Evaluation des enseignants : La réforme appliquée à la rentrée 2012

Les syndicats face à la nouvelle évaluation

Au rejet plus ou moins violent des syndicats d’enseignants, s’oppose pour le moment le silence des syndicats de cadres. « Totalement inacceptables », pour le Snes, le Snep et le Snuep, les projets de texte sont vivement critiqués. « Ce qui deviendra de fait premier, ce n’est plus le cœur du métier, la capacité de l’enseignant à faire acquérir savoirs et compétences à ses élèves, mais tout ce qui est périphérique à l’acte d’enseigner », écrit le Snes. « Cela changera le sens du métier d’enseignant mais aussi le rôle de l’Ecole envers les élèves, dans la mesure où l’appropriation et la maîtrise de savoirs, l’acquisition de compétences seraient minimisées ». Le syndicat fait allusion au fait que l’inspection n’évaluera plus. Il dénonce aussi « le gel des promotions jusqu’en 2015″ du fait du changement de système d’avancement.

 

Interrogé par le Café, Guy Barbier du Se-Unsa, estime ces textes « pas acceptables ». « On est attaché au regard croisé IPR – chef d’établissement. Ce dernier a son mot à dire dans certains aspects mais le regard pédagogique ne peut venir que de l’inspection. Comment le chef d’établissement pourrait-il apprécier les compétences disciplinaires comme le demande le texte ? C’est aberrant ». Le Se-Unsa rappelle quand même les défauts du système actuel : irrégularité des inspections, absence de critères objectifs et connus.

 

Le Sgen « salue la disparition de l’inspection individuelle » et demande de « déconnecter la question de l’évaluation des modalités d’avancement… Il est inacceptable qu’avec le nouveau système les personnels soient perdants dans le déroulement de leur carrière ».

 

Les syndicats de chefs d’établissement et d’inspecteurs n’ont pas encore réagi aux projet d’arrêté. En février 2011 ils avaient jugé négativement l’entretien d’évaluation des enseignants annoncé par J Théophile. « Le Snpden, premier syndicat de chefs d’établissement, ne voyait pas comment techniquement il sera possible de passer de la gestion de masse des enseignants à une gestion individuelle. P Roumagnac, pour le SIEN, syndicat d’inspecteurs, disait : « le fait de mener de tels entretiens ne s’improvise pas et ni les chefs d’établissement, ni les inspecteurs ne sont formés pour cela. La généralisation brutale de la démarche apparait donc totalement contre-productive ».

Communiqué Snes

En février 2011

 

Changer l’évaluation pour bloquer les carrières ?

Dans ce domaine comme dans d’autres, le ministère vise-t-il avant tout les économies ? La question peut être posée en reconstituant le déroulé des carrières tel que le prévoit le projet de décret. Sur ce graphique l’axe de gauche correspond aux années.

Evaluation des enseignants : La réforme appliquée à la rentrée 2012  dans Actualités 1611111 

A l’ancienneté, dans le système actuel il faut 12,5 ans pour atteindre le 8ème échelon. Il en faudra 15 avec le nouveau. Au grand choix, une carrière théorique dure 16 ans et 9 mois aujourd’hui. Elle nécessiterait 25 ans avec la nouvelle évaluation. C’est une énorme masse salariale d’économie potentielle et un coup d’arrêt à l’augmentation de la masse salariale par l’effet GVT.

 

Evaluation des enseignants : Le Snes appelle à la grève

snes111 dans ActualitésJugés « inacceptables », les projets de textes sur l’évaluation des enseignants font se mobiliser le Snes. Le 15 novembre il annonçait son intention de « réagir avec puissance et détermination ». Dans une déclaration à l’AFP, le 16, Daniel Robin, co-secrétaire général, appelle à la grève le 12 ou le 13 décembre. « Nous appelons les enseignants à limiter strictement leurs tâches à l’enseignement » a ajouté D. Robin. Le Snes est le premier syndicat dans l’enseignement secondaire.

 

Les autres syndicats d’enseignants manifestent leur irritation. L’Unsa education, sous la plume de son secrétaire général, Patrick Gonthier, demande une véritable négociation et rejette les deux textes. « Sur le fond, le projet ministériel exclut de fait les personnels d’inspection pédagogique du second degré de l’évaluation en leur substituant en totalité les chefs d’établissement, y compris sur les problématiques spécifiquement liées à l’enseignement et à la didactique des disciplines », écrit-il. « Surtout, elle bouleverse de manière fondamentale l’organisation des déroulements de carrière. Le projet ministériel est d’abord l’occasion de réaliser des économies budgétaires sur la rémunération des enseignants des écoles, collèges et lycées en les alignant sur le rythme d’avancement le plus défavorable, alors qu’ils sont toujours en attente d’une réelle revalorisation des carrières ».

 

La CGT juge les textes inacceptables et y voit « l’instauration du mérite comme mode de gestion ». Le Snuipp « s’opposera à une conception managériale basée sur un mérite largement arbitraire qui entrainerait individualisme et division des équipes. Il est également hors de question que l’évaluation ne se réduise à un contrôle administratif et à une opération de classement des enseignants. Il portera le projet d’une évaluation formative qui soit une aide au développement professionnel ». Quant au Sgen il parle de « rupture de confiance ». « L’absence de projet ambitieux pour le système éducatif associé à la gestion de coups médiatiques faisant office de politique aboutit à une rupture de confiance renforcée par l’instrumentalisation des débats éducatifs ».

 

Luc Chatel affirme qu’il « n’est pas question de prendre en catimini un décret, un arrêté sans qu’il y ait eu de concertation ».

Dépêche AFP

Communiqué unsa

Snuipp

Les projets de textes

 

 

Evaluation des enseignants : Vers une grève unitaire le 15 décembre

18F_RoletL’intersyndicale du second degré s’est réunie le 17 novembre. Elle se reverra le 21 au même moment qu’une réunion de l’intersyndicale du premier degré. On s’achemine bien vers une grève unitaire.

 

« On a une analyse commune sur la méthode et le fond de ces textes », nous dit Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, à la sortie de la réunion de l’intersyndicale du second degré, faisant allusion au décret et à l’arrêté sur l’évaluation des enseignants publiés le 15 novembre par le Café. L’intersyndicale réunit les syndicats Fsu (Snes, Snep, Snuep), le Sgen, le Se Unsa, FO, le Snalc, Sud et la Cgt. « C’est une vision inacceptable de l’éducation qui se dessine ». L’intersyndicale a décidé la diffusion d’une pétition commune lundi 21. « L’appel à la grève se dessine », nous dit F. Rolet et devrait être décidé lundi. L’intersyndicale a lancé un appel pour une action commune à l’intersyndicale du premier degré.

 

Selon Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, l’intersyndicale du premier degré (Snuipp, Se Unsa, Sgen) se réunira effectivement lundi. « On pense que le sujet, c’est à dire l’annonce de nouvelles suppressions de postes, les 3000 Rased dans le viseur, les salaires et la nouvelle évaluation des enseignants, est de nature à amener une réaction commune face au torpillage de l’école ».

Les projets de textes sur l’évaluation des enseignants


 

 



Laisser un commentaire

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES