Victoire contre les abus de l’autorité administrative

25 janvier 2010

COMMUNIQUE du Réseau des enseignants du primaire en résistance

Victoire contre les abus de l’autorité administrative : Erwan Redon et Gilles Lehmann réintègrent leurs écoles

Nous sommes heureux d’apprendre qu’aujourd’hui, lundi 25 janvier, nos collègues Erwan Redon et Gilles Lehmann réintègrent leurs classes dont ils avaient été abusivement soustraits .

Le premier, suite à une décision du Tribunal Administratif de Marseille jugeant illégale sa sanction de déplacement d’office et le second, suite à un recul de L’Inspection Académique de Limoges.

Dans le premier cas, l’administration a sanctionné abusivement l’enseignant marseillais pour avoir exercé sa liberté pédagogique, dans le second cas, elle l’a relevé de la classe pour de simples déclarations d’intention de ne pas respecter à la lettre le protocole d’évaluation nationale des CM2.

Une conclusion s’impose : l’administration crispée et autoritaire de l’Education nationale n’hésite pas à se mettre hors la loi pour tenter de faire plier ceux qui contestent ses directives alors que les enseignants-désobéisseurs ont été respectueux des lois de la République et des droits des enfants.

Nous dénonçons donc l’utilisation partisane du droit, systématiquement désavouée d’ailleurs par les tribunaux administratifs, qui est faite par l’Etat contre les résistants pédagogiques et nous appelons à poursuivre cette résistance dans l’objectif toujours renouvelé de l’intérêt de nos élèves, en particulier des plus en difficulté.

www.resistancepedagogique.org

Contacts :
Sébastien Rome 06 88 56 77 24   Marie Odile Caleca : 06 89 32 39 55

COMMUNIQUE DE L’APPEL DES 200 MAITRES CONTRE LES EVALUATIONS NATIONALES

COUP D’EPONGE SUR LA BAVURE

Signataire de l’appel des 200 maîtres contre les évaluations nationales, Gilles Lehmann a reçu l’ordre par son inspecteur de laisser sa classe à une remplaçante le lundi 18 janvier. Cette mesure exceptionnelle, appliquée quand des enfants sont mis en danger, se voulait être la réponse à la volonté de notre collègue de ne pas respecter à la lettre le protocole de passation des évaluations de CM2. Était invoqué comme motif (courrier de l’IA de Haute-Vienne) le fait que les élèves n’étaient pas traités à égalité ce qui faussait les résultats du dispositif d’évaluation au point de « désorganiser le service public ». Bref, du terrorisme pédagogique !

Le caractère abusif et disproportionné de cette sanction au regard des faits reprochés a suscité de nombreuses réactions populaires et médiatiques. Finalement, à l’issue de la réunion disciplinaire à l’Inspection Académique de Limoges le 22 janvier, aucune poursuite n’a été retenue contre Gilles Lehmann qui peut ainsi retrouver ses élèves. Il faut dire que le souci d’égalité invoqué aurait contraint le ministère à sortir de leur classe près du tiers des maîtres de CM2 ayant agi comme G. Lehmann l’an dernier ! Mesure rendue d’autant plus impossible que le manque de remplaçants se fait déjà durement sentir. Par ailleurs, le ministère ne pouvait prétendre vouloir garder la porte ouverte pour d’éventuelles améliorations et tolérer un zèle local peu propice à de telles négociations !

On peut d’ailleurs se demander qui désorganise le plus le service public d’éducation actuellement : disparition programmée des IUFM, suppression massive d’emplois notamment de remplaçants, diminution dramatique du temps de classe et des RASED, nouveaux programmes, fin de la carte scolaire, projet d’EPEP, jardins d’éveil… A ce jeu-là, le ministère est largement gagnant ! Rappelons que loin d’être isolés les enseignants opposés à ces évaluations ont notamment reçu le soutien de la principale fédération de parents d’élèves (FCPE) et de nombreuses personnalités du monde éducatif qui toutes, condamnent le dispositif imposé contre l’avis des professionnels.

Le ministère gagnerait donc à les écouter comme l’invitait à le faire dans une question écrite au gouvernement le député C. Sirugue (13.01.10), mais également l’universitaire Nathalie Mons pour qui « des évaluations ne servent à rien si elles ne débouchent que sur des constats chiffrés » (le Monde 20.01.10) ou encore Claude Thélot qui affirme que « le processus global de l’évaluation (outils, observations sur le terrain, analyse, etc.) doit être d’une qualité telle qu’il soit indiscutable aux yeux des observateurs et des utilisateurs » avec « des moyens quantitatifs et qualitatifs […] sans commune mesure avec ce qu’ils sont aujourd’hui ».

Nous espérons qu’une telle péripétie amènera le ministère a plus de raison en acceptant enfin d’entendre tous ceux qui souhaitent faire évoluer ces évaluations pour en faire un véritable outil au service exclusif de la réussite des élèves.

Sylvain Grandserre – Porte-parole de l’appel des 200 maîtres contre les évaluations nationales – le 24.01.10 contact : 06 19 69 45 83

Communiqué d’Education-Résistance-Autoritarisme

La mascarade administrative de l’Inspection d’académie se poursuit : Erwan Redon réintègre l’école des Convalescents !

Le 21 décembre dernier, le Tribunal administratif de Marseille a donné raison à Erwan Redon, instituteur désobéisseur, et à ses défenseurs en suspendant la sanction de déplacement d’office prise par l’Inspecteur d’académie des Bouches-du-Rhône quelques mois plus tôt.

En application de la décision du juge des référés, l’IA a annulé la semaine dernière toute la procédure disciplinaire à l’encontre d’Erwan Redon depuis le printemps dernier et lui a demandé de reprendre son ancien poste à l’école élémentaire des Convalescents, à Belsunce (1er arr. de Marseille).

L’annulation de la sanction signifierait également que le conseil de discipline qui l’avait prononcée le 17 septembre 2009 ne s’est en réalité jamais tenu !!!

Dans son ordonnance, le juge des référés avait considéré que la procédure inique qui s’était déroulée devant le conseil de discipline était irrégulière, d’une part au regard de la partialité de son président, l’Inspecteur d’Académie, qui n’avait pas hésité à prendre parti publiquement, d’autre part du fait de l’irrégularité du vote des membres de la commission disciplinaire.

Informé de cette « nouvelle affectation » à la dernière minute – vendredi 23 janvier pour une reprise de poste lundi 25 – alors que le courrier de l’Inspecteur d’Académie datait du 18 janvier, Erwan Redon va donc réintégrer un établissement qu’il avait quitté le 25 septembre 2009.

Ce énième revirement témoigne une fois encore de l’absurdité de la situation. Pour Erwan Redon mais, et c’est sans doute là le plus grave, pour les enfants des deux écoles où il a été en poste cette année qui vont à nouveau devoir subir des changements difficiles, affectivement, perturbant pour leurs apprentissages.

www.education-resistance-autoritarisme.org
Erwan Redon: 06 32 70 91 89



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES