Hérault Education : 900 précaires dans le département

CHRISTOPHE GAYRAUD

20/10/2011, 09 h 03 | Mis à jour le 20/10/2011, 09 h 20

6 réactions

Chaque année, leur contrat risque de ne pas être reconduit.

Chaque année, leur contrat risque de ne pas être reconduit. (D. CRESPIN)

Des emplois pour 20 heures hebdomadaires, voire 24, héritiers des feux TUC et CES, aux rémunérations variant entre 500 € et 1 000 € nets par mois. Neuf cents contrats aidés de ce type aux statuts précaires, pour des périodes d’un an renouvelables la plupart, sont encore en vigueur dans les établissements scolaires de l’Hérault, depuis la maternelle jusqu’au lycée.

« Sous-contrats de travail »

C’est pour protester contre ces « sous-contrats de travail » que le Collectif des précaires dans l’Éducation nationale a manifesté hier matin devant le rectorat de Montpellier. Une délégation a été reçue par le secrétaire général du rectorat. Dans les revendications des manifestants, la titularisation de tous ces intervenants mais aussi la nécessité de formation qui leur est due. « Sans nous, l’Éducation nationale ne pourrait pas faire face à ses responsabilités, explique Philippe Charpentier du syndicat Sud Éducation.

Nous sommes employés pour de l’aide à la direction, l’accompagnement des enfants handicapés, la vie scolaire. Il est indispensable que ces postes soient créés, que les personnes les occupant ne vivent plus avec la menace de ne pas voir leur contrat reconduit. » Le représentant du rectorat leur a répondu que les décisions devaient être apportées par le ministère.



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES