J’accuse le ministre de l’Education Nationale, par Alain Refalo

Publié sur Médiapart le mercredi 8 juin 2011


J’accuse le ministre de l’Education Nationale

par Alain Refalo (1)

 

L’exigence de vérité commande de prendre à nouveau la parole pour mettre en accusation les fossoyeurs de l’école publique, au premier rang desquels celui qui a en charge le ministère de l’Education Nationale. L’annonce de l’embauche de 17 000  « enseignants » par le biais de Pôle Emploi, alors que 16 000 postes de titulaires sont supprimés révèle, une fois encore, la supercherie et l’imposture d’une politique misérable qui sacrifie une génération d’élèves sur l’autel des restrictions budgétaires et d’une idéologie des puissants qui ont programmé la mort du service public d’éducation. C’est désormais une évidence : ce ministère a renoncé à tous les principes éthiques et déontologiques qui lui assuraient une légitimité pour être la voix de l’Education Nationale.

J’accuse le ministre de démanteler l’école publique en rayant de la carte 1 500 classes à la prochaine rentrée scolaire et en supprimant 16 000 postes d’enseignants, tout en privilégiant les embauches de personnes précaires non formées.

J’accuse le ministre de mentir à l’opinion publique, aux parents d’élèves et aux enseignants en faisant croire qu’il est possible de faire mieux avec moins, en clamant que l’école publique remplira mieux sa fonction avec moins d’enseignants qualifiés et plus d’élèves en difficulté dans les classes.

J’accuse le ministre de conduire une politique éducative réellement assassine qui, par des « réformes » irresponsables, tue le métier d’enseignant, tue le désir d’enseigner, tue le plaisir d’apprendre et finalement tue l’école de la République.

J’accuse le ministre d’avoir rompu durablement, après les désastreuses initiatives de son prédécesseur, l’indispensable lien de confiance entre l’autorité hiérarchique, l’encadrement intermédiaire et les enseignants du primaire, lien de confiance sans lequel il est impossible de construire quotidiennement une école du progrès pour tous.

J’accuse le ministre de double langage sur le droit à l’innovation pédagogique dans les classes et les écoles : d’un côté, il l’encourage, forums institutionnels à l’appui, de l’autre il le brime en imposant des programmes rétrogrades, des évaluations nationales formatées et des dispositifs de « soutien » en trompe-l’œil qui ont pour effet de standardiser les pratiques des enseignants au mépris de la liberté pédagogique garantie par la loi.

J’accuse le ministre de non assistance à professeurs en danger lorsqu’il les laisse seuls et désemparés affronter incivilités et violences ou lorsqu’il fait peser sur eux un stress permanent via un management de la hiérarchie aux injonctions souvent contradictoires.

J’accuse le ministre de mépriser les jeunes enseignants lorsque, sans aucune formation pédagogique et professionnelle, il les envoie « désarmés » et à leurs risques dans « l’arène » de la classe, négligeant les conséquences pour leurs élèves.

J’accuse le ministre de refuser d’investir dans l’éducation à la non-violence dès l’école en préférant les mesures dites « sécuritaires » qui insécurisent durablement les personnels et les élèves car elles montrent chaque jour leur totale inefficacité.

J’accuse le ministre de mener une politique qui porte atteinte aux droits de l’enfant en autorisant le fichage informatisé des élèves dès la maternelle, par le biais du fichier Base Elèves et du Livret Personnel de Compétences, outils illégitimes et illégaux du contrôle social des populations.

J’accuse le ministre de vouloir influencer la jeunesse de ce pays en imposant à la rentrée prochaine le retour de la phrase de morale écrite sur le tableau noir ainsi que l’apprentissage et le chant de La Marseillaise, alors que c’est d’éducation citoyenne dont nous avons besoin pour construire l’indispensable vivre-ensemble pour une société réellement solidaire.

J’accuse le ministre de vouloir caporaliser les enseignants du primaire en exigeant leur obéissance inconditionnelle à des injonctions hiérarchiques qui constituent un reniement de l’éthique de leurs missions.

J’accuse le ministre d’ordonner aux inspections académiques de poursuivre les enseignants du primaire en résistance, de sanctionner les enseignants-désobéisseurs, tels François Le Ménahèze à Nantes, symbole remarquable de la résistance éthique et responsable aux dérives et mensonges d’une hiérarchie incompétente.

J’accuse enfin le ministre de se mentir à lui-même et de porter tort à la fonction qu’il occupe.

Nul ne saurait emprisonner indéfiniment les consciences. Aujourd’hui, celles-ci sortent progressivement de leur léthargie. Cette indignation éthique qui monte représente une formidable espérance. Elle annonce la révolte salutaire dont notre société a plus que jamais besoin pour dessiner l’à-venir de notre école sous les couleurs de la générosité, du respect et de la solidarité.

 

(1) Enseignant du primaire en résistance (Colomiers, Haute-Garonne), initiateur de la lettre « En conscience, je refuse d’obéir » (6 novembre 2008) et du mouvement des enseignants-désobéisseurs, auteur de « Résister et enseigner de façon éthique et responsable », Ed. Golias, 2011.



FCPE de l’Uzège : Flash Info n°39

n° 39.10.11
du 02/06/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Postes « berceau »

Les postes de professeurs stagiaires implantés à la rentrée 2011 sont :
·         Collège JL Trintignant : Éducation Physique et Sportive
·         Collège Lou Redounet : Lettres Modernes – Technologie
·         Lycée des Métiers d’Art Georges Guynemer : CPE
·         Lycée Charles Gide : Espagnol, Mathématiques, Physique-Chimie

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès rappelle son opposition à la formation des enseignants sous cette forme qui a été préjudiciable à nos enfants en 2010-11.
Malgré quelques changements, le Rectorat maintient globalement l’architecture de cette formation.
Comme cette année, les élèves concernés verront défiler plusieurs enseignants !

Collège Lou Redounet

Les associations de parents d’élèves ont été reçues mercredi 25 mai par Monsieur le Principal et Madame la Principale-Adjointe. La PEEP et la FCPE étaient présentes.
·          Conseils de classe :
Malgré quelques modifications, la FCPE déplore toujours que le délai de trois jours ouvrables laissé aux parents pour réflexion avant les commissions d’appel ne soit pas respecté dans tous les cas !
·          Vœux pour la classe de Seconde :
Il est rappelé que 2 couples de vœux d’Enseignement d’Exploration doivent être faits.
·          Diplômes ASSR1 / ASSR2 / PSC1 :
Les diplômes devraient être distribués aux élèves d’ici la fin du mois de juin.
·          Épreuve orale « Histoire des Arts » en 3e :
Les enseignants sont satisfaits et ont trouvé que les élèves s’étaient bien préparés et investis. Côté élèves, il semble qu’ils aient été motivés et intéressés mais certains regrettent une préparation inégale selon les classes. Côté parents, il est noté que l’information concernant la journée banalisée le jour de l’épreuve a été trop tardive engendrant des problèmes d’organisation.
Rappel : Cet oral est noté sur 40 points et compte pour l’obtention du Diplôme National du Brevet (même coefficient que les épreuves écrites).
·          Bilan de « la semaine des voyages » :
Bilan positif pour les classes de 6e/5e (cross, cinéma, ateliers, pas d’absentéisme).
Bilan beaucoup plus mitigé pour les classes de 4e/3e (peu, voire pas d’intérêt pour les ateliers, absentéisme important et une sortie au cinéma que l’on pourrait qualifier « d’épique »).
L’équipe de direction fait remarquer l’énorme organisation que cette semaine a demandée. Elle souhaite, si ce projet est reconduit, qu’un comité d’organisation soit créé très tôt dans l’année.
·          Section Européenne de 3e :
Un échange est prévu en Suède l’année prochaine. Sept suédoises viendraient à La Toussaint et l’ensemble de la section se rendrait en Suède la semaine avant les vacances de printemps.
·          Brevet blanc :
Les résultats aux épreuves écrites sont moins bons que l’année dernière, 34,65% contre 48,08% en 2010.
3e1 : 37% – 3e2 : 66% – 3e3 : 44% – 3e4 : 18,5% – 3e5 : 26% – 3e6 : 40%
·          Projet Leonardo (3e SEGPA, atelier hébergement) :
Le projet est en bonne voie. L’assistant espagnol est en cours de recrutement et la décision définitive sera rendue le 31 mai.
·          Projet Comenus (4e section européenne) :
Décision le 02 juillet

Conseils de Classe : les dernières modifications sont en bleu

Conseils de classes

Lycée Charles Gide

Les associations de parents d’élèves ont été reçues mercredi 01 juin par Monsieur le Proviseur. Seule la FCPE était présente une nouvelle fois.
·         Répartition des Moyens :
La FCPE a rappelé son inquiétude liée à l’approbation par le CA de la répartition des moyens dans une Dotation inférieure aux besoins.
Après avoir regretté que le courrier à l’adresse de Monsieur le Proviseur ait été diffusé tout azimut sans son accord, elle s’est expliquée sur son contenu.
Elle a réitéré son opposition à ce que des heures soient ponctionnées sur les classes de Seconde pour être affectées à d’autres classes, à d’autres niveaux.
Elle a rappelé son étonnement de voir pourvu le tronc commun de la deuxième classe de 1ère ES alors que le Rectorat attribuera ces 18h00 au constat des effectifs de fin juin.
Elle a démontré qu’en langue par exemple en seconde, si toutes les classes avaient leur horaire obligatoire, les conditions d’enseignement n’étaient pas les mêmes quant aux dédoublements pour des effectifs sensiblement équivalents !
Elle a rappelé qu’elle n’était pas opposée à l’heure supplémentaire d’anglais européen si tous les élèves étaient traités de la même façon.
Sera-t-elle entendue ?
·         Terminales L :
La FCPE a fait part du souhait de nombreux parents de voir fusionner les deux 1ère L en deux classes de Terminale à effectif équivalent, l’option Art pouvant être placée en fin de journée par exemple.
Monsieur le Proviseur a noté cette demande qui lui semble tout à fait recevable. Il précise d’ailleurs qu’il n’est pas favorable à ce que les élèves de l’option Art soient regroupés et isolés.
·         Préparation à l’oral de Français en 1ère :
Le flottement actuel devrait trouver une organisation claire que l’équipe disciplinaire doit mettre en œuvre prochainement. Tous les élèves volontaires devraient pouvoir se présenter à cet entraînement.
·         Tenue vestimentaire :
Les remarques de l’administration ont créé une situation provocatrice des élèves dont Monsieur le Proviseur a eu connaissance. Il a proposé que ce point soit à l’ordre du jour d’un prochain CVL.
·         Projet « ancienne gendarmerie » :
Monsieur le Proviseur informe qu’une réunion devrait avoir lieu le 24 juin après-midi qui rassemblerait toutes les parties : le représentant de la Direction de l’Éducation de la Région, le Conseiller Régional, le représentant de la Mairie d’Uzès en charge de l’urbanisme, l’architecte du Patrimoine, l’architecte mandaté par la Région, les représentants des deux lycées (chefs d’établissement, enseignants, agents, élèves, parents d’élève).
La FCPE explique qu’elle n’a toujours pas été reçue par Monsieur Verdier, Conseiller Régional, et qu’elle espère être informée de cette réunion !
·         Travaux :
Une pergola située le long du restaurant scolaire doit être installée avant fin juin. Elle permettra aux élèves qui attendent pour la ½pension d’être à l’abri des intempéries.
·         Postes « berceau » :
Trois postes de professeurs stagiaires sont implantés à la rentrée 2011 au Lycée Gide.
Dans le contexte globalement inchangé de la formation des enseignants, la FCPE réitère le souhait que ces professeurs ne soient pas affectés sur des classes à examen ni qu’ils soient plusieurs sur une même classe.
·         Manifestations de fin d’année :
o           Concert :
Mercredi 08 juin de 20h00 à 22h00
Entrée 1.00€
Réservé aux seuls élèves du Lycée et à leurs parents.
o           Théâtre :
Jeudi 09 juin de 21h00 à 22h30
Entrée 3.00€
Ouvert à tous.

Livret Personnel de Compétences

·          LPC et DNB : circulaire DGESCO n°2010-0194 du 24 novembre 2010
… Il appartient au jury académique de décider, in fine, au vu de tous les éléments d’appréciation dont il dispose (notes de contrôle continu, notes obtenues aux épreuves d’examen, fiche DNB, Livret personnel de compétences…) s’il peut attribuer ou non le diplôme à un candidat qui n’aurait pas obtenu la validation des sept compétences dans son établissement. L’attribution du Diplôme National du Brevet valide, ipso facto, la maîtrise globale du socle commun…
·          Devant les problèmes pédagogiques et éducatifs, didactiques et d’évaluation que pose le LPC, un grand nombre de syndicats d’enseignants a demandé au Ministre de suspendre l’entrée en vigueur du LPC.
·          Le « savoir nager » de la compétence 7 :
Que l’élève ait ou non suivi un cycle de natation au collège, avant ou pendant la classe de 3ème, la compétence 7 peut être validée même si l’enseignant d’EPS n’a pas validé l’item « savoir nager ».
L’élève et sa famille peuvent ainsi penser que le savoir-nager est acquis, et prendre des risques pouvant conduire à des accidents graves, voire irréparables !

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès rappelle son opposition au LPC et à son application numérique, surtout cette année où les élèves de 3ème n’ont jamais été confrontés durant leur scolarité à l’approche exclusive par compétences qu’il impose.
N’y a-t-il pas de quoi être inquiet pour nos enfants devant une telle mascarade d’évaluation, surtout quand on sait que le LPC émane d’un projet de préparation au marché du travail développé dès 1996 par des entrepreneurs européens et soutenu par la Commission Européenne ?

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



12

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES