Clôture de son 7ème Congrès : l’UNL à l’offensive contre l’école à deux vitesses !

Le 7ème congrès de l’UNL, qui réunissait 300 délégués lycéens à paris depuis samedi, s’est clôt lundi 5 avril.

L’Union Nationale Lycéenne, premier syndicat lycéen de France, a profité de cette occasion pour affirmer sa volonté de porter les aspirations de la jeunesse, sa volonté d’imposer un changement de cap au gouvernement en matière de politique éducative et a formulé ses exigences pour remettre l’égalité des droits au cœur du service public.

Les lycéens attendent des mesures fortes pour mettre en sécurité sociale la jeunesse et portent l’exigence d’un service public d’éducation gratuit, laïque, solidaire et démocratique.

C’est ainsi que les lycéens dénoncent la politique menée par le gouvernement. En effet, il porte la responsabilité de la hausse du chômage et de la précarité amplifiée par la crise économique et sociale dont les jeunes sont les premières victimes. En n’investissant pas dans les services publics, le gouvernement rajoute de la crise à la crise, du chômage au chômage, du malaise social au malaise social.

Le gouvernement continu la casse des services publics et notamment celui de l’éducation. Lors de son 7ème congrès l’UNL a tenu à appeler le gouvernement à faire face à ses responsabilités en investissant massivement dans l’éducation et en mettant en place une politique éducative qui favorise la réussite de tous. Les réformes qui sont entreprises depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy sont loin de répondre aux attentes et aux besoins des lycéens : le gouvernement doit désormais l’entendre !

Pas de moyens, pas de débats Monsieur le Ministre !

Alors que les états généraux sur la sécurité scolaire vont s’ouvrir dès demain, l’UNL tient à rappeler au Ministre de l’Education Nationale qu’il ne peut faire l’impasse sur les questions budgétaires et pédagogiques.

En effet, les raisons de la violence sont multiples et pas uniquement liées à l’école. La précarité et le chômage des familles de plus en plus forts, les classes de plus en plus surchargées, les conditions de vie et d’études des lycéens créent de véritables tensions tant dans l’école qu’à l’extérieure. Le gouvernement est le seul responsable de cette situation, il doit maintenant apporter des réponses efficaces et justes.

 Les retraites : une affaire de jeunes

A l’occasion de ce congrès le lycéen ont aussi rappelé au gouvernement qu’il ne peut aborder le débat sur la réforme du régime des retraites sans l’avis de toutes les générations directement concernées par cet enjeu social majeur, et donc des jeunes d’aujourd’hui.

Ils lui rappellent ainsi que nous serons intransigeants sur :

  • L’âge légal du droit de départ à la retraite à 60 ans et le non allongement de la durée de cotisation
  • Un système solidaire de retraites par répartition garantissant des montants de retraites de haut niveau.
  • La prise en compte des années d’études et de formation dans le calcul de la retraite
  • La lutte contre les inégalités salariales et de pensions entre les hommes et les femmes

Ce 7ème congrès de l’UNL s’est achevé par la réélection d’Antoine Evennou pour un nouveau mandat de deux ans à la tête de l’UNL.

Antoine Evennou
Président de l’Union Nationale Lycéenne



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES