Expérimentation sur les rythmes scolaires dans 100 collèges et lycées à la rentrée 2010: Chiche!

Logo UNLLuc Chatel a annoncé la mise en place d’une expérimentation dans 100 collèges et lycées à la rentrée 2010, afin d’explorer une piste de refonte des rythmes scolaires, tout en favorisant l’activité sportive. L’UNL considère que poser le débat d’une refonte sur les rythmes scolaires est nécessaire, mais met en garde le gouvernement contre la tentation de l’instrumentaliser dans le but de réaliser des économies budgétaires.

 

Des rythmes scolaires en phase avec les rythmes des jeunes: une nécessité pédagogique!

 

L’UNL considère le débat sur les rythmes scolaires comme essentiel. Les journées de sept à huit heures représentent un frein à la concentration des élèves, et rendent impossible  l’apprentissage de connaissances et de compétences nécessaires à la réussite des élèves.

 Il est primordial de poser la question de l’équilibre du temps scolaire, à l’échelle de la journée, comme à l’échelle de la semaine ou de l’année. Cependant, cette question n’est pas dissociable de celle de la valorisation de nouvelles formes d’apprentissage: équilibrer le temps scolaire, c’est aussi l’équilibrer entre cours magistraux, travaux en autonomie, projets interdisciplinaires, et pratiques associatives, culturelles ou sportives.  Ainsi l’expérimentation prévue apparait réductrice et non appropriée aux besoins de l’ensemble des élèves.

 

L’UNL met en garde le gouvernement: les lycéens ne permettront pas l’instrumentalisation du débat à des fins budgétaires!

 

La réflexion sur les rythmes scolaires implique parallèlement un questionnement d’une part, sur la formation des enseignants, qui doivent être en capacité de mettre en place des formes d’apprentissage variées, et, d’autre part, sur l’encadrement des élèves. En effet, dans des classes à plus de trente élèves, il sera impossible de ressentir l’impact d’une refonte des rythmes scolaires.

 

L’UNL demande au gouvernement de prendre ses responsabilités:

- le gel des suppressions de postes jusqu’à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy est nécessaire à la bonne tenue de la conférence sur les rythmes scolaires, et à la mise en place des décisions qui en émaneront.

- Par ailleurs, le premier syndicat lycéen demande à Luc Chatel de déterminer un seuil maximal d’élève fixé à 25 par classe, afin d’assurer des conditions d’études de qualité à tous.

- De plus, les lycéens demandent à ce que la réforme de la formation des enseignants soit remise à plat et de nouveau discuter avec l’ensemble de la communauté éducative. Le choix délibéré de faire une réforme de la formation des enseignants anti-pédagogique et à des fins comptables sacrifiera plusieurs générations d’élèves au profit d’une vision conservatrice de l’école.

 

L’UNL demande à Luc Chatel de donner aux lycéens toute leur place dans le débat sur les rythmes scolaires.

 

Les lycéens sont les premiers concernés par la nécessité d’adapter l’école à leurs rythmes, et les mieux à même de définir une organisation du temps scolaire pertinente, et les formes d’apprentissage les mieux adaptées.

C’est pourquoi, l’UNL, premier syndicat lycéen, organisera une vaste consultation lycéenne dans toutes les académies dès la rentrée prochaine, en parallèle de la conférence qui se tiendra en 2010/2011.

 

 

L’UNL considère comme nécessaire une refonte des rythmes scolaires, mais avertit le gouvernement: le débat n’aura pas lieu sans les lycéens, et ne pourra servir de prétexte à des saignées budgétaires du même ordre que celles des années précédentes.

 

Antoine Evennou

Président de l’Union Nationale Lycéenne



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES