A Philippe Lamour (Nîmes) la rentrée n’est pas terrible non plus

Les suppressions massives de postes d’enseignants et une de leur conséquence directe, la réforme du lycée, mise en place cette année pour les élèves de seconde, conduisent à une nette dégradation des conditions d’enseignement offertes à vos enfants :

 

- Le nombre d’élèves par classe est trop élevé :

 

> Les 13 classes de seconde comptent 34 à 35 élèves. Aider les plus en difficulté devient donc très difficile. Le rétablissement de la 14ème classe de seconde aurait permis d’alléger ces effectifs.

 

> Il y a cette année 109 élèves en Terminale S. Au lieu de les répartir équitablement entre les 4 classes, 3 TS se retrouvent à 30 élèves, et une ne compte que 19 élèves. Ceci permet d’économiser des heures en ne dédoublant pas cette classe lors des TP et des TD. La logique est purement comptable, et en aucun cas pédagogique.

 

- Des classes sont supprimées : 2 Terminales ES au lieu de 3. Résultat : la majeure partie des élèves ayant échoué au baccalauréat ont dû aller redoubler dans d’autres lycées de Nîmes ou à Milhaud. Qu’en sera-t-il l’année prochaine des 73 élèves qui sont en 1ère ES cette année ? Se retrouveront-ils à 37 par classe en Terminale ? Devront-ils aller s’inscrire ailleurs ?

 

- Les nouvelles conditions de « formation » des professeurs stagiaires : elles pénaliseront cette année 4 classes de seconde et 2 classes de première. Ils auront au cours de l’année au moins 3 professeurs d’espagnol différents : outre leur enseignant (stagiaire sans tuteur dans l’établissement pour le guider), un remplaçant (ou plus) assurera les cours jusqu’à la Toussaint, et un étudiant viendra plusieurs semaines au cours de l’année pour prendre les classes.

 

- Des problèmes sont directement liés à la « nouvelle classe de seconde » :

 

AVANT LA REFORME

AUJOURD’HUI

Aide individualisée : 1h en français et 1h en maths par semaine pour les élèves en difficulté (8 élèves maximum)

Modules d’histoire-géographie : 1h en groupe une semaine sur deux

2 h d’  «accompagnement personnalisé»  par semaine:

-       1h en classe entière

-       1h en demi-classe financée sur 27 semaines seulement.

L’année scolaire s’achève-t-elle en avril ?  Comment « personnaliser » en classe entière ?

Option de détermination :

2h30 à 3h par semaine (SES, options artistiques, IGC…) avec 20 élèves maximum.

Enseignements d’exploration :

1h30 par semaine avec des effectifs de 34 élèves !

Pas de vrai programme, pas d’évaluation…

 

Perte d’heures d’enseignement en maths, français, histoire- géographie.

C’est un appauvrissement de l’enseignement

Un cadre national base du principe d’égalité entre usagers du service public

Fin de l’égalité républicaine entre les lycées et les lycéens, chaque établissement faisant des choix « pédagogiques » qui lui sont propres, souvent imposés par une baisse des moyens.

 

Vos enfants perdent des heures d’enseignement.

Celles-ci se déroulent dans de mauvaises conditions.

Les effets d’annonce ne résistent pas à une analyse des faits : les effectifs sont trop lourds pour apporter l’aide indispensable à vos enfants en cette année d’entrée au lycée.

 

Parents, Elèves, Enseignants

C’est tous ensemble que nous devons défendre l’Ecole Publique



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES