FCPE de l’Uzège Flash Info n°6

n° 06.10.11
du 18/09/10

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Lettre au Recteur

Conjointement à l’envoi du courrier au Recteur, la FCPE a contacté, par courriel, le Secrétaire Général d’Académie et le Directeur de la Direction de la Prospective des Moyens et des Enseignements.
Le Secrétaire Général a immédiatement répondu indiquant que les problèmes cités étaient en voie de règlement. Cette démarche a semble-t-il partiellement porté ses fruits :
·          Lycée Charles Gide : Lundi matin, les moyens nécessaires à l’ouverture de la ½classe en 1èreS ont été attribués. 1 enseignant en Philosophie et 1 en Histoire-Géographie ont été nommés.
·          Collège JL Trintignant : 1 enseignant en Lettres Modernes a été nommé mais n’a pas pris son poste pour incompatibilité statutaire.
·          Collège Lou Redounet : 1 enseignant en Mathématiques et 1 en Lettres Modernes ont été nommés.

Situation des Établissements en personnel

À ce jour, il manque toujours :
·          Collège JL Trintignant : 1 enseignant en Lettres Modernes.
·          Collège Lou Redounet : 1 enseignant en Arts Plastiques dont le recrutement incombe au Principal.
·          Lycée Charles Gide : 1 enseignant en Philosophie, 1 enseignant en EPS et 1 enseignant en Mathématiques pour assurer les 6h00 de la ½classe en 1èreS créée.

Collège Lou Redounet

La FCPE a été reçue par Monsieur le Principal, mercredi 15 septembre. Entre autre, elle a abordé les questions et remarques que des parents lui avaient communiquées.

·          Bilan de rentrée : le Collège accueille 685 élèves, quelques départs sont survenus en 3ème.
Il manque toujours 6h00 d’Arts Plastiques mais un remplaçant devrait arriver très rapidement. Les autres enseignants sont tous nommés et présents.
·          Emplois du Temps :
- Ils sont très compacts pour éviter les heures de permanence.
- Le créneau libre de 11h00 à 12h00 est délibéré afin de permettre un meilleur roulement du service de restauration. Les élèves demi-pensionnaires sont cette année appelés classe par classe au micro. Il est noté une amélioration et moins de bousculade.
- À nos questions sur les heures de permanence liées, entre autre, au transport, il a été répondu que :
. Les élèves sont accueillis en permanence de 16h30 à 17h30 s’ils le souhaitent et en octobre, l’accompagnement éducatif sera mis en place.
. L’accueil dans la cour des élèves en permanence était du à leur nombre conséquent (grève, professeurs non nommés…). Tout est maintenant rentré dans l’ordre.
. À notre interrogation sur le bien fondé de 2 heures d’Anglais dans la même journée, il a été répondu que cette partie de classe concernée était regroupée avec les bilangues. Cette 4ème heure, en petit groupe sera consacrée à l’oral.
- Concernant les activités physiques différentes des classes d’un même niveau et sur l’évaluation différente générée, il a été répondu que c’était un problème d’emploi du temps avec les professeurs mais que cela n’aura aucune incidence pour les enfants. Ce que nous pouvons mettre en doute quand on sait que la répartition des installations sportives entre tous les établissements d’Uzès a lieu au mois de juin, bien avant l’élaboration des emplois du temps !
·          Transports scolaires :
Devant les bus pleins et le nombre d’élèves laissés à Uzès, nous avons demandé que Monsieur le Principal informe au plus vite le service Edgard, des effectifs par lignes et par horaires de sortie.
·          Informations diverses :
- Suite à nos remarques sur le fait qu’elles aient été bien trop tardives l’année dernière, les réunions parents-professeurs de 5e, 4e et 3e auront lieu en novembre avant les conseils de classe.
- Le standard téléphonique de l’accueil va être changé. Joindre le collège devrait être plus aisé ! Ça doit rassurer les parents qui nous ont interpellés à ce sujet !
- Le stage de 3ème est maintenu du lundi 13/12 au vendredi 17/12 malgré notre demande de le différer dans le temps. Tous les collèges d’Uzès l’organisant la même semaine, il est de plus en plus difficile de trouver une entreprise.
- À notre demande, les conseils de classe débuteront à 17h00 et non à 16h30 afin de permettre une plus grande participation des parents.
- Suite à notre demande exprimée l’année passée, Monsieur le Principal s’est engagé à ce que tous les élèves de 3ème aient une formation à la Prévention et Secours Civiques de niveau 1, nécessaire pour valider le Livret de Compétences obligatoire pour l’obtention du Diplôme National du Brevet. L’accès au B2i sera possible depuis le collège et le domicile.

Halle de Sport de Mayac

Le 13 septembre, la FCPE a contacté le Directeur des Bâtiments du Conseil Général. Malgré un nouvel échange de courriers entre le CG et la Mairie d’Uzès pendant l’été, la situation n’a pas évoluée.
Depuis plus d’un an de rapport avec ce Monsieur, c’est la première fois qu’il évoque son inquiétude sur le report éventuel de l’enveloppe budgétaire bloquée pour cette Halle de Sports, alors que d’autres constructions sont prévues.

Pour la FCPE, cette situation n’a que trop duré ! le Maire d’Uzès doit respecter ses engagements pour que la Halle de Sport de Mayac soit construite au plus vite. Libérant des créneaux d’utilisation sur les autres installations, elle permettra de meilleures conditions d’enseignement pour tous les élèves scolarisés à Uzès.

La FCPE a décidé de lancer une Campagne de Signatures à l’adresse du Maire d’Uzès.

Nous vous invitons à éditer la pétition en PJ, de la signer et de la faire signer. Nous sommes tous concernés !
Vous pouvez nous retourner les signatures par scan ou dans les boîtes aux lettres FCPE des établissements.

CDI du Collège JL Trintignant

Devant le budget peu important du CDI, Valérie Mandoul, parent d’élève, se propose de collecter des livres en bon état (romans jeunesse, classiques, BD, etc…) pour abonder le fond de bibliothèque.
La professeure-documentaliste est favorable à cette initiative.
Valérie Mandoul se propose de centraliser les dons chez elle, à St Quentin la Poterie. Vous pouvez la contacter au 04.66.03.41.95

Réseau électronique

Si vous êtes satisfaits du contenu des flashs info, faites les connaître aux parents d’élèves des Collèges et Lycées d’Uzès.
S’ils ne les reçoivent pas encore, invitez-les à nous envoyer un courriel d’inscription à notre liste de diffusion. Notre but est d’informer le plus grand nombre de parents, sans exclusive.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



Carte scolaire : comment un lycée se vide de ses éleves

Article Rue89

Depuis la réforme de 2007, le lycée francilien George-Sand perd ses élèves au profit du « lycée de centre-ville » Jacques-Amyot.

Le lycée Jacques Amyot de Melun (Jessica Dubois).

Juin 2007, l’assouplissement de la carte scolaire, mesure du programme du candidat Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, est décidé. La rentrée suivante, les parents peuvent (presque) choisir l’établissement scolaire de leur enfant. L’objectif est alors de « favoriser l’égalité des chances et la diversité sociale au sein des établissements scolaires ».

L'enquête du SNPDEN.Trois ans plus tard, le SNPDEN, syndicat des chefs d’établissements, mène une enquête de « ressentis » et constate :

  • un accroissement de la mise en concurrence entre établissements,
  • la radicalisation des profils des élèves dans les collèges et lycées « moyens ». (Télécharger l’enquête)

Aperçu des effets de la réforme pour deux d’entre eux, en banlieue parisienne.

« On ne connaît pas les établissements qui sont fuis »

Un peu avant 8 heures, devant l’entrée du lycée Jacques-Amyot à Melun, un groupe de cinq élèves de seconde discutent. Marie et Louise vivent en dehors du secteur de recrutement. La seconde arrive de Lieusaint, à 50 minutes de bus. La première devait aller au lycée George-Sand, au Mée-sur-Seine, commune limitrophe au nord de la ville. Pourquoi une dérogation ? « C’est mieux ici ! »

Tous les ans, depuis le début de l’assouplissement de la carte scolaire, le ministère de l’Education nationale fait un bilan des demandes de dérogation. Cette année, il y en a eu 40 000 pour les classes de seconde, 65% ont été satisfaites. Mais Valérie Czarny, à la FCPE du lycée George-Sand, apprécierait une analyse plus détaillée :

« On obtient facilement les noms des établissements prisés. Mais on ne connaît pas ceux qui sont fuis. Or, il faudrait savoir lesquels, pour y mettre des moyens. »

Le lycée George-Sand, qui ouvrait encore plus de dix classes de seconde en 2001, n’en a plus que cinq aujourd’hui. A la rentrée 2008, il donnait des cours à 501 lycéens. Cette année, ils sont 394 à passer les grilles de l’établissement.

Le lycée n’est pas dans le « bon » quartier

Sur le district de Melun, ce lycée avait pourtant de quoi concurrencer les autres établissements : possibilité d’apprendre le chinois en troisième langue vivante, théâtre, classe européenne. Et même une convention avec Science-Po Paris, qui permet aux meilleurs élèves de l’établissement d’intégrer la grande école par un concours réservé aux lycéens d’établissements défavorisés.

« Ce sont des choses qui devraient faire venir des élèves ! » s’émeut Valérie Czarny. De plus, l’équipe pédagogique, soudée, ne change pas beaucoup d’une année sur l’autre. Contrairement à d’autres établissements où la valse des professeurs peut fragiliser encore plus leurs résultats.

Mais derrière le lycée, il y a le quartier. Auparavant peuplé de classes assez aisées, Le Mée-sur-Seine accueille de plus en plus une population d’origine immigrée et 43,5% de ses habitations sont du logement social. Les deux collèges qui alimentent le lycée sont classés ZEP (zone d’éducation prioritaire).

Le profil des élèves s’en ressent. Et certains n’hésitent pas a lâcher le mot « ghettoïsation ». Un terme que la Cour des comptes avait déjà utilisé en novembre pour les collèges « ambition réussite », fuis par leurs meilleurs éléments.

Au lycée George-Sand, en 2009, 70% des élèves de terminale, toutes filières confondues, avaient décroché le bac. Ils étaient 86% au niveau national.

Un sentiment de déclassement scolaire chez les élèves

A Melun, le lycée Jacques-Amyot fait office de « lycée de centre-ville ». Il a l’aura du lycée traditionnel et attire les classes moyennes de la ville et des alentours. Et depuis peu, des enfants d’un bon niveau, de classe populaire ou issus de l’immigration. Mais les élèves arrivant de plus en plus loin, les retards se font plus fréquents. « Parfois c’est un peu galère », admettent Louise et Marie.

Car le changement de lycée, même pour des enfants ayant de meilleurs résultats ou issus de familles de classe moyenne, ne favorise pas toujours leur réussite scolaire.

Dans « Ecole : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l’école française », les sociologues Sylvain Broccolichi, Choukri Ben Ayed et Danièle Trancart (éd. La Découverte) expliquent qu’en plus de la fatigue et de la perte de temps liées à l’éloignement de leur nouvel établissement, les élèves doivent faire face à un sentiment de déclassement scolaire devant l’élévation des exigences scolaires.

A Melun, les différentes classifications entre les établissements étaient connues. Même avant la réforme, les demandes de dérogation avaient déjà cours. Pour entrer au lycée Jacques-Amyot, il suffisait de demander à apprendre le russe en troisième langue vivante.

Dans la limite des places disponibles

Mais cette année, la pression se fait plus forte, notamment sur les secondes et les terminales. En assouplissant la carte scolaire, les parents pensaient pouvoir placer leurs enfants dans l’établissement de leur choix. Or, les lycées les plus demandés sont pleins, avec jusqu’a 35 élèves par classe en seconde.

Pour accueillir plus d’élèves, il faut ouvrir plus de classes. Leur nombre reste stable au lycée Jacques-Amyot. Les dérogations ne sont acceptées que dans la limite des places disponibles, au grand désarroi de certains parents d’élèves. Un moyen de ne pas défavoriser un peu plus les lycées qui se vident aux alentours.

Photo : le lycée Jacques-Amyot de Melun (Jessica Dubois).

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES