La FCPE appelle à tirer les conclusions du rapport du CAS sur les emplois dans l’éducation

« Que va faire le gouvernement face à l’arrivée de 40 000 élèves supplémentaires en 6ème cette année ? Supprimer des postes ! » La FCPE démontre l’inanité de cette politique au regard du récent rapport du Centre d’Analyse Stratégique. « Ce rapport ne fait que mettre en lumière ce qui est pour la FCPE une évidence depuis longtemps : les suppressions de postes dans l’Education Nationale n’obéissent pas à la démographie ni à la nécessité de réduire un budget qui serait surdimensionné mais à une volonté idéologique de casser l’Ecole publique, en la dénigrant et en supprimant ses moyens de fonctionnement. La FCPE appelle les parents d’élèves à se mobiliser massivement le 19 mars et à manifester pour protester contre la dégradation des conditions d’études de nos enfants ».

Suite aux informations communiquées le 13 février, vous trouverez ci-dessous un résumé du rapport du CAS et surtout les graphiques concernant l’Éducation. …Et la situation s’est fortement dégradée depuis 2007, avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite… !

Bonne lecture. Michel HUËT

Emplois : le Centre d’Analyse Stratégique donne des arguments aux manifestants… 
C’est un document riche d’enseignements que vient de rendre public le Centre d’Analyse Stratégique, sous la tutelle du Premier Ministre.
Ce rapport a pour vocation de situer la France dans un ensemble de pays de l’Union Européenne et de l’OCDE. L’ambition affichée est claire dès l’introduction: « La France est-elle sur-administrée » ? Le rapport fait donc une place importante aux deux grandes fonctions publiques « les plus consommatrices de ressources humaines » : l’éducation et la santé.

Éducation : en France, moins d’enseignants qu’ailleurs…

En terme de nombre total d’emplois (public et privé) pour mille habitants, la France n’a pas de quoi faire la bonne élève puisqu’elle figure dans la seconde moitié de la classe. Fait aggravant, alors que la plupart des pays (sauf l’Italie) tentent d’augmenter leur nombre d’enseignants, la France est à la baisse alors que son taux de natalité est un des plus hauts des pays occidentaux.

Conséquence logique, le nombre de postes pour 100 élèves est, là aussi, bien bas : avec un peu plus de six postes d’enseignants pour cent élèves ou étudiants, la France « régresse dans la hiérarchie » comme l’indique avec euphémisme le rapport…

Mais c’est l’observation des écarts de situations entre les différents degrés qui est la plus saisissante : la France traite particulièrement mal le primaire et le supérieur. Le nombre de postes pour 100 élèves est en France un des plus faibles des pays observés, avec 5 enseignants pour 100 élèves, alors que le nombre oscille entre 6 et 10 dans la plupart des pays…
La situation de l’enseignement supérieur est aussi très difficile: seule la Grèce est aussi mal lotie en terme de nombre de postes par étudiants, la plupart des pays développés investissant beaucoup plus massivement dans ce qui est désormais une variable déterminante de l’économie, même dans la perspective de la compétition internationale.

Les coûts par élève/étudiant sont relativement faibles dans le primaire et le supérieur, globalement moyens pour le secondaire. La faiblesse de ces coûts tient également au bas niveau relatif de rémunération des enseignants.



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES