Prof stagiaire, ma première rentrée scolaire s’annonce mal

Un poing tenant un crayon de papier (Hirok/Flickr).

A la rentrée, des dizaines de milliers d’élèves feront face à des enseignants non-formés. Ce qui signifie forcément un enseignement de moins bonne qualité. J’ai obtenu, mi-juillet, le Capes de SVT qui me permet de devenir professeur du second degré dès septembre. Je compte bien faire de mon mieux.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’une réforme, la fameuse « masterisation », entre en vigueur. Mais voilà, moi, je fais partie de la génération de transition, titulaire d’un bac + 4 « seulement » -et non d’un master- et d’un Capes. Me voici donc jeté dans le bain de l’Education nationale.

Je voudrai vous alerter sur ce qui est en train de devenir la « formation » des enseignants, suite à cette douloureuse réforme. Et ce, en attirant votre attention sur plusieurs points :

1 J’ai découvert où j’étais affecté dix jours avant la rentrée

Je suis affecté dans un établissement se situant à 250 km de mon logement, très pratique donc pour un déménagement en temps et en heure.

2La réforme inverse le rapport formation/pratique

Jusqu’à l’année dernière, c’était deux tiers de formation, un tiers de pratique. Cette année, ce sera un tiers de formation, deux tiers de pratique pour les enseignants stagiaires. Soit :

  • un temps plein hebdomadaire de 18 heures d’enseignement à assurer,
  • une formation de 180 heures, réparties sur l’année et se déroulant sur le site de l’IUFM de son académie, soit, pour moi, à 250 km de mon futur établissement.

On nous demande donc, pour notre première année, en tant que stagiaire :

  • d’assurer le même job qu’un titulaire -sans le salaire qui va avec, un stagiaire gagnant 100 euros net de moins qu’un néo-titulaire-,
  • en plus de suivre une formation continue.

3

Le « compagnonnage » promis de tuteurs sera informel

Selon la réforme, les enseignants stagiaires devaient être encadrés par des tuteurs mais, manifestement pour la plupart d’entre nous, cela ne sera pas le cas.

Les collègues pouvant être choisis comme tuteurs refusent de le faire, en raison -et je les comprends- de leur désaccord total avec cette réforme.

Nous serons aidés et accompagnés par nos futurs collègues, mais dans le cadre de la solidarité enseignante, plutôt que dans celui officiel du tutorat. Ainsi, le ministère se frotte les mains car le boulot sera (mal) fait mais quid de la prime versée normalement au tuteur ?

4

Des stagiaires affectés dans des établissements difficiles

L’une de mes collègues, qui a passé le concours dans le secteur privé (Cafep), est affectée dans un établissement accueillant des élèves ayant des difficultés scolaires et/ou comportementales -ce qui, en soit, est une très bonne chose- mais sans avoir reçu de formation spécifique.

Pour couronner le tout, c’est la seule enseignante de sa matière dans l’établissement de son affectation, et n’a, pour le moment, aucun tuteur, comme le prévoit pourtant la réforme.

Je voulais donc vous alerter sur ce qui est en train de devenir la « formation » des enseignants, suite à cette douloureuse réforme.

Sachez aussi que, suite à la réforme de la classe de seconde voulue par notre cher Président, les professeurs travaillent sans manuels scolaires : ceux-ci ne sont toujours pas édités, la faute à un changement de programme trop rapide.

Je vous remercie de m’avoir lu avec attention et espère vous avoir informé de la meilleure manière qu’il soit sur cette pénible rentrée que s’apprêtent à vivre les professeurs stagiaires, comme moi.

Nus nous faisions, tous, une grande joie de pouvoir commencer ce métier passionnant. Nous aurions simplement voulu que cela se fasse dans d’autres conditions.

Rue89 a reçu ce témoignage d’un riverain par courrier électronique alors que les enseignants entament leur rentrée. Il éclaire l’une des conséquences des réformes qui agitent l’Education nationale cette année. Si vous êtes enseignant vous aussi, n’hésitez pas à réagir pour apporter d’autres exemples concrets.

Photo : Un poing tenant un crayon de papier (Hirok/Flickr).

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web



Rentrée 2010 : L’Etat de l’Ecole

Dossier « le café pédagogique »

Rentrée 2010 : L'Etat de l'Ecole  dans Actualités 9_4Comment préparer ma rentrée ? Comment va l’Ecole ? Voilà les questions que pose ce nouveau dossier du Café pédagogique. Destiné aux enseignants, sans oublier les débutants, et aux acteurs de l’Ecole, « L’état de l’Ecole – Rentrée 2010″ offre une information à jour à la fois concrète et conceptuelle.

 

Concrètement, L’état de l’Ecole offre aux enseignants du primaire et du secondaire une information à jour pour affronter la rentrée. Quels nouveaux textes s’appliquent à la rentrée ? Où trouver des ressources pour préparer les premiers cours ? Mon manuel est-il prêt ? Quelles nouveautés pédagogiques dans ma discipline ?

 

Un chapitre particulier s’adresse aux débutants. Il présente les nouvelles ressources ouvertes à la rentrée par le ministère pour accompagner les nouveaux enseignants ainsi que des aides propres aux disciplines, des sites recommandés.

 

Pour tous ses acteurs, le dossier offre une vue d’ensemble sur  l’état de l’Ecole. Alors que la rentrée se fait dans un climat délétère, avec un ministre rattrapé par son destin, le Café fait l’inventaire des défis et des peines.

 

Ce sont les « 12 travaux de Luc Chatel » qui l’attendent à la rentrée. Comment faire tourner l’Ecole avec moins de moyens ? Comment lutter contre l’échec scolaire ? Que penser du recadrage de l’enseignement prioritaire ? C’est le « Quick Guide » qui synthétise en peu de pages les nouveautés de la rentrée à l’école, au collège et au lycée. Chacun de ces niveaux fait l’objet ensuite d’analyses approfondies où le Café a fait appel aux meilleurs spécialistes. C’est Claude Lelièvre ou Paul Robert qui parlent du lycée. Bruno Suchaut évoque les réformes du primaire, JM. Zakhartchouk l’accompagnement au collège.

 

Avec « L’école en débats », le Café revient sur les grands débats que l’Ecole va retrouver à la rentrée. Comment rénover le temps scolaire ? Quel management pour l’Ecole ? Comment évaluer l’Ecole et les enseignants ? Comment lutter contre l’absentéisme, etc.

 

Réalisé par l’équipe d’une quarantaine d’enseignants du Café pédagogique, L’état de l’Ecole – Guide de rentrée 2010 apporte informations et réflexions à ceux qui construisent l’Ecole.

Découvrez le sommaire de l’Etat de l’Ecole



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES