Le gouvernement doit répondre aux attentes et aux préoccupations des jeunes !

Communiqué de l’UNL


Nicolas Sarkozy a annoncé hier soir la composition de son nouveau gouvernement. Loin de se satisfaire d’un changement de casting à minima, c’est un véritable changement de cap politique qu’attendent les lycéens. Face à l’ampleur de la mobilisation des jeunes contre la réforme des retraites, le gouvernement doit répondre dès maintenant à leurs exigences.

 

Un droit à l’avenir pour tous : des emplois pour les jeunes !

 

Le combat contre la réforme des retraites, honteusement promulguée, a mis en avant une réalité : les politiques de jeunesse menées depuis une vingtaine d’année ne permettent plus aux jeunes d’avoir des perspectives d’avenir.  Alors que le taux de chômage des jeunes avoisine les 25 % et que l’on décroche son premier CDI en moyenne à 27 ans, le débat sur l’emploi des jeunes doit s’ouvrir. Cette situation est d’autant plus dramatique pour les lycéens qui sortent chaque années de formation professionnelle et qui ont encore plus de mal à s’insérer socio-professionnellement.

 

L’UNL attend du gouvernement des réponses concrètes à ce problème d’emploi, telles que le renforcement budgétaire et humain des services d’orientations pour les lycéens. Mais également l’ouverture de nouveaux droits, la reconnaissance des diplômes dans le droit du travail, et la prise en compte des années d’études dans le calcul des retraites.

 

Budget 2011 : Une régression supplémentaire des conditions d’études des lycéens !

 

Le gouvernement a rendu public la semaine dernière ses orientations budgétaires pour l’année 2011. Celles ci prévoient notamment la suppression de 16 000 nouveaux postes dans l’éducation nationale. Cette mesure constitue une nouvelle attaque en règle contre le service public. Couplée au ravage de la réforme de la formation des enseignants, elle prouve que le gouvernement n’a toujours pas pris la dimension du fossé le séparant des attentes et besoins de la communauté éducative. Une autre politique est possible. Une politique qui favoriserait la réussite de tous, grâce à l’arrêt des suppressions de postes, une limitation du nombre d’élèves par classe à 25, et l’augmentation du montant des bourses.

 

L’UNL interpelle M. Chatel : nous ne laisserons pas le gouvernement brader notre Education ! L’UNL prévient le ministre que les lycéens n’accepteront pas de nouvelles coupes budgétaires, d’autant plus avec le débat qui s’ouvre sur les rythmes scolaires, pourtant fondamental et nécessaire.

 

L’autonomie des jeunes et l’accès à la citoyenneté n’est pas un cap indépassable !

 

La mobilisation de cet automne a été la démonstration supplémentaire que les lycéens sont capables de s’exprimer et d’agir lorsque l’on touche à leur avenir. Le dialogue social doit être instauré entre le gouvernement et les jeunes. Les chantiers de reconstruction, celui de l’éduction ou celui de l’emploi, ne sauraient être pensés sans une réelle écoute des premiers concernés : les jeunes.

 

Sans cesse stigmatisés, les lycéens ont besoin de moyens d’expression.  L’UNL revendique un plus fort pouvoir accordé aux instances de la démocratie lycéenne ainsi qu’une augmentation au nombre de 5 sièges attribués aux lycéens au CSE. Le droit d’association, que N. Sarkozy avait promis aux jeunes de plus de 16 ans lors de son discours sur la jeunesse en 2009 doit s’appliquer dès maintenant.

 

Nous appelons le gouvernement à être responsable en répondant aux attentes et aux besoins actuellement exprimés par les lycéens. Nous exigeons ainsi que le gouvernement les écoute, et qu’il leur donne les moyens de s’exprimer, n’en déplaise à son électorat !

Victor Colombani

Président de l’UNL

 

 

Contact Presse : Victor Colombani : 06 08 91 72 54 / vcolombani@unl-fr.org

 



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES