL félicite le Président de la République d’avoir repris à son compte les recommandations de l’OCDE sur la prise en charge collective de la formation des jeunes jusqu’à 18 ans !

Mais l’UNL refuse que les jeunes « décrocheurs » soient stigmatisés en étant poussés vers des formations précarisantes, et rappelle que c’est le système scolaire qui porte la responsabilité de ces exclusions, et non les jeunes !

L’UNL invite donc Nicolas Sarkozy à rehausser l’obligation de scolarité jusqu’à 18 ans.
Elle doit s’accompagner d’une réforme du lycée ambitieuse qui permette à chacun de trouver sa place et de réussir dans l’enseignement secondaire.

L’UNL tient enfin à rappeler que la réforme du lycée en cours de discussion avec le Ministre de l’Education Nationale ne pourra pas se dispenser d’apporter davantage de réponses au malaise des jeunes et à leur aspiration à l’autonomie.

Lucie Bousser

Présidente de l’Union Nationale Lycéenne



11 lycéens étrangers sommés de quitter la France

Aerticle Nouvel Obs.com

Les lycéens, majeurs, ont demandé leur régularisation après la rentrée des classes. Ils ont reçu en réponse une obligation de quitter le territoire.

(AFP)

(AFP)

Onze lycéens étrangers, qui avaient effectué leur rentrée scolaire et demandaient leur régularisation, ont reçu depuis début septembre de la préfecture de police de Paris une obligation de quitter le territoire, a annoncé, mardi 29 septembre, le Réseau éducation sans frontières (RESF).
Dans un communiqué, RESF en a appelé au préfet de police de Paris, Michel Gaudin, pour faire cesser cette situation.

Sept parents interpellés au travail

Selon le réseau, « depuis le début du mois de septembre, 11 lycéens majeurs, qui faisaient leur première demande de régularisation, ont reçu de la préfecture de police une obligation à quitter le territoire (OQTF), alors qu’ils viennent d’effectuer leur rentrée scolaire ».
RESF évoque aussi le cas de sept parents interpellés sur leur lieu de travail, dont deux ont été libérés à l’issue de leur garde à vue : « deux sont depuis en rétention » et trois « sont actuellement en garde à vue à la préfecture de police ».
Les deux personnes en rétention, « M. et Mme Zhuang, vivent et travaillent en France depuis 9 ans pour l’un, 8 ans pour l’autre ». « Depuis une semaine, leur fille de 19 ans, Bingxue souffre cruellement de (leur) absence » et « vit dans l’angoisse de les savoir si proche de l’expulsion », explique RESF.

(Nouvelobs.com)

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES