Masterisation : le recteur de Versailles présente son plan de formation des stagiaires

« Nous avons travaillé depuis plusieurs mois avec les différents partenaires, les cinq universités de l’académie et l’IUFM, afin de construire l’offre de formation la plus adaptée aux professeurs stagiaires », indique à AEF Alain Boissinot, jeudi 25 mars 2010 (AEF n°129358). Le recteur de Versailles a présenté jeudi son plan d’organisation de l’année de formation de fonctionnaire stagiaire en CTPA. Il s’appliquera dès la rentrée 2010 à quelque 1 600 stagiaires du premier degré et du second degré. « L’année 2010-2011, qui verra l’arrivée d’enseignants qui n’auront pas suivi l’année de formation en IUFM (PE2, PLC2) sera particulièrement stratégique », prévient le recteur.

Bâti « dans l’esprit de la note de cadrage du 25 février », ce dispositif assure aux stagiaires une formation équivalente à un tiers du temps de service obligatoire (27h hebdomadaires pour les PE ; 18h pour les certifiés et 16h pour les agrégés), soit « environ l’équivalent d’une journée de formation par semaine », précise le recteur. Cette formation comprend pour tous les personnels stagiaires, un accueil début septembre, un accompagnement renforcé jusqu’à la Toussaint, puis des périodes de formation « filée » ou « groupée » tout au long de l’année.

« L’objectif était d’offrir aux stagiaires le temps de formation le plus efficace possible, tout en assurant le bon fonctionnement des établissements », énumère le recteur, qui reconnaît volontiers des « complexités d’ordre technique » dans la construction du dispositif.

PREMIER DEGRÉ. Dans le premier degré, les stagiaires seront affectés – selon leurs vœux et leur place au classement – en brigade de remplacement et « stabilisés » jusqu’aux vacances de la Toussaint dans une école auprès d’un maître expérimenté. Ils seront ensuite placés sur des remplacements longs et alterneront enseignement devant élèves et périodes de formation.

Les professeurs tuteurs, choisis en priorité parmi les EMF, pourront encadrer un ou plusieurs stagiaires. Ils bénéficieront d’une formation et d’un suivi par regroupements ou à distance. Interrogé par AEF, Alain Boissinot estime avoir « les moyens de payer les intervenants et les professeurs expérimentés ».

SECOND DEGRÉ. Leurs collègues du second degré seront affectés sur des supports laissés vacants et/ou des blocs de moyens provisoires. Le rectorat a repéré pour eux des supports adaptés, en concertation avec les corps d’inspection et les chefs d’établissement.

Selon Alain Boissinot, le blocage de « quelques centaines » de postes pour les stagiaires ne devrait pas nuire au bon déroulement du mouvement des 40 000 enseignants du second degré de l’académie, premier et second degrés confondus. Dans la mesure du possible, le rectorat a réuni des « petits blocs de moyens épars » afin de constituer des « supports complets ». « Cette année, non seulement nous n’allons pas supprimer de postes, mais nous allons en créer plusieurs dizaines », se félicite le recteur.

Après une période d’accueil et d’information de trois jours en amont de la rentrée, les stagiaires bénéficieront les deux premiers mois de l’année d’un « accompagnement renforcé » par un collègue chevronné sous forme « d’échanges » : « Le stagiaire viendra deux heures par semaine dans la classe du tuteur et inversement », résume le recteur. Suivra tout au long de l’année une « formation filée » à raison d’environ une demi-journée par semaine, laissée libre dans l’emploi du temps. Le rectorat précise que « dans toute la mesure du possible, le service du stagiaire sera organisé avec un abattement de deux heures ».

Les heures correspondantes « feront l’objet d’une délégation correspondante à l’établissement d’affectation […]. Elles pourront, de préférence, être assurées par un autre professeur de l’établissement ou, éventuellement, donner lieu à une rémunération du professeur stagiaire enseignant sans que le service de celui-ci ne puisse dépasser l’obligation réglementaire de service de son corps », précise le rectorat dans une note technique.

Enfin, au printemps, les stagiaires seront regroupés pour dix jours de formation à l’université. « À ce moment-là, il faudra leur trouver des remplaçants », reconnaît Alain Boissinot, mais pas des stagiaires de M2. « Le ministère a renoncé à remplacer des stagiaires par des étudiants de M2 afin d’éviter aux élèves d’avoir deux débutants », explique Alain Boissinot.

Enfin, à l’instar des stagiaires du premier degré, ces jeunes professeurs auront accès à une banque de données ou des conseils en ligne, via l’ENT de l’académie de Versailles. Un volet de la formation auquel Alain Boissinot se dit « particulièrement attaché ».

PÔLE DE FORMATION. Afin d’assurer ces nouvelles missions de formation des stagiaires, jusqu’ici assumées par l’IUFM, le rectorat de Versailles réorganise ses services. « Nous voulons assumer notre mission d’académie de formation en constituant un véritable pôle de formation initiale et continue qui concernerait tous les personnels », détaille le recteur. Pour l’instant, ce pôle placé sous la direction d’un IA-IPR, Philippe Ballé, et constitué de deux ou trois personnes (inspecteurs, chefs d’établissement) a vocation à s’étoffer. En lien avec l’université et l’IUFM, il coordonnera toute les actions de formation.

UNE RÉPARTITION ÉQUITABLE. En parallèle, le rectorat travaille avec les cinq universités de l’académie à une répartition « équitable » des formations à travers l’académie. « Les formations mobilisant une forte demande comme celle de PE seront sans doute présentes dans toutes les universités, mais ce ne sera peut-être pas le cas pour toutes », précise Alain Boissinot. L’université de Cergy-Pontoise ayant intégré l’IUFM est « le fer de lance » de ce dispositif : « L’IUFM devrait jouer un peu le rôle d’agence de stages », conclut Alain Boissinot.

Contact : Rectorat de Versailles, Dominique Patard, Service communication, 01 30 83 40 50



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES