Lycée Charles Gide : le Maire d’Uzès méprise ses interlocuteurs

Logo SNES

                                             

Lors du Conseil d’Administration du 8 novembre au lycée Charles Gide le Maire d’Uzès était  encore une fois absent et non représenté. Mme De Saboulin, représentante de la mairie, avait téléphoné à Mme Lorant-Raze pour l’informer de son absence et cette dernière en avait profité pour avoir des réponses aux questions des enseignants et des parents sur l’évolution de deux projets : l’aménagement des abords du lycée et l’entretien du centre d’accueil.

 

A la question de l’entretien du centre d’accueil dans lequel les internes de l’établissement résident, le Maire a répondu qu’il n’était pas de son ressort d’assurer le confort des élèves et que le conseil Régional pouvait y pourvoir. Pour exemple : des volets ne fonctionnant plus, ont été démontés par les services municipaux et remplacés par …. rien ; la seule réponse du Maire étant « la Région n’a qu’à faire poser des rideaux ». Les élèves et parents vont sûrement apprécier à sa juste valeur cette réaction …

Rappel : la Mairie d’Uzès est l’actuel propriétaire de cet internat et la Région lui paye un loyer pour occuper les locaux. L’entretien de ces locaux restant à la charge du propriétaire.

 

A la question de l’aménagement des abords du lycée (place Adolphe Bosc) la réponse est encore plus pitoyable. M Chapon a répondu qu’il était sur le point de donner son accord pour faire installer des plots de sécurisation à l’emplacement des places de parking mais que l’interpellation des représentants syndicaux du lycée (dans leurs communiqués de presse du 12 octobre et du 27 septembre) l’ont coupé dans son élan et donc qu’il s’y refuse maintenant. Le SNES (FSU) du lycée Gide a tenu immédiatement à faire noter au compte rendu du CA qu’il condamnait la « mauvaise foi » du Maire d’Uzès qui, on le rappelle, fait traîner ce dossier depuis près d’un an.     

De plus, le Maire aurait pris un arrêté d’interdiction de stationnement devant le Lycée, arrêté « fantôme » pour l’instant puisqu’aucun panneau ne le signale et que les voitures sont toujours en place.

 

La FSU de l’Uzège déplore la susceptibilité du premier magistrat de la ville d’Uzès qui suspend des travaux nécessaires à la sécurité des lycéens de Gide à cause d’une pseudo atteinte à sa dignité.



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES