FCPE de l’Uzège : Flash Info n°15

n° 15.10.11  du 14/11/10
SPÉCIAL Rythmes Scolaires

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Le 07 juin, le comité de pilotage de la Conférence Nationale sur les Rythmes Scolaires a été installé, sans aucun représentant des premiers concernés (jeunes, parents, personnels…).
La consultation nationale revêtira trois formes : large concertation, débats décentralisés, utilisation d’Internet. Elle sera close le 15 décembre 2010 !

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès tient à porter à votre connaissance ses réflexions et analyses.

Dans la perspective d’une meilleure réussite de tous, le travail de réflexion sur l’amélioration des rythmes de vie et de travail des élèves ne peut être que consensuel.
Mais le discours ministériel tend à laisser penser que « les rythmes » – au sens de l’organisation de la journée, de la semaine ou de l’année – seraient les principaux, voire uniques responsables de l’échec scolaire d’un nombre important d’élèves alors qu’ils ne sont qu’un facteur parmi d’autres. Ainsi, les facteurs culturels, sociétaux, socio économiques pèsent au moins pour autant dans la réussite ou l’échec scolaire.

Parler des rythmes scolaires exigerait donc de réfléchir sur l’ensemble du temps des enfants et des jeunes, dont fait partie le temps scolaire.

Pendant le temps scolaire, pour favoriser la réussite de tous et une démocratisation effective dans l’Éducation, il serait nécessaire d’instaurer une alternance des modes de mise en activité des élèves.
Il ne s’agit donc pas de « moins d’école » mais de « mieux d’école » dont les élèves ont besoin. Une diminution globale du temps scolaire serait à coup sûr ségrégative. La démocratisation de l’accès à la culture doit d’abord se jouer dans le cadre du Service Public d’Éducation en maintenant, voire en développant les enseignements artistiques, manuels et physiques.
Il ne s’agit donc pas plus de l’opposition simpliste « disciplines intellectuelles / disciplines manuelles ou physiques » mais de pratiques pédagogiques.
Jean-Yves Rochex, professeur en science de l’éducation à Paris VIII dénonce ces idées dans le texte en PJ.

Or, la consultation ne porte essentiellement que sur la rythmicité scolaire sans la replacer dans le temps global de l’élève !

Dans le primaire, après la généralisation imposée de la semaine de quatre jours à des fins populistes, le même ministère « encourageait », dans sa circulaire de préparation de la rentrée 2010, l’organisation de la semaine sur 9 demi-journées !
Il est vrai que cette organisation a provoqué un tôlé quasi général et notamment de l’Académie Nationale de Médecine qui déplorait le « rôle néfaste » des quatre jours, jugeant que ce choix n’était « pas en cohérence » avec les rythmes biologiques de l’enfant.

Si pour les chrono-biologistes, il n’y a pas consensus sur l’identification des mêmes pics de vigilance des élèves dans la journée, par contre, aucun n’est favorable à la concentration de cours le matin.

Dans le secondaire, il n’y a pas, de la part du ministère, d’annonce de réformes structurelles d’ampleur. Pourtant, en croisant un certain nombre d’orientation, d’expérimentation, de réflexion, l’objectif n’est-il pas clairement défini ?

·          Le Livret Personnel de Compétences (qui doit être validé pour l’obtention du DNB) phagocyte la notion de socle commun, marginalisant un certain nombre de disciplines d’enseignement.

·          Le Rapport de 2010 du Haut Conseil de l’Éducation sur le Collège propose que « …d’autres activités doivent pouvoir être proposées aux élèves sous forme d’ateliers artistiques, culturels ou sportifs,… Ces ateliers optionnels ne sont en aucun cas des divertissements ou des loisirs, mais des activités d’apprentissage… Chaque établissement disposera d’une autonomie dans le choix de ces activités. » Ainsi, l’offre de formation serait différente d’un établissement à un autre. L’optionalité priverait les élèves d’une culture commune à tous !

·          L’Accompagnement Educatif a été généralisé à tous les collèges à la rentrée 2008 en ne s’adressant qu’aux élèves volontaires. Les volets culturel et sportif relèvent de l’animation et non d’un enseignement. Ils font appel à un grand nombre d’intervenants extérieurs.

·          L’Expérimentation CLAIR (collèges et lycées pour l’innovation, l’ambition et la réussite) organise le temps scolaire en encourageant notamment la pratique régulière d’activités physiques et sportives et d’activités artistiques sans pour autant en prévoir les modalités (par qui ; comment).

·          L’Expérimentation « Cours le matin, Sport l’après-midi » présente le risque que cette opération soit utilisée pour tenter de marginaliser et de discréditer l’EPS comme discipline d’enseignement avec un recours à des intervenants extérieurs pour une animation sportive peu en rapport avec l’enseignement de l’EPS. Elle tendrait à marginaliser aussi d’autres disciplines. En effet, ce sont les disciplines exclues du socle qui, comme par hasard, se retrouvent majoritairement dans cette opération (Arts plastiques, Éducation musicale, EPS, Technologie) !

·          La Réforme du Lycée conduit à la réduction d’un nombre important d’heures d’enseignement.

·          L’instauration d’un examen d’entrée en 6ème proposée par Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, n’est finalement qu’une remise en cause du collège pour tous et l’occasion de le démanteler et recréer un système scolaire à plusieurs vitesses. Cet objectif est à rapprocher de la déclaration de Xavier Bertrand, président de l’UMP, au « Rendez-vous pour la France » du 03 novembre : « Il faut passer du collège unique au collège pour chacun… A partir de la 4ème il y aurait des prépa pro permettant aux élèves plus attirés par les matières technologiques de poursuivre l’acquisition du socle commun dans un cadre préparant mieux à la voie professionnelle. »

·          et maintenant, les Rythmes Scolaires…

Au regard de ces différentes dispositions ou orientations, il est à craindre que le souci d’économie budgétaire soit le guide déterminant des mesures qui seront prises ou qui sont déjà prises ! Ne sont-elles pas le terreau d’une baisse significative de l’investissement de l’État en ne conservant que quelques « compétences-clé » du socle et en externalisant tout le reste. Mais c’est AUSSI de tout le reste dont nos enfants ont besoin pour se construire !

Ceci est à rapprocher de la mesure n°27 du projet législatif UMP. En ce sens, elle est significative du transfert de charges sur les collectivités locales : « Expérimenter avec les communes et des enseignants volontaires, une répartition des compétences entre, d’un côté l’Éducation Nationale chargée de « l’école du savoir », de l’autre côté, la commune, chargée de « l’école de la vie » (citoyenneté, culture, sport, activités d’éveil, découverte des métiers…). »

Pour la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès, la consultation sur les Rythmes Scolaires n’arrive pas à n’importe quel moment. Elle s’inscrit dans le cadre de la suppression massive de postes à l’Éducation Nationale. Le Ministre cherche par tous les moyens à en masquer les effets catastrophiques pour nos enfants.
C’est ainsi que les thèmes de cette consultation ne permettent pas d’identifier clairement les conséquences des décisions qui seront (sont) prises, sur la formation de l’élève !!

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES