Motion 2 présentée au conseil d’administration, du 28 juin 2011, du lycée Charles Gide : Présentée par le SNES (FSU)

Après répartition de la Dotation Horaire Globalisée, en fonction des services des enseignants, le TRM actuel fait apparaître, dans certaines disciplines, qu’il reste des heures non assurées par des heures poste qui devront donc être assurées en heures supplémentaires.

Le Rectorat tente d’imposer ces heures en plus de l’horaire légal, c’est-à-dire 18h plus une heure supplémentaire  pour les certifiés, et 15h plus 1h supplémentaire pour les agrégés (heures de première chaire et de décharge incluses).

 Nous rappelons que les enseignants sont en droit de refuser ces heures supplémentaires et il est du devoir des représentants de l’Etat de veiller au respect des lois en vigueur.

Dans l’intérêt de tous, nous demandons que l’équipe de direction du lycée Charles Gide réclame au Rectorat des postes provisoires (BMP) dans les disciplines concernées, ceci afin d’assurer, dès la rentrée, un Service Public d’Education tourné uniquement vers l’intérêt des élèves et non pas régi par le seul objectif de supprimer des postes dans l’Education Nationale.

Motion adoptée par le CA :

Pour : 12 votes

Abstention : 1

Contre : 1              



Motion présentée au conseil d’administration, du 28 juin 2011, du lycée Charles Gide : Présentée par le SNES (FSU)

 

Selon les prévisions du mois de juin, la rentrée scolaire 2011 s’annonce particulièrement difficile dans notre établissement.

 

-      La  structure pédagogique est prévue en deçà des besoins recensés. Il manque à l’heure actuelle 2 divisions pour répondre à l’augmentation des effectifs.

-      Les  locaux sont reconnus insuffisants et inadaptés.

 

Pour autant, les représentants des personnels ne voudraient pas que la réponse à cette situation se traduise par le refus d’inscrire au lycée des élèves du secteur scolaire. Ils rappellent leur attachement  à la carte scolaire qui fait obligation à l’établissement d’accueillir tous les élèves, qu’ils arrivent des collèges ou soient déjà scolarisés au lycée. Obligation qui est une nécessité dans une zone rurale où les établissements hors carte scolaire sont éloignés et peu accessibles.

 

En conséquence, les représentants des personnels demandent aux services du Rectorat, d’adapter la dotation aux besoins pédagogiques.

Les représentants des personnels demandent aux services du Rectorat et du Conseil Régional de réviser la carte scolaire de toute urgence.

 

Motion adaptée par le CA :

Pour : 13 votes

Abstentions : 1

 

PS: Nous affinerons et préciserons à la rentrée notre position sur la carte scolaire du lycée Charles Gide



FCPE de l’Uzège : Flash Info n°42

n° 42.10.11
du 30/06/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Collège Lou Redounet

Le Conseil d’Administration a eu lieu le 27 juin. Le quorum a été difficilement atteint. Il a fallu aller chercher des agents de service qui étaient encore au collège. Pas de représentant de l’APDESU, de la mairie, du département !
Quelques points importants en résumé :
·         Bilan de l’année scolaire 2010/11 :
o        Orientation de fin de 3ème :
109 élèves de 3ème sont orientés en 2e générale, soit 67,3 % des élèves
48 optent pour une 2e professionnelle, soit 29,6 %
1 élève part en CAP
7 redoublent, soit 4,3 %
Pour les SEGPA, 15 élèves passent en 1ère année de CAP et 1 élève est déscolarisé.
Aucune orientation n’a fait l’objet d’une demande d’appel de la part des parents.
o        Validation du Socle Commun (Livret Personnel de Compétence) :
46 élèves de 3ème n’ont pas obtenu la validation du LPC. Après enquête rapide du Principal auprès d’autres établissements, il semblerait que le collège Lou Redounet ait été particulièrement sévère. Monsieur le Principal ne compte pas revenir sur ces non-validations. Il fait toute confiance à l’équipe enseignante mais remarque qu’il faudra « repenser le dispositif », l’objectif étant 100 % de validation. Il rappelle que les élèves reçu au DNB auront le LPC automatiquement validé.
La FCPE renouvelle son opposition au LPC tel qu’il est en l’état et propose une motion (voir pièce jointe)
·         Préparation de la rentrée 2011 :
o        Effectifs :
175 élèves en 6ème, soit 29,2 élèves par classe
169 élèves en 5ème, soit 28 élèves par classe
168 élèves en 4ème, soit 28 élèves par classe
160 élèves en 3ème, soit 26,7 élèves par classe
Pour la SEGPA, 16 élèves en 6ème, 12 en 5ème, 14 en 4ème et 15 en 3ème
Total : 729 élèves dont 57 SEGPA, soit 30 élèves de  plus que l’année dernière
Aucune dérogation n’a été acceptée.
o        Postes :
§         Compte tenu de la hausse des effectifs, de la présence d’une SEGPA, il avait été demandé au dernier CA un poste supplémentaire de CPE. Réponse : pas de CPE et suppression d’½ poste de surveillant (AED) !!
Réaction très vive de M. Just, CPE : le collège « ne fait pas de vagues », tout semble très bien aller, il en veut pour preuve le grand nombre d’activités proposées.
La FCPE fait remarquer qu’elle n’a pas été suivie par bon nombre de membres du CA quand il s’est agi de voter « contre » la DGH. Le CPE acquiesce en déclarant : « nous sommes globalement trop gentils ».
§         Il y aura 2 postes berceaux, 1 en Technologie et 1 en lettres Modernes pour la 2ème année consécutive. Aucun enseignant ne s’est porté volontaire pour être tuteur.
Le dispositif de formation sera le suivant : les stagiaires prendront leurs élèves à la rentrée pendant 3 semaines puis partiront en stage jusqu’aux vacances de Toussaint. Pendant cette période, «  il devrait y avoir un remplaçant ». Puis les stagiaires reviendront jusqu’à la fin de l’année scolaire. L’Administration doit leur libérer le jeudi pour « parfaire » leur formation.
La FCPE réitère son opposition à ce simulacre de formation professionnelle qui pénalise élèves et enseignants. Elle propose une motion en ce sens (voir pièce jointe)
o        Dotation horaire supplémentaire:
Monsieur le Principal informe que les 10 heures demandées pour la 3ème en alternance ont été obtenues. Comme il les avait déjà attribuées, il répartit ces 10h00 comme suit : 3h00 pour des groupes de langue (anglais LV1, espagnol LV2), 1h30 pour un projet théâtre en 5ème, 1h30 pour un atelier jardinage (6e/5e, élèves « décrocheurs », perturbateurs) et 4h00 pour l’accompagnement individualisé.
·         Nota Bene :
Sur la liste de matériel pour l’an prochain, il est demandé aux parents de choisir une calculatrice CASIO. Celle offerte par la FCPE après concertation avec l’équipe de mathématiques en est l’équivalent, il est donc inutile de faire un nouvel achat.

Lycée Charles Gide

Le Conseil d’Administration a eu lieu le 28 juin. Il aura duré 5 heures ! la FCPE était la SEULE association de parents d’élèves présente !!
Quelques points importants en résumé :
·         Projets pour l’année scolaire 2011/12 :
o        Atelier Théâtre ouvert à tous les élèves sur toute l’année scolaire.
o        Atelier scientifique ouvert à tous les élèves de 2nde et 1ère S sur toute l’année scolaire. Malgré le départ de Monsieur Dodu, les élèves pourront s’inscrire à la formation au Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA),en partenariat avec l’aéroclub de Pont St Esprit qui gère l’aérodrome d’Uzès.
o        Fête de la Science ouverte à tous les élèves les 13 et 14 octobre 2011.
o        Journal du Lycée ouvert à tous les élèves sur toute l’année scolaire.
o        Voyages :
§         Bilbao : du 12 au 16 mars 2012 pour 40 élèves de 2ndePFEG et 1èreSTG.
Participation des familles : 170€
§         Allemagne : du 22 au 27 janvier 2012 pour 17 élèves de 1ère et Term LV1 Allemand.
Participation des familles : 230€
§         Séminaire d’Intégration : fin septembre 2011 pour 90 élèves de 1ère et Term STG.
Participation des familles : 10€
§         Francfort économique : du 02 au 06 avril 2012 pour 38 élèves de Term STG.
Participation des familles : 250€
Tous ces projets budgétisés ont été actés.
Rappel du projet acté au CA du 10 mai :
§         Biennale de Venise : du 17 au 21 octobre 2011 pour 45 élèves de 1ère L et Term L.
Participation des familles : 316€
Il a été porté à la connaissance du Conseil d’Administration d’autres projets de sorties et voyages qui seront présentés au CA de rentrée :
§         Londres : deux séjours
Élèves concernés : TES Anglais langue de complément et 1ère « euro ».
§         ITER-Grasse-Sofia Antipolis : découverte des métiers scientifiques et de l’énergie de demain.
Élèves concernés : TS
§         Exil et Errance – Expulsion des juifs sépharades : avec les partenaires de Tordesillas (Espagne), rencontre à Paris.
Élèves concernés : 1ère L ou ES
§         Le Gamelan : découverte de la culture indonésienne par la musique.
Élèves concernés : 2nde Littérature et Société.
·         Structure pédagogique :
Monsieur le Proviseur décline les effectifs dont il a connaissance par niveau et série, en informant que les élèves du Collège St Firmin d’Uzès ont été une nouvelle fois « oubliés » et que l’Inspection Académique propose d’absorber en faisant passer les redoublants !!
structure

Il explique qu’il n’a toujours pas de retour des services rectoraux, ni pour abonder le lycée des 36h00 promises, ni pour faire face à cette nouvelle augmentation considérable d’élèves. La situation est à ce jour sans réponse !!
La FCPE fait remarquer que les effectifs présentés sont de l’ordre de ceux que Monsieur le Proviseur avait fait remonter en novembre 2010 et que le Rectorat a refusé !
Elle rappelle aussi que par trois fois, elle a demandé audience au Président de Région ou au Conseiller Régional, membre du CA, pour anticiper la rentrée, revoir la carte scolaire, sans aucune réponse des élus !
Les enseignants du SNES ont présenté une motion adoptée dans laquelle il est demandé aux services du Rectorat d’adapter la dotation du lycée aux besoins pédagogiques et conjointement aux services de la région de revoir la carte scolaire.
·         Propositions du Conseil Pédagogique :
Dans ce contexte d’insuffisance de moyens, les propositions concernant l’Accompagnement Personnalisé, les Enseignements d’Exploration, les TPE, deviennent caduques d’autant plus qu’un nombre important de professeurs refuse d’effectuer une quantité exponentielle d’heures supplémentaires en opposition avec la qualité de service qu’ils souhaitent rendre aux élèves !! Ce qui est louable.
La FCPE rappelle qu’elle avait abordé cette question dans sa déclaration lors du CA qui traitait de la Dotation Horaire Globale. Elle réitère le constat que, en conséquence, les élèves de cet établissement ne sont pas traiter de la même façon selon les niveaux et les séries !

·         Organisation de la Rentrée :
o        Jeudi 01 septembre : de 09h00 à 12h00, accueil et installation de tous les internes par les CPE, l’infirmière et les services de l’Intendance.
o        Lundi 05 septembre : de 09h00 à 12h00, rentrée des élèves de 2nde et prise en charge des classes par les Professeurs Principaux. ½ pension de 12h00 à 13h00. les élèves sont libérés l’après-midi et le mardi toute la journée.
o        Mardi 06 septembre : de 09h00 à 11h30, rentrée des élèves de 1ère et Terminale et prise en charge des classes par les Professeurs Principaux. ½ pension de 11h30 à 13h00. À 13h30, reprise des cours selon l’emploi du temps. Ouverture de l’internat en soirée pour tous les niveaux.
o        Mercredi 07 septembre : reprise des cours pour tous les niveaux selon l’emploi du temps.
o        Jeudi 08 septembre à 17h45 : rencontre Parents-Professeurs des élèves de 2nde.
o        Lundi 12 septembre : début des Enseignements d’Exploration MPS-Art visuel-Littérature et Société. Les autres (Latin-Grec-Italien LV3-SI) débuteront dès la rentrée.
o        Lundi 19 septembre : début des ateliers d’Accompagnement Personnalisé. L’heure d’AP avec le Professeur Principal prendra effet dès la rentrée.
·         Travaux d’aménagement :
o        Monsieur le Proviseur rappelle l’implantation des 7 structures mobiles et l’aménagement d’une pergola permettant aux élèves qui attendent pour la ½pension d’être à l’abri des intempéries.
o        Ancienne Gendarmerie : un compte rendu de la réunion du 24 juin à laquelle s’est « invitée » la FCPE est porté à la connaissance du CA.
En substance, tout le travail antérieur est annulé. Le bâtiment, son jardin, un pigeonnier doivent être entièrement conservés. La salle polyvalente ne peut être construite. Le projet redémarre à zéro !
Malgré tout, il a été prévu que la Mairie doit communiquer à la Région les contraintes communales pour qu’un nouveau projet et un échéancier soient présentés en septembre. À suivre… !?
·         Réponses aux questions diverses déposées par la FCPE :
o        La mairie d’Uzès n’a toujours pas donné de suite aux autres travaux de maintenance de l’internat ni à l’aménagement des abords du Lycée !
o        La confection des classes de 2nde se fera par un mélange des Enseignements d’Exploration, comme la FCPE l’avait réclamé.
o        L’état des prévisions des effectifs de 2nde présenté précédemment prend en compte les redoublants du lycée. Ils se sont d’ailleurs réinscrits. Les parents n’ont pas à être inquiets.
o        Bilan de l’orientation à l’issue de la classe de seconde des 333 élèves du Lycée

orientation

La FCPE déplore une fois de plus, l’absence des représentants des collectivités territoriales, en particulier celui de la Région qui n’aura jamais siéger durant cette année scolaire.

Rencontre Proviseur-FCPE :
Compte tenu de la situation, la FCPE a souhaité avoir des informations complémentaires et a donc sollicité une entrevue avec Monsieur le Proviseur le 30 juin au matin. Il en est ressorti :
·         L’effectif des élèves de 2nde est arrêté à 382, les redoublants ayant été comptabilisés deux fois.
·         Le Rectorat autorise l’ouverture d’une 12ème seconde.
·         Les élèves du Collège St Firmin d’Uzès, en attente, pourront donc être affectés au lycée.
·         Monsieur le Proviseur a demandé au Rectorat 39h00 pour couvrir la création de cette nouvelle classe et a rappelé, suite à l’intervention de la FCPE, les 36h00 promises au constat pour les 1ère STG et 1ère ES supplémentaires.
·         La FCPE a décidé d’écrire aux services rectoraux concernés pour appuyer la demande de Monsieur le Proviseur et réclamer des personnels de vie scolaire supplémentaires pour couvrir l’augmentation des effectifs. Elle interviendra aussi auprès de la Région en ce qui concerne le personnel de service.
·         La révision de la carte scolaire est d’une importance capitale pour éviter l’explosion du lycée à la rentrée 2012. La FCPE œuvrera à nouveau dans ce sens.

Livret Personnel de Compétences

Au vu des 98 items qui composent le LPC, disparates, flous et, pour certains, non pertinents comme objets d’évaluation ou impossibles à renseigner sérieusement, la validation a donné lieu à une véritable « foire aux dérives » de toutes sortes, bien loin de tout intérêt et de toute pertinence pédagogiques, comme le montre le « florilège » réalisé par des syndicats enseignants.

Système éducatif

Au Journal Officiel du 26 juin 2011 a été publié le Décret n°2011-728 relatif à la discipline dans les établissements d’enseignement du second degré (lien vers JO)

On peut se féliciter que l’exclusion temporaire de l’établissement, située en haut de l’échelle des sanctions avant l’exclusion définitive, ne pourra dépasser huit jours, que le texte ne fait plus référence à la notion de ‘’récidive’’ et que les sanctions ne seront inscrites dans le dossier administratif de l’élève qu’une seule année.

Cependant, l’automaticité de l’engagement de procédures disciplinaires dans un certain nombre de cas plus ou moins clairement identifiés, la mesure de responsabilisation, en position 3 sur 6, laissent perplexe. Toutefois en ce qui concerne la mesure de responsabilisation, le Décret stipule clairement que « l’accord de l’élève, et, lorsqu’il est mineur, celui de son représentant légal, est recueilli en cas d’exécution à l’extérieur de l’établissement. Un exemplaire de la convention est remis à l’élève ou à son représentant légal. »

Rappelons que le projet de décret avait été rejeté à la séance du 30 septembre 2010 du Conseil Supérieur de l’Education par 4 votes pour, 16 contre dont la FCPE, 17 abstentions  et 8 refus de votes.

Baccalauréat

Depuis le mercredi 22 juin, la FCPE demande au ministre de rechercher une autre mesure que celle décidée, qui lèse les candidats sans rétablir l’égalité entre eux. Elle demande, avec l’UNL, que le ministre choisisse soit d’attribuer les 4 points de l’exercice à tous les candidats, soit de faire corriger l’épreuve, quitte à donner des consignes pour tenir compte de la fraude.

Le 28 juin, Nicolas Sarkozy a assuré qu’il « soutenait parfaitement » son ministre de l’Education nationale dans sa décision d’annuler l’exercice de probabilité qui a fait l’objet de la fuite sur internet.

Selon le président de l’Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public, les copies faibles ou moyennes de l’épreuve de maths au bac S « perdent de un à deux points par rapport à l’ancien barème » !

Par ailleurs, il existe des soupçons d’autres erreurs ou fraudes concernant d’autres épreuves du Bac S, rien n’étant pour l’instant confirmé par le ministère : fuites présumées pour les épreuves de physique et d’anglais, pour lesquelles une enquête administrative du ministère est en cours ; éventuelle fuite également en SVT ; problèmes dans la distribution du sujet de SVT et de physique-chimie ; énoncé erronés en mathématiques… Il est aussi question de fuites éventuelles sur l’épreuve d’histoire-géographie en série ES, non confirmée par le ministère.

Affligeant… mais la polémique autour de la fraude ne pourrait-elle pas permettre à Luc Chatel de brandir le projet de réforme du bac qu’il prépare pour 2013 dont le but essentiel est la diminution du coût qu’engendre l’examen sous sa forme actuelle !
D’ailleurs, un projet de décret sera présenté à la séance du 30 juin du Conseil Supérieur de l’Éducation !!

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



FCPE de l’Uzège : Flash Info n°41

n° 41.10.11
du 23/06/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Collège JL Trintignant

Réunion bilan du Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté du 20 juin :
·         Prévention et Secours Civiques de niveau 1 :
85 élèves de 4ème ont obtenu leur brevet (les malades feront la formation l’année prochaine et un élève ne s’est pas présenté « pour un problème de financement » alors que le FSE avait accepté de payer à la place de la famille). Le personnel de l’établissement est très satisfait des intervenants.
Le financement de cette action sera traité dès le premier CA 2011/2012.
·         Don du sang :
36 personnes se sont présentées mais seulement 27 ont pu donner.
·         Forum des classes de 5ème :
4 ateliers sur le thème : Goût/Saveur/Senteur, avec les intervenants de Logos, Ripost, Ligue contre le cancer.
90% des élèves ont apprécié la journée mais on déplore que les quelques élèves de 3ème qui s’étaient engagés à faire un compte rendu n’aient rien rendu.
À renouveler avec un adulte référent pour les élèves de 3ème.
·         Intervention de la MJC :
4 ateliers « Préventions santé » de 2h00 sous forme de groupes de paroles pour une classe de 3ème (qui a adhéré) et une classe de 4ème (qui n’a pas adhéré).
·         Intervention de la MFR de Castillon du Gard :
4 ateliers « Préventions » pour 2 classes de 4ème, animés par 8 élèves de la MFR. Des supports restent au CDI.
À renouveler !
·         Vie affective et sexuelle :
Des interventions ont été faites par les professeurs de SVT et l’infirmière dans les classes de 3ème et de 4ème.
À renouveler avant les vacances de Noël.
·         Projets innovants 2011/2012 :
o           1 classe doit travailler sur les Réseaux sociaux avec Logos.
o           Monsieur Vanandruel, kinésithérapeute, doit intervenir sur les problèmes de dos.

BACCALAURÉAT

Prise sans aucune concertation, la décision de Luc Chatel suite à la fuite avérée de l’épreuve de Mathématiques de la série S, est en train de pénaliser beaucoup de lycéens qui ont réussi l’exercice numéro un, sans avoir pour autant profiter de la fuite de ce sujet, et qui, en revanche, ont peiné sur l’exercice numéro trois, noté sur sept points.
En outre, dans l’exercice numéro deux, noté sur quatre points, une erreur de texte a été relevée sur la QCM (Question à choix multiples) puisqu’on disait qu’une seule réponse était possible, alors que deux réponses l’étaient mathématiquement. Cela veut dire que bon nombre d’élèves se sont abstenus de répondre, pensant qu’ils étaient dans l’erreur.

Cette nouvelle arrive quelques jours après que trois mille copies de philosophie se soient retrouvées sans correcteur. Cela prouve, une fois de plus, le manque dramatique de personnel titulaire et d’organisation que subit l’Éducation Nationale dû aux politiques gouvernementales de suppression de postes dans les services publics.

La seule solution satisfaisante sur le plan moral serait l’annulation pure et simple et la réorganisation de l’épreuve ou partie de l’épreuve comme le préconise l’association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public. Peut-être est-ce trop compliqué mais, en tout état de cause, il appartient au ministre de trouver une solution qui rétablisse véritablement l’égalité entre les candidats et de consulter pour cela la communauté éducative.

Aussi, la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès invite les parents concernés à faire remonter leur mécontentement auprès du Recteur de l’Académie sur la boîte électronique de son cabinet :
Directeur.Cabinet@ac-montpellier.fr

Par ailleurs, Luc Chatel a annoncé le 23 juin au matin : « Je pense qu’à la suite des propositions des fédérations de parents d’élèves et des organisations lycéennes, nous devons réfléchir à l’organisation du bac et à la sécurisation plus forte des épreuves, c’est ce que j’ai demandé à l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale ».
En effet, le 22 juin, la FCPE, la FIDL et l’UNL déclaraient que « cet incident très problématique est significatif de la nécessité désormais urgente de revoir les modalités d’organisation du baccalauréat, ainsi que de sortir du modèle d’un diplôme uniquement fondé sur l’examen terminal, ce qui n’est pas toujours bénéfique pour les élèves. Malheureusement, le ministre n’a pas souhaité le faire lors de la réforme du lycée de 2010″. À suivre…

À suivre aussi les rumeurs de fraude des épreuves d’Anglais et de Physique de la série S !!!

Système éducatif

·         Cours le matin, Sport et Culture l’après-midi :
Fidèle à sa politique de communication, Luc Chatel a annoncé sans aucune consultation préalable, l’extension de la pseudo expérimentation « Cours le matin, sport l’après-midi » lancée l’an dernier, sans attendre une véritable évaluation du dispositif, qui devait être faite à l’issue d’une période de trois ans.

Cette expérimentation crée une confusion entre activités sportives et EPS, entre activités artistiques ou culturelles et enseignements artistiques (Education musicale, Arts plastiques). Elle constitue en outre une étape supplémentaire dans la partition entre enseignements jugés « fondamentaux » et enseignements considérés comme « accessoires », ce qui pourrait rapidement aboutir à une mise en cause de l’EPS et des enseignements artistiques comme disciplines d’enseignement à part entière. Comment ne pas mettre en relation cette opération avec le projet de l’UMP (2006) : économie de moyens avec dissociation entre « disciplines de savoirs » placées le matin et assurées par l’Etat et « disciplines de vie » (citoyenneté, culture, sport, activités d’éveil, découverte des métiers…) l’après midi et sous la responsabilité des collectivités territoriales.

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès exprime son profond désaccord avec cette conception de l’école et de la culture commune que tout élève doit pouvoir acquérir au cours de sa scolarité obligatoire.

·         Déclarations de la Rectrice d’Orléans-Tours dans la Nouvelle République du 17 juin :
La reprise des propos tenus par Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, le 22 mai à la radio sur « les échecs scolaires imputables aux enfants d’immigrés », alors qu’études et rapports officiels (OCDE, INSEE, HCI…) prouvent le contraire (à même niveau social, les enfants d’immigrés réussissent plutôt mieux que les autres à l’école), s’inscrit dans le cadre d’une politique de stigmatisation et de division qui ne peut qu’accentuer les inégalités au sein du système éducatif.
La phrase « Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens… », prononcée par la Rectrice de l’Académie d’Orléans-Tours bafoue les valeurs de l’École de la République auxquelles la FCPE est profondément attachée. Inacceptable !!

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



Sarkozy : Je ne fermerai plus de classes… en 2012

Sarkozy : Je ne fermerai plus de classes... en 2012 dans Actualités sarko10

Article Le café Pédagogique

 

Le 21 juin, en visite dans une école à La Canourgue (Lozère), le président de la République a pris l’engagement de ne pas fermer de classes de l’enseignement primaire en 2012. Une annonce qui suscite de nouvelles inquiétudes ou l’incrédulité.

 

« A la rentrée 2012 nous ne procéderons hors démographie à aucune fermeture de classe de l’école primaire, c’est-à-dire que le nombre de fermetures de classes n’excédera pas le nombre d’ouvertures liées aux évolutions démographiques », a déclaré Nicolas Sarkozy le 21 juin. Il a ajouté que « le un sur deux (la suppression d’un poste pour deux départs en retraite) continuera, mais nous sanctuariserons l’école primaire pour qu’à la rentrée 2012, le nombre de fermetures de classes n’excède pas le nombre d’ouvertures ».

 

Une annonce qui suscite incrédulité ou inquiétude. Les syndicats s’interrogent sur la faisabilité d’un maintien du nombre de classes au primaire sans revenir sur les suppressions de postes. Rappelons que le gouvernement a prévu 16 000 suppressions de postes pour la rentrée 2012. « Comment va-t-il être possible de tenir cet engagement », interroge Sébastien Sihr pour le Snuipp. Le syndicat demande « une hausse immédiate et significative du nombre de places au concours ». Pour Christian Chevalier, du Se-Unsa, N Sarkozy « effectue un tour de passe-passe tactique à double détente. Dans un premier temps, il calme les réactions virulentes des élus de terrain à la veille d’élections sénatoriales disputées. Dans un second temps, il dégage le paysage électoral de toutes contestations intempestives lors des opérations de carte scolaire, en février 2012, à un jet de pierre de la présidentielle. Il s’agit là d’une classique opération politicienne de déminage électoral. D’éducation, d‘amélioration du système éducatif, de prise en charge de la difficulté scolaire, il n’est évidemment pas question. Alors que l’Ecole de la République mérite toutes les attentions, le Président poursuit son œuvre d’affaiblissement ».

 

C’est l’incrédulité qui l’emporte pour les parents de la FCPE. « Que vaut cette annonce pour septembre 2012 alors que personne aujourd’hui ne sait quelle sera la majorité parlementaire ? C’est pour septembre 2011 que les parents et les élus sont inquiets et se mobilisent sur le terrain ! » L’association invite à signer sa pétition contre les fermetures de classes… en 2011. Pour la Fcpe, » il ne faut pas remettre à l’année suivante ce que l’on peut faire cette année »…

Communiqué Fcpe

Communiqué Se Unsa

Communiqué Snuipp



FCPE de l’Uzège : Flash Info n°40

n° 40.10.11
du 18/06/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Commission d’Appel

Rappel du Flash Info n°37
Les décisions d’orientation arrêtées par les chefs d’établissements en fin de 6ème, de 4ème, de 3ème et de 2nde sont susceptibles d’appel, dans un délai de trois jours ouvrables à compter de la réception de la notification de ces décisions par la famille ou l’élève majeur.

L’appel ne peut porter que sur les décisions non conformes aux demandes de la famille.

Les avis du conseil de classe, relatifs aux spécialités professionnelles et aux enseignements optionnels, ne font pas l’objet d’un appel.
Le redoublement est un droit des familles à tous les niveaux. Il n’est donc pas l’objet d’une demande d’appel.

Les parents de l’élève ou l’élève majeur qui le souhaitent et qui en ont fait la demande écrite auprès du président de la commission d’appel dont les coordonnées sont fournies par le Chef d’Établissement, peuvent être entendus par celle-ci.

appel

Dates et lieu des commissions d’appel :

- Fin de 6ème – mardi 21 juin 2011 à partir de 8h 15, Collège Via Domitia à Manduel

- Fin de 4ème – mardi 21 juin 2011 à partir de 8h 15, Collège Diderot à Nîmes

- Fin de 3ème – jeudi 23 juin 2011 à partir de 8h 15, Collège Bigot à Nîmes

- Fin de 2nde – jeudi 23 juin 2011 à partir de 8h 15, Collège Mont Duplan à Nîmes

Malgré l’insistance de la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès, les trois jours ouvrables laissés à la disposition des parents avant les commissions d’appel n’ont pas toujours été respectés.
Au Collège Lou Redounet, c’est le cas pour les 6e2 ; 6e3 ; 6e4 ; 6e5 ; 6e6 ; 4e1 ; 4e3 ; 4e4 ; 4e5 ; 4e6.
D’après le Conseil Départemental de la FCPE, interrogé à ce sujet, cela constituerait un vice de procédure qui induirait automatiquement un avis favorable. Les parents dans ce cas et qui auraient recours à la commission d’appel, doivent en faire état.

Collège Lou Redounet

La FCPE a été destinataire du planning de la semaine du 20 au 24 juin.
·         Outre les différentes manifestations, elle constate que dans ce collège, la classe est terminée deux semaines avant la sortie !
·         Alors que le Brevet se déroule les 28 et 29 juin, les élèves de 3ème doivent rendre les manuels scolaires le 20 juin !
·         L’aide apportée aux élèves dans les révisions qui se faisaient depuis des années au collège, n’a pas été organisée par la direction de l’établissement qui se dit débordée !

Tout ceci n’est pas très sérieux !!

Lycée Charles Gide

·         Inscription en Seconde :
du 29 juin au 01 juillet en salles B19 et B21.
·         Réunion Profs-FCPE :
Nous avons eu le regret de constater qu’aucun professeur n’est venu confronter nos approches respectives au sujet de la répartition des moyens alloués au Lycée, lors du Conseil Local du 15 juin.
Monsieur le Proviseur ayant déclaré à la FCPE que la répartition présentée au Conseil d’Administration résultait d’une concertation avec l’équipe enseignante, fort est de constater que toutes les ambigüités ne sont pas levées. Ainsi, la FCPE ne peut accepter notamment :
o         que 16 heures soient ponctionnées sur les classes de Seconde pour être affectées à d’autres classes, à d’autres niveaux.
o         qu’en fonction de la Langue Vivante, les conditions d’enseignement ne soient pas les mêmes quant aux dédoublements pour des effectifs sensiblement équivalents.
·         Projet « ancienne gendarmerie » :
À ce jour, la FCPE n’a toujours pas été reçue par Monsieur Verdier, Conseiller Régional et n’a pas été informée de la réunion prévue le 24 juin après-midi.
En tant qu’utilisateurs et contribuables nous trouvons que le procédé n’est pas acceptable !

Bulletin Officiel

BO n°24 du 16 juin 2011
·         Aide aux élèves et aux familles : Fournitures scolaires (lire)

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



Lettre ouverte aux parents d’élève du lycée Charles Gide (Uzès)

Vous avez inscrit ou vous allez inscrire votre enfant dans notre établissement.

Parce que les conditions de son accueil nous tiennent à cœur autant qu’à vous, nous souhaitons vous faire part de nos inquiétudes.

A la rentrée 2011, nous attendons une centaine  d’élèves supplémentaires.

Et pourtant…

Le Rectorat ne nous a toujours pas alloué les moyens nécessaires pour les accueillir tous en toute sécurité.

Actuellement l’établissement a prévu un effectif maximum de 32 élèves par classe selon les normes de sécurité en vigueur pour nos locaux. Or le risque persiste, si le Rectorat ne crée pas toutes les divisions dont nous avons besoin, de dépasser cette limite, ce qui entraînerait le refus d’inscrire certains élèves.

Nous aurons  l’an prochain 7 préfabriqués : 4 seront installés dans une nouvelle cour isolée, qui devra être surveillée.

Paradoxalement, les personnels  de la vie scolaire seront moins nombreux.

Le lycée comptera :

-      Deux surveillants maximum par jour

-      Une  seule CPE titulaire (la seconde étant en congé  maternité) et donc certains jours, aucun  CPE présent dans l’établissement

 

Le Rectorat n’a prévu aucun recrutement complémentaire de surveillants et n’envisage aucun remplacement de CPE.

 

Quant aux personnels de secrétariat et d’entretien, ils sont  à effectif réduit depuis des années alors que leur charge de travail est croissante.

Davantage d’élèves, des locaux plus dispersés et moins de personnel : pouvons-nous considérer que les conditions d’accueil et d’encadrement  seront acceptables ?

Le projet d’extension des lycées sur le site de l’ancienne gendarmerie s’enlise dans des querelles qui nuisent à l’intérêt des élèves, le seul pourtant qui devrait compter.

Les élèves  inscrits au lycée Gide appartiennent à  un  vaste secteur (Aramon, Saint-Chaptes, Lussan). Combien de temps les familles de ce bassin de vie devront-elles encore attendre la réalisation d’équipements nécessaires aux  futurs bacheliers ?

Nous espérons vivement que l’augmentation de nos effectifs sera prise en compte par les différents services concernés au niveau de l’Etat comme des collectivités territoriales.

Si ce n’était pas le cas, nous entendons bien réagir à cette situation dès la rentrée.

Nous comptons sur votre soutien dans les actions  que nous pourrions entreprendre pour permettre à nos élèves, vos enfants, de bénéficier d’un service d’éducation de qualité.

 Les représentants des personnels : enseignants, vie scolaire, administratif et agents techniques



Ma journée dans le grand marché aux profs de Pôle emploi

Article rue 89

Récit édifiant d’une participante à la journée organisée avec l’Education nationale pour le recrutement d’enseignants remplaçants.

Des vaches dans un pré (Joost J. Bakker IJmuiden/Flickr/CC)

Etiez-vous aux soldes de l’Education nationale ? Moi si ! Comment, vous ne savez pas ? Le ministère a organisé des soldes de profs remplaçants. Enfin, soyons précis, pas des soldes, plutôt un grand dépôt-vente de matériels expérimentaux non testés, et d’autres qui ont un peu, beaucoup servi à d’autres usages : nous, les aspirants au professorat vacataire et non-titulaire.

Un « X Factor » de gens de toutes sortes, ayant le niveau licence a minima, mais n’ayant jamais eu ni même préparé le capes et encore moins l’agrégation, ces concours donnant droit à l’intégration dans le grand mammouth laineux.

Par mammouth laineux, je veux dire ce truc ingérable, de gauche et ultra-syndiqué, défini par toutes les droites de France depuis mai 1968, sous le nom toujours prononcé avec morgue de « pédagos ». Alors pourquoi sommes-nous là ?

On l’a dit, notre gouvernement, par la voix de son ministre Luc Chatel, veut, dans toute la France et de la maternelle au lycée…

  • mieux encadrer les enfants,
  • être plus près des élèves en souffrance,
  • être plus juste avec tous dans un monde de plus en plus injuste,
  • liquider des centaines de classes et de postes d’enseignants titulaires, formés, homologués (plus ou moins) soutenus par les IUFM, leurs pairs et syndicats.

Le paradoxe est tragicomique. Le vrai but de ce recrutement est de raser le mammouth de l’Education nationale jusqu’au sang, en raréfiant les « vrais » profs qui coûtent chers et ouvrent beaucoup trop leur gueule, et d’amener à l’éducation des simili-profs (pas forcément pires et même parfois meilleurs que les titulaires, car ceux-là auront au moins l’expérience du monde du travail dans le privé, de l’échec, du chômage et du combat) payés une misère, corvéables à merci, et fantomatiques au niveau d’une pseudo représentation syndicale.

Que du bonheur !

La foire aux vacataires pour combler les brèches du système

Mardi, 7h05. Je chope l’info sur l’antenne d’une radio nationale : l’Education nationale, en partenariat avec Pôle emploi (étrange couple formé pour la circonstance) organise une (une seule ! ) journée de recrutement de professeurs vacataires.

L’objectif ? Faire face au flot d’enfants à éduquer à la rentrée, et au manque de professeurs non recrutés, ou apeurés et démissionnaires, par les classes de plus en plus difficiles surtout lorsque l’on est mal formés en l’absence d’IUFM.

Je suis contre ce recrutement, il est immonde. Il est contraire à toutes mes valeurs, contraire à l’engagement du syndicat de parents pour lequel je me suis engagée, la FCPE.

Oui, mais… Journaliste pigiste depuis vingt-cinq ans, écrivain publiée mais pas encore reconnue, mère sur le tard d’une enfant que j’élève en solo, j’ai bien du mal à retrouver des piges, des contrats d’édition dans mon contexte personnel et celui du tiercé contre l’emploi qui sévit partout : plans de licenciements à gogo ; emploi systématique de kyrielles de stagiaires hyper compétents, hyper disponibles et impliqués, mal ou pas payés du tout ; protectionnisme fielleux des personnels seniors en place.

Pour le capes, pourquoi pas un oral avant l’épreuve écrite ?

Ma litanie interne « Et si je devenais prof ? » n’est pas nouvelle. J’ai déjà raté le capes, faute de préparation dans un IUFM justement. A l’écrit, j’ai passé des épreuves pour juger de ma capacité à enseigner qui m’ont semblé ineptes – il faudrait, à mon sens, recruter d’abord sur diplômes, dossier et oraux, aux fins de vérifier la motivation et les capacités à se faire entendre et transmettre à un groupe d’un aspirant professeur, avant de passer les écrits.

Et j’ai fait valider mon inscription sur le site du Système d’information des agents temporaires de l’Education Nationale (Siaten), l’organe online du mammouth, dédié justement au recrutement de vacataires. Je m’étonne bien un peu de n’avoir jamais été contactée, avec mes diplômes et états de services, surtout que j’ai un numéro d’enregistrement et que j’accepte même de travailler en ZEP.

Sitôt mon café avalé et ma gosse à l’école, je me rends sur site de Pôle emploi : le recrutement est prévu dans deux jours et je veux bien sûr en connaître les modalités.

Je m’étonne d’avoir tant de mal à trouver l’info dans ces pages ou ou en tapant dans les moteurs de recherche et ensuite en tapant toutes les associations possibles entre Pôle Emploi, Education Nationale, professeurs vacataires et recrutement, sur un moteur de recherche.

La foule se presse devant le centre, c’est le bordel calme

Benoit Verschaeve (Pôle emploi)Je finis par trouver la page de Pôle emploi où le directeur des ressources humaines de l’académie de Paris, Benoît Verschaeve, moustache en avant et regard bleu un peu perdu, explique face à une caméra mal positionnée comment se déroulera le recrutement.

Je finis par trouver ce qu’il faut apporter : original et copie de son diplôme le plus élevé, lettre de motivation, CV et… c’est tout.

Jeudi 11h15. Je me rends au Centre d’information et d’orientation (CIO) du boulevard du Montparnasse deux heures après l’ouverture. Là, c’est le bordel calme. Devant l’adresse, 150 personnes environ sur la gauche se massent dans une queue approximative, tandis que 150 personnes ont opté pour le flanc droit.

A vue de nez, il y a plus de candidats de trente à cinquante ans que de jeunes diplômés. Tout le monde est paisible, tout en s’étonnant tout de même, sans hausser le ton, de l’absence d’organisation.

Le rideau de fer, baissé à mon arrivée, se relève. Je crois comprendre que l’on laisse passer un flux, puis qu’on baisse de nouveau le rideau, pour avoir le calme.

Devant la porte, un agent de Pôle emploi parle sans micro aux personnes qui l’interpellent une à une. Les délégués syndicaux de SNIIPP-FSU et SE-Unsa sont à pied d’œuvre, banderoles pliées, dépliées puis repliées. Mais pour l’heure, ils papotent dans les bourrasques de poussière et de pollen. Deux équipes de télé patientent.

On échange sourires et informations faméliques

Je parviens à demander au gars de Pôle emploi où se trouve la queue : à gauche ou à droite ? Il me fait un moulinet du bras et me répond :

« C’est égal, des deux côtés et au milieu, dans la masse quoi. »

Les gens ne défendent pas leur place, ne râlent pas, ne resquillent pas, n’exigent pas, ce qui est inouï à Paris. On échange sourires et informations faméliques. Je décide de rentrer déjeuner chez moi, car je me vois mal attendre au moins deux heures debout devant cette porte, dans cette « masse » dans un vent à décorner les bœufs que nous sommes devenus.

Jeudi, 14h10. Je reviens sur les lieux. Cette fois, une quarantaine de personnes seulement attendent devant l’entrée. Un, puis deux agents, un gars et une fille, continuent à parler sans micro et distribuer des feuilles et des petits mots.

A force de jouer doucement des coudes et de l’oreille, l’on finit par comprendre que face à l’afflux incroyable de candidats, il y a pléthore de dossiers et plus aucune possibilité aujourd’hui d’entretien, à part pour certaines disciplines.

On finit par nous tendre un vague formulaire à remplir

Nous finissons par apprendre, à l’arrache, que toutes les disciplines ou presque sont chargées jusqu’à la gueule, à part professeur d’espagnol. Deux ou trois hispanisants passent le barrage pour aller à l’entretien.

L’agent fille nous donne des feuilles volantes. C’est quoi ? On ne parvient pas à le savoir. Nous finissons par comprendre que nous pouvons déposer nos dossiers dans ses blanches mains, assortis de la feuille remplie. Et sur cette feuille, qu’est-ce qu’il y a ? Rien ou presque. Juste une ligne pour mettre notre nom, mais pas notre adresse !

Plus bas, cocher si l’on a pu ou non assister à la réunion et passer un entretien, et puis un espace de six lignes pour coucher nos « observations » (morte de rire ! ).

L’agent mâle distribue de minuscules papiers avec une adresse e-mail. Il est en rupture de stock. Je parviens à recopier un courriel du rectorat de Paris, sur ma voisine qui a décroché ce petit sésame. Elle croit avoir compris que l’on peut faire acte de candidature online à cette adresse.

« Nous avons été débordés par l’afflux de candidats »

Je donne à l’agent fille mon dossier avec la feuille, où j’ai inscrit mon nom et coché « non » aux deux cases, avant de vider les lieux en disant tout de même à l’agent garçon que je ne comprends pas pourquoi l’on fait ce recrutement organisé n’importe comment et à la dernière minute, et en une journée, alors qu’il existe déjà un organe sur internet, qui s’appelle le Siaten pour recruter des vacataires ?

Le gars me répond : « Oh, vous savez le Siaten, cela ne sert pas vraiment… C’est un peu… »

Un peu quoi ? Mort ? Voilà l’explication à mes inscriptions répétées et qui n’ont donné aucun résultats. A quoi sert le Siaten alors ?

Comment finaliser ce non-recrutement ? Qui sera choisi et sur quels critères ? Ceux de la première heure, dont je n’étais pas pour cause de dentiste matinal ? Ou bien le choix reposera-t-il sur la pertinence d’un dossier laissé à « quelqu’un » et par un email inconnu ?

L’agent fille me dit en finissant de se remplir les mains de nos futures vies de chair à ados : « Nous avons été débordés par l’afflux de candidats » (re-morte de rire ! ) Comme si faire une seule journée de recrutement pour tout le rectorat de Paris allait faire venir deux touristes !

Le mammouth est bien rasé, mais il peut encore sursauter

La masse formée de jeunes diplômés (bac +5, +6, +10) et de seniors dotés de doctorat pour certains, et de cinq, dix, vingt ans d’expérience pour la plupart, à ce que j’en écoute et questionne, se dissipe lentement, sans râler.

Je rentre. Le mammouth est bien rasé, mais il pourrait bien nous surprendre par un antépénultième sursaut avant la saignée.

Avec l’aide des parents exaspérés par le manque de personnel, les grèves récurrentes de la crèche au lycée qui nuisent gravement à la santé et l’éducation de leurs enfants, à leur propre quiétude de salarié, et le délire des boîtes privées qui se permettent pour cause d’afflux de n’enseigner qu’aux meilleurs élèves et aux plus sages et de virer tous les autres.

La rentrée 2011 et le vent d’automne qui fera claquer les étendards sanglants du mammouth seront chauds !

Photo : des vaches dans un pré (Joost J. Bakker IJmuiden/Flickr/CC), Benoît Verschaeve, directeur des ressources humains de l’académie de Versailles (DR)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web

 



Congrès FCPE : Des « comités de salut public » pour l’Ecole

Par François Jarraud

 

La FCPE est en forme. Du 11 au 13 juin, la première association de parents d’élèves, a tenu son congrès national à Nancy – Vendoeuvre. Avec deux points forts : la FCPE est à nouveau en progression. Elle est déterminée à se battre pour une autre école et pour des moyens. C’est ce que nous dit Jean-Jacques Hazan, son président.

 

Que restera-t-il de ce 65ème congrès de la Fcpe ?

 

Congrès FCPE : Des D’abord un nouveau projet éducatif, le précédent datait de 1997. Il résulte d’un long travail collaboratif qui a engagé nos conseils locaux mais aussi les départements qui finalement se matérialise dans un texte d’une quarantaine de pages divisé en trois grandes parties : une école du respect de l’élève, la place des parents dans l’école et les conditions du service public. Le congrès a aussi approuvé très majoritairement le rapport d’activités, constaté le succès de la pétition que nous avons lancé contre les suppressions de postes ainsi que la progression du nombre des adhérents (305 000 actuellement, +3,5%). Nous avons adopté 4 motions sur le financement public de l’école publique, la formation des enseignants, le livret de compétences (LPC) et les évaluations nationales.

 

Quelques mots sur ces deux dernières motions…

 

C’est très simple. Nous rejetons le LPC tel qu’il est actuellement, sous forme de cases à cocher. Pour nous il s’agit d’un véritable détournement de vocabulaire. On rejette aussi les évaluations nationales du primaire telles que le ministère les a décidées. On continue aussi notre mobilisation pour la pétition d’autant qu’on a pu constater à Vendoeuvre le soutien de l’Association des maires des grandes villes, des départements.

 

Vous voulez une « école du respect de l’élève », c’est à dire que pour vous il n’est pas respecté actuellement ?

 

Il ne l’est pas en terme de conditions de travail. On veut un code de l’éducation qui protège l’élève, comme le code du travail protège le salarié. Or le code de l’éducation ne le protège ni sur la durée de la journée de classe, ni sur l’espace scolaire. Il faut une autre manière de gérer l’éducation nationale qui permette la prise en charge des droits des enfants. Par exemple sur les rythmes scolaires, l’orientation. On veut une obligation de résultat : tout doit être mis en oeuvre pour que les enfants ne quittent pas l’école sans qualification. Personne ne doit rester au bord du chemin. Il faut aussi remettre en question l’évaluationnite. L’orientation doit être choisie et non imposée. De quel droit une institution peut-elle imposer un choix de vie à un élève, et en plus sans engagement de réussite.

 

C’est à dire que les parents doivent avoir le droit de choisir une filière S plutôt que L ?

 

Ce n’est pas une histoire de filière mais de construction progressive d’un parcours d’orientation. Il s’agit de construire petit à petit un chemin dans un lycée unique et polyvalent. Qu’on laisse le parcours se construire progressivement l’éducation à l’orientation permettant à chaque élève de faire un choix conscient. Ce qui n’est pas normal c’est que l’orientation soit prédéterminée par quelqu’un d’autre que la famille du jeune. On veut aussi une pédagogie au service de l’apprentissage et une évaluation positive et stimulante et non mettant l’accent que sur ce qui ne va pas.

 

Comment voyez-vous la place des parents à l’école ?

 

On réaffirme notre conception dela coéducation où chacun a sa place et contribue à l’éducation de l’enfant. On veut renforcer la représentation des parents dans l’école ce qui passe par un système de dispense ou d’indemnisation des parents délégués pour qu’ils puissent assister aux conseils de classe. Aujourd’hui il y a trop d’abus sur les horaires des conseils de classe. On ira donc devant les tribunaux administratifs pour faire condamner les établissements qui réunissent les conseils en milieu de journée. ON a déjà saisi deux tribunaux sur ce point à Nîmes et Montpellier par exemple contre un établissement où tous les conseils de 5ème étaient entre 9 et 16h. Comme le ministère refuse de prendre les choses en main on va le faire…

 

Participerez vous à la manifestation du 27 septembre décidée par els syndicats d’enseignants ?

 

Je ne sais pas. Pour le moment on ne s’intéresse pas au budget 2012 mais à celui de 2011. On n’accepte pas les suppressions de postes. On demande aux parlementaires qu’ils votent une loi rectificative du budget 2011. S’ils ne le font pas nous dénoncerons leur double langage. Nous interpellerons tous les sénateurs sortants (les sénatoriales sont prévues à la rentrée NDLR). Le président de la République lui-même a annoncé des mesures avant le 30 juin, ça ne nous incite pas à laisser tomber.. Si à la rentrée il y a des suppressions de classe, des enfants sans professeur de langue au CM1 ou au CM2, on dénoncera une rentrée techniquement ratée.

 

Sur ces questions nous constituons des comités de salut public locaux, à l’image de ce qui se fait dans le Nord-Pas-de-Calais, réunissant élus, associations, parents pour mobiliser pour l’école. Avec eux on va mobiliser l’opinion.

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

Liens :

Discours d’ouverture de JJ Hazan

Le comité de salut public du Nord-Pas de Calais



communique FERC FSU SGEN UNSA : journée de grève le 27 septembre 2011

ERC-CGT
FSU
SGEN-CFDT
UNSA Education

Depuis 4 ans, le Ministère de l’Education nationale a supprimé plus de 52 000 postes.
Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’Ecole publique à genoux, ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public. Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.
Les personnels de l’Education, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours de cette année pour dénoncer les 16 000 nouvelles suppressions de postes effectives à la prochaine rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus.
Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels.
Dans ce contexte, la campagne publicitaire sur les recrutements lancée par le Ministre de l’Education nationale sonne comme une provocation d’autant que la préparation du prochain budget prévoit de nouvelles suppressions d’emplois et n’affiche d’autre objectif pour le système éducatif que la recherche d’économies.
Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre, que l’on peut faire « plus avec moins », la France reste un des pays qui investit le moins dans son éducation et donc dans l’avenir.
En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées, incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter réellement contre l’échec scolaire.
La nécessité d’une toute autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire. Pour cela, les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole publique à se mettre en grève le  27 septembre prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.
Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice.

Paris le 10 juin 2011



12

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES