Le collectif « L’éducation est notre avenir » appelle lycéens, étudiants, parents d’élèves et personnels de l’éducation à se mobiliser le 22 janvier 2011, pour protester contre le budget de pénurie de l’éducation nationale.

Le collectif « L’éducation est notre avenir » appelle lycéens, étudiants, parents d’élèves et personnels de l’éducation à se mobiliser le 22 janvier 2011, pour protester contre le budget de pénurie de l’éducation nationale. dans Associations de Parents pdf Manif du 22 janvier

Les manifestations du 22 janvier

A l’appel du collectif « L’éducation est notre avenir », qui dénonce « les effets catastrophiques qu’aura la mise en oeuvre du budget 2011 pour l’éducation », les syndicats d’enseignants, les mouvements pédagogiques, les parents de la FCPE appellent à une « journée d’action » le samedi 22 janvier.

 

Celle-ci doit prendre des formes variables selon les départements. Inauguration d’une « Porte des indignés » à Dijon, « grande lessive et braderie à l’éducation nationale » à Agen, manifestations et distribution de tracts dans la plupart des villes. Une première liste de ces actions est publiée par la Fsu. Elle couvre 27 départements et l’Ile-de-FRance. Il se passe probablement quelques chose près de chez vous…

Les actions du 22 janvier

 

 



La FCPE appelle au blocage des évaluations de CM2

dépêche de l’AFP :

La FCPE, première fédération de parents d’élèves, appelle « au blocage » des évaluations de CM2, prévues entre lundi 17 et vendredi 21 janvier, au motif que le ministère de l’Education nationale n’a pas pris en compte les critiques sur leur calendrier et leur notation.

« La FCPE appelle les parents d’élèves à bloquer ces évaluations en refusant la transmission des résultats de leur enfant hors de la classe », écrit la fédération mercredi dans un communiqué.

Pour cela, elle invite les parents à manifester leur refus par courrier auprès de l’enseignant, du directeur de l’école et de l’inspecteur d’académie.

Les évaluations de CM2 en français et mathématiques, mises en place en 2009, ont toujours été très critiquées par les syndicats d’enseignants et la FCPE.

Mais ce blocage voulu par la FCPE, fédération regroupant des centaines de milliers de parents, révèle une opposition désormais plus résolue à ces évaluations, alors que seul le réseau des enseignants « désobéisseurs », au nombre d’environ 2.000, appelait pour l’instant à leur « boycott ».

« Ces évaluations, par leur calendrier, leur contenu et leur notation, sont inutiles et même déstabilisantes pour les élèves » et « il n’est pas acceptable que des enfants soient évalués sur des choses qu’on ne leur a pas encore enseignées », a estimé la FCPE dans son communiqué.

« Un débat a eu lieu au sein d’un groupe de travail organisé par le ministère de l’Education nationale au premier semestre 2010. Des propositions ont été faites, notamment pour placer ces évaluations non plus en milieu ou en fin d’année (ce qui est le cas en CE1, ndlr) mais en tout début d’année, afin que les enseignants puissent les utiliser pour repérer les difficultés de leurs élèves et mettre en place des réponses à ces difficultés. Ces propositions ne semblaient pas faire blocage mais le ministère n’en a pas tenu compte. Il préfère manifestement un rapport de force inutile qu’une collaboration active avec la communauté éducative », a regretté la fédération.

Depuis leur mise en place, le calendrier de ces évaluations a été critiqué, ainsi que le mode binaire de notation des questions (soit 1, soit 0), empêchant la prise en compte des réponses partiellement bonnes des élèves.

Dans un rapport rendu public en octobre 2009, un groupe de travail parlementaire UMP avait prôné de « mieux associer la communauté éducative » à l’organisation de ces nouvelles évaluations de CE1 et CM2.

Le site de la FCPE : http://www.fcpe.asso.fr/

 

Evaluation de CM2 : La FCPE appelle au boycott

La FCPE appelle au blocage des évaluations de CM2 dans Associations de Parents hazanLa FCPE demande aux parents d’écrire à l’inspecteur d’académie pour refuser la transmission et l’inscription en fichier des résultats de leur enfant. Le camp des « anti-évaluation » se renforce aussi du Sgen mécontent  de leur « médiocrité ».

 

« On est mécontents. On aimerait ne pas entrer dans un rapport de force. Mais apparemment au ministère on préfère un rapport de force inutile qu’une collaboration active« . L’avertissement donné dans nos colonnes par Jean-Jacques Hazan le 7 janvier était clair. La FCPE, engagée dans une concertation sur les évaluations nationales,  s’estime trahie. « Maintenir les évaluations de CM2 au mois de janvier cette année encore est une erreur profonde que commet le ministère de l’Education nationale », écrit la FCPE. « Ces évaluations, par leur calendrier, leur contenu et leur notation sont inutiles et même déstabilisantes pour les élèves. Parce qu’il n’est pas acceptable que des enfants soient évalués sur des choses qu’on ne leur a pas encore enseignées, la FCPE appelle les parents d’élèves à bloquer ces évaluations en refusant la transmission des résultats de leur enfant hors de la classe ». La FCPE invite les parents d’élèves à « manifester par courrier auprès de l’enseignant, du directeur de l’école et de l’inspecteur d’académie leur refus de la transmission des résultats de leur enfant et à vérifier que leur demande expresse a bien été suivie. »

 

La position de boycott de la FCPE est partagée par les « désobéisseurs » qui ont lancé un appel le 10 janvier. Elle est proche de certains syndicats qui critiquent vivement cette évaluation. Ainsi le Sgen Cfdt estime que « les évaluations de CM2 sont un contresens flagrant à la notion même d’évaluation puisque les élèves sont amenés à être évalués sur des notions qu’ils n’ont pas encore étudiées et ne laissent que très peu de temps à une remédiation (5 mois). Le codage binaire des résultats, inopérant pour les enseignants voire même contre-productif pour les élèves, est maintenu pour l’exploitation statistique… Des évaluations statistiques ne peuvent en aucun cas servir aux enseignants pour améliorer les apprentissages, et le dispositif mis en place par le ministère s’apparente plus à des examens de fin de cycle qu’à un repérage des difficultés pour aider les élèves ». Comme la Fcpe, le Sgen demande un autre calendrier (évaluation en début d’année scolaire) et un autre type d’évaluation (diagnostic plutôt que bilan).

 

Trahi par son administration ? Puisque le ministère affirme avoir besoin au regard de la LOLF d’une évaluation bilan, le Sgen rappelle avec justesse que  » les évaluations nécessaires au pilotage national peuvent se faire sur un échantillon d’élèves ». C’est bien l’entêtement du ministère dans la curieuse formule mise en place avec le maximum de maladresses par Xavier Darcos qui génère la suspicion et ces oppositions. Ou le ministre a l’intention d’arriver à une publication des résultats des écoles ou il est desservi par sa propre administration.

Communiqué FCPE

Entretien du 7 janvier

 



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES