LA LOI CARLE : Pourquoi Nanterre paierait-elle pour Neuilly ?

Logo UNLLe Lundi 28 Septembre, les députés ont adopté une loi, à l’initiative de Jean-Claude Carle sénateur UMP. Le Conseil Constitutionnel vient de décider que cette loi était conforme à la constitution.

Cette loi préconise la parité de financement entre établissements élémentaires publics et établissements élémentaires privés sous contrat lorsqu’ils ceux-ci accueillent des élèves scolarisés hors de leur commune de résidence.

Favoriser les écoles privées au détriment de l’école républicaine

Tout d‘abord, elle constitue une menace prévisible pour l’existence des écoles des communes rurales et une fuite discriminatoire des écoles publiques de la banlieue vers les écoles privées du centre-ville.

Ensuite, nous pouvons constater que depuis un certain nombre d’années, notamment dans des villes dites « populaires », il existe une massification des établissements privés au détriment des établissements publics. Cela conduit à accentuer le phénomène de stigmatisation et de ghettoïsation de certains établissements.

Equilibrer le financement de l’école publique et de l’école privée n’est pas la solution : il faut investir massivement dans l’école publique pour lui redonner tout son rôle.

Une loi qui accentuera les inégalités

Cette proposition de loi serait vectrice et amplificatrice des inégalités déjà présentes entre le public et le privé. Elle creuserait une fois de plus le fossé entre les classes populaires et les classes les plus favorisées.

La crise économique et sociale que nous subissons aujourd’hui et dans laquelle les classes populaires sont prioritairement atteintes, demande des réponses économiques et sociales favorisant l’égalité ente tous les citoyens.

L’Union Nationale Lycéenne, premier syndicat lycéen, n’accepte pas ce glissement vers un libre marché scolaire et demande l’abrogation de la loi Carle. Aussi, nous demandons que l’Etat investisse massivement dans l’école Républicaine et que le financement public des écoles privées soit interdit.

Utilisons les fonds qui sont aujourd’hui alloués par l’Etat aux écoles privées pour redonner un nouveau souffle à l’école de la République.

Antoine EVENNOU
Président de l’Union Nationale Lycéenne



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES