TRAVAILLER EN COLLEGE… LA COUPE EST PLEINE !!!

Logo SNESSNES – Section académique de Montpellier – Secteur collèges

Enclos des Lys, B – 585 rue de l’Aiguelongue – 34090 MONTPELLIER

Tél. 04.67.54.10.70 – Fax : 04.67.54.09.81 – s3mon@snes.eduhttp://www.montpellier.snes.edu



 

 

TRAVAILLER EN COLLEGE… LA COUPE EST PLEINE !!!

 

            Chèr(e)s collègues

 

            Comme nous tous, enseignants de collège, vous mesurez chaque jour combien le quotidien de notre vie professionnelle est de plus en plus dégradé par l’accroissement incessant de notre charge de travail, l’absence de reconnaissance et la remise en cause du sens même de notre métier.

            Désormais notre « ordinaire » en collège est marqué par :

Ø    La dégradation de nos conditions de travail,

Ø    La dénaturation de nos métiers,

Ø    Le renoncement pour les élèves.

 

ça suffit !

                 

         Nous devons créer partout les rapports de force indispensables pour mettre un terme à cet empilement de tâches nouvelles et imposer l’intégration dans nos services du temps de concertation, le respect des spécificités et des missions des différents personnels, l’ouverture de véritables discussions autour de notre métier et de sa revalorisation.

Dernières « inventions » de l’année :

Histoire des Arts et… Livrets de compétences du socle commun !

 

            A elles seules, ces deux « nouveautés » résument parfaitement les trois points énoncés plus haut.

En effet, dans une totale absence de transparence et de débat, le Ministère cherche à nous imposer par un arrêté d’Août pour l’un, une note de service de juillet pour l’autre (BO du 29 octobre), l’accomplissement de tâches nouvelles d’enseignements et d’évaluations, très lourdes, et non rémunérées, sans aucun cadrage dans leurs objectifs, leurs contenus et leurs modalités.

            Au-delà, et en particulier pour le livret de compétence, il s’agit bien là de mettre en place un enseignement au rabais construit autour de compétences utilitaristes, qui confirme le choix du gouvernement de renoncer à la conception de cette école ambitieuse que nous portons pour tous les élèves. Enfin, la mise en place de ce livret pose la question de l’articulation de la maîtrise du socle commun avec le « reste » des programmes qui vont connaître un effondrement en terme de contenus et donc de savoirs.

            Il s’agit là d’une transformation radicale de nos métiers et de nos conditions d’exercice qui vise à nous faire glisser du statut de « concepteurs » qui est le nôtre, à celui « d’exécutants ».

 

Livret de compétences (non obligatoire cette année) : la section académique du SNES-Montpellier appelle les collègues à se mobiliser et à agir collectivement pour ne pas le renseigner.

Nous vous proposons pour cela :

1)    De signer massivement la pétition nationale en ligne : http://www.snes.edu/petitions/index.php?petition=16

2)    De construire dans votre établissement un rapport de force et une large mobilisation pour organiser collectivement ce refus. Vous pouvez, par exemple, vous aider de la lettre-pétition ci jointe (inspirée de la pétition nationale) à adapter et à remettre à votre Principal.

 

Concernant l’Histoire des Arts ; l’action collective est d’autant plus nécessaire que son enseignement est obligatoire dès cette année, et qu’un refus individuel pourrait entraîner des sanctions. Il faut en tout état de cause :

1)    Exiger que toute votre contribution soit faite sur vos heures de services

2)    Refuser quelque déplacement que ce soit (épreuve extérieure au collège) sans ordre de mission.

 

Ensemble, mobilisons-nous pour imposer une autre politique éducative

Après la Grève nationale du 21 janvier,

 

 

 

Samedi 30 janvier : Manifestons par dizaines de milliers à Paris

 

 

 

Un TGV spécial a été réservé, inscrivez-vous auprès du responsable Snes de votre établissement, ou de votre section départementale ou de la section académique du Snes

 

 

Livrets de compétences du socle commun : lettre-pétition

Monsieur ou Madame le Principal,

L’attestation de la maîtrise du socle commun est prévue sous la forme d’un livret de compétences. C’est dans une absence totale de transparence et de débat que le Ministère nous impose la tenue de ce livret de compétences dès cette année, pourtant l’arrêté relatif aux modalités d’attribution du Diplôme National du Brevet (DNB) ne prévoit sa prise en compte que pour la session 2011.

Cette situation n’est pas acceptable car le ministère n’a apporté aucune réponse satisfaisante aux nombreux problèmes soulevés depuis le départ tant sur le fond que sur la forme.

Ainsi sur le fond :

Ø     le passage à un enseignement construit autour de compétences pose de redoutables problèmes pédagogiques et éducatifs, didactiques et d’évaluation qui n’ont jamais été valablement réfléchis ni débattus avec la profession ;

Ø     l’attestation remise à l’élève et à ses parents en fin de scolarité ne leur permettra pas d’apprécier ce qui est véritablement maîtrisé puisque la validation des items à l’intérieur de chaque domaine est globale ;

Ø     il n’est ni juste ni cohérent d’évaluer la maîtrise du socle avec des enseignants qui n’ont pas été spécifiquement formés à cela.

Sur la conception même du livret :

Ø     bon nombre d’items renvoient à des « compétences » très générales et très vastes. Sur quels objets portent-elles ? Quel est le niveau réellement requis de l’élève ?

Ø     la pertinence d’autres items est contestable parce qu’ils renvoient au jugement de la personne même de l’élève ;

Ø     la plupart des domaines sont constitués d’items très disparates et de difficultés diverses : où placer le curseur pour définir si le domaine est maîtrisé ou non ?

Ø     une évaluation binaire (oui/non) n’est pas à même de rendre compte valablement du niveau d’un élève ;

Ø     quel sens donner au caractère national du DNB quand chaque établissement est invité à établir ses propres règles de validation du livret ?

Par ailleurs, la charge de travail des enseignants, et notamment des professeurs principaux, des CPE et des COPSY serait considérablement alourdie et aucun temps de concertation n’est prévu alors que de nombreux items concernent plusieurs disciplines ou personnels différents.

Nous n’hésitons pas à consacrer du temps, à donner de nous-mêmes pour la réussite de nos élèves mais nous refusons de nous prêter à ce qui ne peut que donner lieu à une mascarade d’évaluation, à l’instar du B2i et du niveau A2 pour lesquels il n’a pas non plus été jugé bon de dresser un bilan.

Nous ne voulons pas d’une évaluation incessante de nos élèves qui se substituerait à la construction patiente de savoirs solides et formateurs et à un travail réellement éducatif. En outre, le socle commun induit un tri des élèves selon qu’ils seraient jugés a priori aptes à poursuivre des études après le collège ou qu’ils devraient se contenter du socle.

Une telle évolution du collège, qui se traduirait par une transformation radicale de nos métiers et de nos conditions d’exercice, n’est pas de nature à répondre aux problèmes que rencontre le collège aujourd’hui. L’expérience des pays qui ont fait le choix d’un enseignement par compétences n’a d’ailleurs pas permis de conclure qu’il apportait des réponses pertinentes à la difficulté scolaire.

Pour toutes ces raisons, nous vous informons, Monsieur le Principal, que nous ne renseignerons pas le livret de compétences ou que nous apportons notre soutien aux collègues directement concernés qui refuseront de le faire.

Nous demandons au Ministère d’initier un débat approfondi au sein de la communauté éducative qui pourrait s’appuyer sur le bilan des expérimentations menées jusqu’ici en France comme à l’étranger et les travaux pour le moins contradictoires de nombreux chercheurs.

 

NOM

PRENOM

QUALITE

SIGNATURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES