Rapport Fotinos : La Qualité de vie au travail doit être au coeur des projets d’établissement

Par François Jarraud du café pédagogique

Réalisée auprès de 400 lycées et collèges et plus de 2000 personnels de l’éducation nationale, l’enquête menée par Georges Fotinos, ancien chargé de mission d’Inspection générale,  et José Mario Horenstein, psychiatre MGEN, fait date. Elle pose un diagnostic inquiétant sur l’état de « burnout » de nombreux enseignants et sur la crise profonde que traversent certains types d’établissements scolaires. Elle invite l’éducation nationale à mettre la qualité de vie au centre des projets d’établissement. Pas seulement pour le confort des enseignants. Mais aussi pour l’efficacité du système éducatif : il y a un lien direct entre le climat scolaire et la qualité des enseignements.

Rapport Fotinos : La Qualité de vie au travail doit être au coeur des projets d'établissement  dans Actualités 28enquete1 Or dans un établissement sur quatre le climat scolaire est jugé « mauvais« . Or la principale information du rapport c’est l’importance du climat scolaire. « 9 personnels sur 10 exerçant dans un climat « excellent » et 8 sur 10 dans un « bon » climat se déclarent en sécurité sur leur lieu de travail contre moins de 1 sur 6 dans les établissements à climat « mauvais ». De même on relève que dans un climat « mauvais » 3 fois plus de personnels se déclarent « incertains » sur leur sentiment d’insécurité que de personnels exerçant en climat « excellent » », déclare l’étude.. 11% des enseignants estiment être en insécurité. Près d’un sur deux en a assez de l’éducation nationale : un sur trois (28%) veut la quitter et 16% sont « incertains ». Un enseignant sur trois (31%) estime que les sanctions données dans l’établissement sont inéquitables.

Les enseignants se plaignent de n’être ni considérés , ni suffisamment formés. Ainsi moins de la moitié des enseignants (42%) estiment que leur opinion compte dans leur établissement. La moitié (49%) se déclarent mal formés pour le métier actuel. La moitié aussi considère que les conditions matérielles les empêche de bien travailler. 60% ne sont guère optimistes. Pour les auteurs,  » pour le désengagement (des enseignants) les causes sont à rechercher bien sûr dans les conditions de travail mais aussi dans une certaine inadaptation de la formation continue et initiale et des modalités de recrutement mal adaptées à l’exercice réel du métier. Cette situation pourrait aussi s’expliquer par une gestion déficiente des ressources humaines notamment sur le champ de l’évolution des carrières et de leur diversification. Situation qui serait encore plus vivement ressentie par les personnels des établissements difficiles ».

Un autre enseignement concerne le lieu de la crise. Alors que les collèges sont souvent montrés comme « le maillon faible » du système éducatif, c’est en lycée que, d’après les auteurs, les enseignants souffrent le plus. Plus précisément dans les  lycées professionnels et les lycées polyvalent. Le sentiment d’insécurité par exemple touche 14% des professeurs de L.P. et 18% de ceux de lycée polyvalent contre 9% en collège. En ZEP le taux monte à 20%. On notera que le rapport apporte pour la première fois des données précises sur les moyennes de sanctions et décisions disciplinaires par type d’établisement.

L’étude apporte un premier éclairage sur le « burnout » des enseignants. Généré par les conditions particulières d’exercice » de ce métier spécial, se serait une maladie particulièrement développée dans l’enseignement. « La multiplication et la complexification des tâches des enseignants se développent dans un contexte où « le métier d’élève » ne va plus de soi, où l’incertitude sur ce qui vaut d’être enseigné gagne les enseignants, ou des attentes sociales contradictoires (« sélection » et « égale réussite de tous ») rendent délicate la recherche d’un consensus minimum des valeurs partagées au sein d’un établissement scolaire. « Aucun enseignant ne sort indemne de côtoyer des élèves pour qui venir, réussir à l’école, n’a pas de sens » », souligne le rapport.

Pas moins de 23 propositions qui concernent l’organisation de l’établissement, l’exercice du métier, l’aide individuelle et les structures préventives sont indiquées par les auteurs. Ils demandent que soit instaurée « dans tous les projets d’établissements un axe concernant la qualité de vie au travail des personnels ». Il bénéficiera du « tableau de bord régulier des processus disciplinaires » que chaque établissement devra tenir. Les auteurs souhaitent aussi voir se développer « systématiquement des espaces de repos et des lieux de travail personnel et de loisirs collectifs de type bureau d’enseignement, cafétéria, salle de sports, salon des personnels ». Il s’agit de développer aussi le sentiment d’appartenance à l’établissement. Pour eux l’amélioration de l’exercice  passe par une refonte des emplois du temps.  » Reconnaître le lien causal entre la succession fréquente des temps d’enseignement, la pédagogie pratiquée et la fatigue et le stress des acteurs et usagers. Interdire les journées de travail de plus de 6 heures de cours ». Pour eux il faut « renoncer au modèle de l’emploi du temps conçu sur la séquence horaire d’enseignement pour la mise en place d’un « Emploi du temps mobile » ».

Pour lutter contre l’ennui des enseignants, ils souhaitent généraliser une  » bivalence disciplinaire privilégiant l’association d’une discipline fortement cognitive à une discipline sportive et/ou de sensibilité artistique ». Ils veulent aussi  » la mobilité professionnelle interne (inter catégorielle) externe (entreprises privées et publiques) à partir du développement de la VAE ». Ils souhaitent  » faciliter et permettre aux 28 % de personnels qui pensent souvent quitter leur travail une réorientation professionnelle ». Enfin ils demandent lamise en place d’instruments comme « un Observatoire Social et de Santé des Personnels de l’Éducation Nationale (OSSPEN) en charge de connaître les évolutions des métiers, des pratiques professionnelles et des conditions de leur exercice d’une part, de mesurer les conséquences de ces changements sur la santé des personnels, le fonctionnement des établissements scolaires et plus largement sur celui du système éducatif français d’autre part ».

Entretien avec Georges Fotinos :  » On demande trop aux enseignants »

Comment vous apparaît la situation de stress des enseignants par rapport à d’autres professions ?

28enquete2 dans ActualitésOn manque de chiffres en France sur le stress et les maladies mentales des enseignants. On ne dispose que de deux statistiques en Hollande et en Italie, des pays suffisamment proches du notre pour que ces indications puissent être prises en compte. On voit que la prévalence de maladies mentales ou de difficultés psychologiques est plus importante chez les enseignants que dans d’autres catégories. Ainsi 17% des enseignants hollandais (et non français comme le dit Le Monde) souffriraient  de burnout. Pourquoi cela serait-il différent en France ? Il serait bon de faire une enquête. Mme Théophile (DGRH du ministère) l’a promis en réunion du Comté d’hygiène et sécurité du ministère.

Contrairement à ce qu’on pense c’est dans les lycées que la situation est ressentie comme très pénible par les enseignants. Comment l’expliquez-vous ?

Il y a là quelque chose de français. Les lycées professionnels sont la dernière roue du carrosse de l’éducation nationale. Ils ne sont pas considérés. Ces lycées accueillent des jeunes en échec souvent de milieu défavorisé et les conditions de travail y sont très difficiles. On demande aux enseignants l’impossible… et ils y arrivent ! Dans les lycées polyvalents l’élément professionnel l’emporte aussi nettement sur le général et le technologique dans les représentations des enseignants.

Quels facteurs précis expliquent le stress des enseignants ?

28enquete3 On demande trop aux enseignants. Ils sont certains de ne jamais atteindre les objectifs des programmes dans certains endroits. On leur impose des horaires impossibles également. Par exemple changer de classe 6 ou 7 fois par jour, chaque heure, avec à chaque fois l’obligation de remotiver les élèves. C’est épuisant même quand tout va bien avec les élèves ! Les enseignants sont souvent victimes d’un conflit de valeurs. Ils sont souvent en désaccord avec ce que leur institution leur demande de faire. On peut parler d’intensification du travail, d’absence de reconnaissance, de montée des contrôles, d’hétérogénéité des classes. C’est l’accumulation de ces éléments qui font que le stress s’installe et que 28% des enseignants veulent quitter l’enseignement. Pour moi le monodisciplinaire aggrave tout cela. Répéter pendant 40 ans les mêmes choses, comment ne pas succomber à l’ennui ! Une de mes propositions c’est la bivalence par exemple entre une discipline cognitive et une discipline sportive ou culturelle.

Mais la plupart des enseignants refusent la bivalence…

Ils ne voient pas leur intérêt. Il faudrait aussi intégrer dans le temps de travail des activités socio culturelles comme cela se fait dans l’enseignement agricole.

Le gouvernement veut mettre des chefs d’établissement managers. Cela peut-il apporter une réponse ?

On propose nous d’axer le projet d’établissement sur la qualité de vie au travail.

Comment améliorer le climat scolaire ?

Il faut commencer par faire participer tous les acteurs de l’établissement, enseignants, élèves, parents, à l’élaboration des règles du vivre ensemble. A côté du règlement intérieur il faut une « charte de vie ». Si tout le monde participe, si les adultes se mettent d’accord de façon précise et unanime sur ce qu’il faut punir ou pas on aura progressé.

Qu’attendez-vous de la publication de ce rapport ? 

J’attends une prise de conscience des différents acteurs. Le bien être est une dimension indispensable au bon fonctionnement d’un établissement. Un point central est l’emploi du temps. Il faut en finir avec les 6 ou 7 heures de cours avec des classes différentes. Si on bouge cela, ça emportera tout.

Propos recueillis par François Jarraud

Lire l’étude de G Fotinos et José Mario Horenstein

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/[...]

 

Sur le Café :
Le travail disséqué
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/[...]
Le stress enseignant
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lacl[...]



FCPE de l’Uzège : Flash Info n°15

n° 15.11.12
du 26/11/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Conseils de Classe

·          Collège Lou Redounet
Mme Lombard est aussi déléguée Parents FCPE en 3ème 5
Mme Bruyant est aussi déléguée Parents FCPE en 4ème 4 et 3ème 3
Mme Reboux est aussi déléguée Parents FCPE en 6ème 6
L’Administration du Collège a déplacé les Conseils de Classe suivants :
o         6ème 4 : le vendredi 09 décembre à 17h00
o         6ème 7 : le lundi 12 décembre à 17h00
o         5ème 2 : le vendredi 02 décembre à 17h00
o         4ème 6 : le mardi 13 décembre à 18h15
o         3ème 3 : le lundi 12 décembre à 18h15

·          Collège JL Trintignant
Mme Grégoire est aussi déléguée Parents FCPE en 5ème 1 et 3ème 2
Mme Thiercelin est déléguée Parents FCPE en 6ème 3

Collège JL Trintignant

u Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Madame la Principale, mercredi 02 novembre. L’APDESU était absente.
·          Madame la Principale a évoqué un gros problème de sécurité routière devant le Collège. Elle a alerté la Directrice du Service Technique Municipal.
Si cela reste sans effet, il faudra envisager une action au niveau des parents.
·          La  demande de l’installation d’un abri bus à EDGARD a été réitérée.
·          La FCPE et la PEEP ont remis à Madame la Principale une lettre commune dénonçant le poids du cartable. L’APDESU s’est abstenue de signer ce courrier dont elle avait eu connaissance.
·          Une formation au budget qui doit être traité au Conseil d’Administration du 28 novembre, a été demandée par les parents. Madame la Principale a proposé qu’elle ait lieu le 24 novembre.

u Une réunion de présentation du travail effectué par les élèves de 3ème DP6 s’est tenue le lundi 14 novembre en présence des maîtres de stage, des élèves, des enseignants, des parents, du personnel administratif et des représentants des fédérations de parents.
Le bilan présenté a été particulièrement positif pour les élèves.
De fait, pour la FCPE, la transformation de la 3ème DP6 en 3ème Prépa-Pro et son implantation en Lycée Professionnel (BO n°31 du 01.09.2011) à la rentrée 2012, pose question. À suivre…

u Le problème de transport de la ligne E52 a été évoqué dans les mêmes termes qu’au Lycée Gide (voir paragraphe « Transport »)

Lycée Charles Gide

u Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Monsieur le Proviseur, mercredi 23 novembre. La PEEP était encore absente.
·          Réunions Parents-Professeurs :
Selon les classes, la FCPE a déploré le manque d’informations qui s’est traduit par une variation très importante de parents présents d’une classe à l’autre.
Par ailleurs, elle a soulevé le fait que le cahier de texte et les notes ne sont pas toujours reportés régulièrement sur Pronote. Trop de parents se plaignent de ne pas pouvoir suivre correctement leur enfant et/ou constatent la note trimestrielle sans avoir pu intervenir en amont.
Elle a demandé aussi qu’une information soit faite sur le contenu et l’utilisation de l’Espace Numérique de Travail (ENT) auprès des élèves mais aussi auprès des parents.
·          Remplacements :
Un personnel contractuel a été recruté pour remplacer le professeur de Mathématiques partant en retraite au 01 décembre.
La FCPE a demandé à Monsieur le Proviseur d’être particulièrement vigilant pour que la fin d’année ne soit pas le prétexte au non remplacement de la professeure d’Anglais partant en retraite en mai.
·          Discipline :
La FCPE est revenue sur deux points du Décret n°2011-729 du 24 juin 2011 relatif à la discipline dans les établissements d’enseignement du second degré qui devait être appliqué dès le 01 septembre.
o         Elle souhaite que deux élèves soient nommés au sein de la Commission Éducative alors que le texte n’en prévoit aucun. La composition de cette commission doit être votée lors du Conseil d’Administration du 25 novembre.
o         Elle s’oppose à ce que les mesures de responsabilisation ne soient pas effectuées exclusivement dans l’enceinte de l’établissement. Elle demande aussi que le texte soit scrupuleusement appliqué quant au respect de la santé et de la dignité de l’élève.
·          Transport :
La FCPE a relayé les nombreuses récriminations de parents quant au retard régulier du bus de la ligne E52. Elle a demandé à Monsieur le Proviseur de bien vouloir se rapprocher de son homologue de JL Trintignant qui a été informée par la FCPE du Collège et d’intervenir conjointement auprès des services compétents.
Elle lui a demandé aussi d’intervenir auprès du Service de Vie Scolaire pour que les élèves concernés ne soient pas sanctionnés pour retard.
À sa demande, une note de service du Lycée va être prochainement distribuée aux élèves stipulant les numéros à appeler (04.66.28.29.35 ou 0810.33.42.73) au cas où un bus ne passerait pas. Edgard s’est engagé à envoyer un car de substitution ou un taxi en fonction du nombre d’élèves concernés.
·         Voyages scolaires facultatifs :
La FCPE a fourni les textes de référence concernant l’utilisation des Chèques Vacances pour les voyages scolaires.
Elle a souhaité que le Lycée demande au plus vite son agrément à l’Agence Nationale des Chèques Vacances pour que les familles puissent en bénéficier dès cette année. Elle a regretté que cette démarche n’ait pas été entreprise depuis 2005.
·         ½Pension :
Compte tenu des remontées régulières que la FCPE reçoit de la part de parents mécontents des repas servis à la ½ pension, elle a informé Monsieur le Proviseur qu’elle a sollicité une entrevue auprès de la Directrice des Cuisines de l’Uzège, par courrier en date du 17 novembre.
·         Délégués de Parents FCPE aux Conseils de Classe :
La FCPE a regretté que la liste de ses représentants soit la seule à n’être toujours pas publiée sur le site du Lycée.

u Le Conseil d’Administration a eu lieu le 25 novembre.
Quelques points importants en résumé :
·          Commission Éducative : 1 siège est à pourvoir au titre des parents d’élèves.
Représentant FCPE : J.Claude MANCHON
Deux élèves siègeront comme le souhaitait la FCPE.
·          Budget prévisionnel 2012 – Service annexe d’hébergement :
La FCPE a demandé des explications quant à la baisse du chapitre R2 – Service annexe d’hébergement.
Madame la Gestionnaire l’explique par une diminution sensible d’internes. Interrogés, les élèves ont fait part des réactions de leurs camarades et imputent cette défection au manque de confort de l’internat.
·          Enseignements de Spécialité en Terminale à la rentrée 2012 :
Dans le cadre d’une offre de formation la plus variée possible, la FCPE a soutenue la demande des enseignants de voir organiser, dès la rentrée 2012 au Lycée, les nouveaux enseignements de la classe de Terminale (Droit et Grands Enjeux du Monde Contemporain en TL ; Sciences Sociales et Politiques en TES ; Informatique et Sciences du Numérique et l’option facultative d’Histoire-Géographie en TS).
Si ce n’était pas le cas, la FCPE a constaté qu’une fois de plus, ce seront les mêmes élèves, en Première cette année, qui continueront de subir les aléas de la mise en œuvre pour le moins chaotique de la Réforme du Lycée.
·          Sexualité :
Suite à la réunion du Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté du 22 novembre, des enseignants ont été stupéfaits des résultats de l’enquête menée par l’infirmière auprès des élèves de 2nde en 2010-11.
Le fait qu’ils montrent notamment, qu’un nombre très important d’élèves a des rapports sexuels non protégés, les conduit à demander que le Lycée prenne en charge l’achat de préservatifs et les mette à disposition au Service de Vie Scolaire et à l’Infirmerie.

u Abords du Lycée :
Suite au courrier de la FCPE au Préfet, auquel l’APDESU a adhéré, vous trouverez en PJ sa réponse. Pour la FCPE, ses engagements sont à la hauteur de ce qu’elle pouvait espérer. Il n’en demeure pas moins qu’elle restera particulièrement vigilante aux suites apportées.
FCPE de l'Uzège : Flash Info n°15 dans Associations de Parents pdf Lettre Préfet
Système éducatif

Bulletin Officiel n° 38 du 20 octobre 2011
·         Baccalauréat général et technologique : définition des épreuves de langues vivantes, de langue vivante approfondie et de littérature étrangère en langue étrangère en série L à compter de la session 2013 (lire).

Conseil Départemental de l’Éducation Nationale du 15 novembre 2011 :
·          Le représentant du Conseil Général en charge des Collèges s’est inquiété du fait que l’Inspection Académique puisse prévoir des divisions à plus de 30 élèves. Pour les projets de nouveaux collèges, la limite avait été fixée en concertation à 30. Il a relevé la possibilité de problèmes de salles, y compris dans les collèges les plus récents, qu’il faudrait alors imputer aux services de l’État et non à la gestion de la collectivité territoriale.
·          L’Inspection Académique a présenté un projet de modification de la sectorisation en lycée pour les élèves des communes du sud de Brignon. Certains élèves dont le lycée d’affectation est actuellement Charles Gide à Uzès, seraient orientés vers le lycée Hemingway à Nîmes. Selon l’administration, cette modification aurait le double avantage de diminuer les effectifs au lycée d’Uzès et d’augmenter les effectifs du lycée Hemingway qui sont en forte baisse.
La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès déplore le manque de concertation en la matière et l’objectif purement comptable de cette décision. Pour elle, si la révision de la carte scolaire du Lycée Gide est une nécessité, elle doit se faire dans l’intérêt des élèves et notamment dans la perspective de diminuer leur temps de transport. D’autres dispositions doivent être envisagées !…

Fraude au Bac S 2011 :
Selon une dépêche de l’AFP du 25 novembre, les accusations se dissipent autour du principal suspect, l’enquête s’orientant vers la piste d’une blague de potache.
Le juge a considéré que ce lycéen de terminale S, qui a finalement eu son bac avec mention, ne pouvait être certain d’être en possession du véritable sujet du bac. Cet élève a également été blanchi par l’enquête disciplinaire de l’université Paris-Ouest/Nanterre, où il s’est inscrit.
Même si le parquet fait appel de la décision, cette affaire se dégonfle lamentablement. La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès ne peut être indifférente aux conséquences subies par un certain nombre de lycéens de Charles Gide que ses nombreuses interventions de juillet, aux côtés des parents, n’ont pas surmontées.

Conseil Local

Le prochain Conseil Local FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès se réunira le jeudi 08 décembre à 20h30 à la MJC Place de Verdun 30700 – Uzès.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES