Les jeunes profs seront mieux payés

Article LeMonde

Attendue depuis deux ans, la « revalo » arrive. Luc Chatel en a annoncé les grandes lignes dans l’émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro, où il était invité dimanche 28 mars. Elle se matérialisera par 157 euros net supplémentaires en bas de la feuille de paye des professeurs des écoles et des certifiés qui entrent dans le métier le 1er septembre prochain. Pour les agrégés, le gain sera de 259 euros.

La revalorisation proposée par Luc Chatel veut lisser la courbe des carrières en augmentant le traitement perçu les sept premières années. Elle répond aussi au besoin d’attirer des jeunes diplômés, alors que les départs annuels en retraite sont nombreux et que dans certaines disciplines, le taux de quatre candidats pour un poste mis au concours – estimé garantir la qualité du recrutement – est tout juste assuré.

L’augmentation des débuts de carrière a été un des arguments pour « vendre » l’allongement de la formation des enseignants à cinq années, (dite réforme de la mastérisation) qui entre en vigueur en septembre. A titre de comparaison, le CEREQ a évalué fin 2009 que le salaire net médian des jeunes diplômés, quelle que soit l’entreprise où ils travaillent, était de 1900 euros net, trois ans après avoir obtenu un master en sciences dures et de 1500 avec un même niveau d’études en sciences humaines.

Selon l’entourage du ministre «  le traitement mensuel net d’un professeur des écoles stagiaire s’inscrira désormais dans une fourchette allant de 1 577 euros à 1 628, selon le lieu de résidence, tandis que celui d’un professeur certifié stagiaire pourra s’élever à 1 811 s’il est affecté en zone d’éducation prioritaire. Un professeur agrégé stagiaire percevra, lui, en moyenne un traitement mensuel net de 2 027 euros  ».

Les syndicats souhaitaient, eux, que l’ensemble des enseignants bénéficient de cette augmentation qui touche un enseignant sur quatre.

La revalorisation est l’élément essentiel du « pack de carrière », de Luc Chatel. Y figurent aussi un droit individuel à la formation, doublé de deux entretiens de carrière, à 2 ans et à 15 ans. Le ministre a aussi annoncé la mise en place des premiers rudiments d’une médecine du travail avec le recrutement de 80 médecins et l’obligation pour tout enseignant de passer une visite à 50 ans.

 

Maryline Baumard

 

Article Le Figaro

Chatel promet d’augmenter les salaires des jeunes profs

«Nous avons des étudiants qui font l'effort d'une année d'études  supplémentaire, eh bien la contrepartie, c'est qu'ils sont mieux payés»,  a commenté le ministre
«Nous avons des étudiants qui font l’effort d’une année d’études supplémentaire, eh bien la contrepartie, c’est qu’ils sont mieux payés», a commenté le ministre Crédits photo : Abaca

Le ministre de l’Education a annoncé dimanche une revalorisation salariale pour environ un quart des professeurs, ainsi que des mesures de gestion de carrière.

Les jeunes profs seront mieux payés  dans Revue de presse coeur-Une bonne nouvelle pour une partie des professeurs. Un peu moins du quart d’entre eux (20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction) vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010, a annoncé dimanche le ministre de l’Education Luc Chatel.

«On va proposer en début de carrière une augmentation de 157 euros nets par mois pour les professeurs des écoles et les professeurs certifiés (…) et pour les professeurs agrégés 259 euros [nets mensuels]d’augmentation», a-t-il précisé. Cette revalorisation avait été promise par le président de la République Nicolas Sarkozy. Elle est liée à la réforme de la formation des enseignants, qui prévoit que les futurs enseignants soient recrutés au niveau «master 2» (bac + 5). «Nous avons des étudiants qui font l’effort d’une année d’études supplémentaire, eh bien la contrepartie, c’est qu’ils sont mieux payés», a commenté le ministre.

Au total, les revalorisations prévues représentent un coût de «196 millions d’euros, soit exactement la moitié des économies réalisées par le non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite», a précisé le ministre de l’Education lors du Grand jury RTL-Le Figaro-LCI.

 

Un droit invidivudel à la formation

Le ministre de l’Education a par ailleurs annoncé la mise en place en septembre 2010 d’un Droit individuel à la formation (DIF), suivi par les enseignants «sur la base du volontariat». Cette formation, de 20 heures par an, sera «complémentaire aux formations de l’Education nationale», a-t-il expliqué. Elle sera effectuée pendant les vacances scolaires et sera rémunérée «50% du salaire horaire». Il a également annoncé la création d’«un entretien systématique» consacré à la mobilité professionnelle pour «tous les professeurs après deux ans et ensuite après 15 ans de carrière» et la mise en place sur internet d’»un portail unique» recensant «les postes à pourvoir hors Education nationale».

Sur le plan de la santé sera lancée une campagne de recrutement de «80 médecins de prévention» à partir de juin 2009. Un bilan de santé sera proposé à «tous les personnels de l’Education l’année de leur 50 ans» à partir de la rentrée 2010, a ajouté le ministre. Le comité d’hygiène et de sécurité va par ailleurs être transformé en comité d’hygiène, de sécurité et de sécurité des conditions de travail. «On va traiter enfin de la prévention des risques», s’est réjoui Luc Chatel.

 

Lutter contre l’absentéisme

Le ministre de l’Education a également fait des propositions pour lutter contre l’absentéisme à l’école. Il propose de confier aux préfets la responsabilité de suspendre les allocations familiales aux parents d’enfants qui pratiquent l’absentéisme scolaire. Le ministre a dit constater que «le contrat de responsabilité parentale (institué par la loi du 31 mars 2006 et signé entre des parents et le département, ndlr) ne fonctionne pas». Il permettait, en cas de manquement, au président du conseil général de demander à la Caisse d’allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

«Depuis 2006, quelques dizaines de cas ont été mis en oeuvre. Nous allons changer cela», a annoncé le ministre. «Je ne suis pas opposé à ce qu’il y ait une responsabilité des préfets», a-t-il avancé. Une telle disposition n’est «pas simple à organiser», elle nécessite de «trouver un véhicule législatif». Ce sera fait «dans les prochaines semaines», a assuré Luc Chatel, car le gouvernement veut aller «très vite».

 

 

 

 

 



1 commentaire

  1. combinaison ouverte 29 mars

    Quand on ne « travaille » pas plus de 142 jours par an, que la majorité des enfants qui sortent de primaire ne savent pas lire et écrire sans faute, que l’on donne le BAC à tout le monde, on a la décence de ne pas réclamer.

Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES