Les syndicats appellent à deux journées d’actions les 2 et 12 octobre

Article le café pédagogique

L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA appelle à une journée de manifestations le samedi 2 octobre et à une journée de grève le mardi 12. Ce durcissement du conflit permettra-t-il de trouver une issue ?

 

Les syndicats haussent le ton. Après le succès du 23 septembre, ils prennent le risque d’organiser deux journées d’actions. Ils invitent à participer le 2 octobre à « une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays… pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action ». Cette dernière formule fait allusion aux salariés du privé. Les syndicats pensent que des manifestations un samedi facilitera leur mobilisation. Elle sera suivie le 12 octobre d’une « nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant ». Au-delà du 12 octobre, les syndicats annoncent que « le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre ». 

 

Cet appel est relayé par les syndicats enseignants. La FSU  » considère nécessaire et indispensable de travailler à étendre et généraliser les grèves et manifestations dans tout le pays avant la fin du débat parlementaire « .  Le Se-unsa rappelle les insuffisances de la réforme pour les femmes et les salariés à carrière discontinue. Il rappelle aussi que « sur 45 milliards d’euros de besoin annuel de financement à l’horizon 2018, les hauts revenus apportent seulement 600 millions d’euros et les revenus du capital 1 milliard trois cents millions. Où est la réforme juste tant vantée par le Gouvernement ? » Enfin les organisations lycéennes se joindront plus massivement aux manifestations et ont programmé des  assemblées générales cette semaine.

 

Position forte ou faible ? Si le succès de la manifestation du 23 septembre permet aux syndicats de hausser le ton et d’appeler à de nouvelles actions, cette nouvelle étape est aussi le résultat du durcissement gouvernemental. Avant même la fin de la dernière journée d’actions, l’Elysée annonçait un affaiblissement du mouvement et misait sur son épuisement. Cette position fait monter les enchères et les risques alors que les lycéens s’invitent dans le mouvement. Le printemps peut-il avoir lieu en automne ?

Communiqué intersyndicale

Communiqué se-unsa

 



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES