Lycée Gide : réunion d’information rentrée 2011

L’état ne donne pas les moyens de mettre en œuvre sa réforme !

Le conseil d’administration du Lycée C.Gide a rejeté à l’unanimité la dotation horaire attribuée par le rectorat. Elle est largement insuffisante. Il manque plus de 60heures pour que tous les élèves aient leurs heures d’enseignement dans les conditions prévues par les textes officiels. De plus une augmentation des effectifs de 60 élèves n’est pas prise en compte : seulement une demi-classe prévue en supplément !
Les membres du conseil d’administration ont fait une demande d’audience auprès du recteur, sans réponse à ce jour.
Les conditions de préparation de la rentrée 2011 sont sans précédent. Aussi les enseignants du lycée convient tous les parents des collèges et du lycée à une réunion d’information Mercredi 16 mars à 17h au centre d’accueil du lycée Gide (au fond de la deuxième cours à gauche)



Le retour des manifestations lycéennes ?

Article le café pédagogique

Le retour des manifestations lycéennes ? dans Actualités 040406-3Quelques jours après la rentrée des classes, les lycéens de la banlieue parisienne sont invités à manifester par la FIDL.

 

Jeudi 3 mars, la FIDL a prévu des rassemblements devant les lycées suivis de manifestations dans le 77, le 91 et le 95. Même si l’UNL ne participe pas à ce mouvement, les syndicats et les cadres de l’Ecole observeront les résultats de cet appel.

 

D’une part parce que, comme  l’écrivent eux-mêmes les lycéens sur le site Facebook de la FIDL : «  Les lycéens, c’est comme le dentifrice: une fois sortis du tube, on ne sait pas comment les faire rentrer ». D’autre part parce que des mouvements locaux sont apparus dans plusieurs établissements franciliens. Il s’agit, là aussi, de protester contre les suppressions de postes. Parfois ils prennent d’emblée une grande force, comme le collège parisien Jean Perrin où tous les enseignants sont en grève pour protester contre la disparition de trois postes. Cela peut sembler peu, mais, dans ce collège populaire, ces pertes d’heures suppriment tous les projets pédagogiques. C’est le coeur du métier qui est touché. Ces mouvements locaux sont-ils susceptibles de créer une dynamique pour la journée d’action du 19 mars, à laquelle invitent syndicats et mouvements pédagogiques ?



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES