SMA : Une mère poursuivie pour violences contre une directrice

Une mère et sa sœur sont poursuivies par le parquet de Nîmes pour violences volontaires et outrage contre une directrice d’école qui refusait d’accueillir une enfant dans le cadre du service d’accueil minimum (SMA).

Article du Nouvel Obs.fr du 23/11/08

SMA : Une mère poursuivie pour violences contre une directrice dans Actualités 350142

(c) Reuters
Une mère d’élève est poursuivie pour violences volontaires et outrage contre la directrice d’une école maternelle nîmoise qui a refusé l’accès de l’école à sa fille jeudi, jour de grève nationale, apprend-t-on samedi 22 novembre de source judiciaire. La mère de famille et sa sœur, respectivement âgées de 38 et 30 ans, s’en sont prises à la directrice lorsque celle-ci a refusé de recevoir l’enfant, prétextant que l’accueil des élèves les jours de grève était réservé aux familles monoparentales ou celles dont de parents actifs.
Devant ce refus, la mère a alors bousculé une ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) enceinte de 8 mois avant de s’en prendre à la directrice de l’école Charles Martel, qui a porté plainte. La mère d’élève s’est toutefois défendue d’avoir porté un coup au ventre de la directrice – celle-ci n’a pas reçu d’ITT.

Poursuites

Placée en garde à vue vendredi soir avec sa sœur, qui a participé à l’altercation, la mère de famille risque 5 ans de prison. Elle est convoquée le 31 décembre prochain devant le tribunal correctionnel de Nîmes, après avoir été présentée samedi au parquet.
Elle est poursuivie pour violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public à l’intérieur d’un établissement scolaire et outrage à l’encontre de la directrice.
Elle est également poursuivie pour violences volontaires sur une personne particulièrement vulnérable enceinte de 8 mois chargée d’une mission de service public dans un établissement scolaire. Sa sœur est poursuivie pour outrage envers la directrice et menace de crime ou délit à son encontre.



Service minimum d’accueil : les parents ne sont pas à vendre !

Ce que veulent les parents d’élèves, c’est un service public d’Education nationale, pas une garderie nationale.

Service minimum d’accueil : les parents ne sont pas à vendre ! dans Associations de Parents shimLogo FCPE

La grève d’hier n’est absolument pas passée inaperçue auprès des parents d’élèves. Le service minimum d’accueil n’a fonctionné que lorsqu’il n’y avait pas réellement de demande, c’est-à-dire lorsque les enfants ne sont pas venus à l’école.

De fait, si une grève des enseignants peut poser ponctuellement problème aux parents qui ne peuvent faire garder leur enfant, leur demande n’est pas celle-là.

Ce que veulent les parents, eux, c’est conserver leur Ecole maternelle, c’est que les enseignants absents soient remplacés dès le premier jour, c’est que l’on cesse de supprimer des postes à tout va, c’est que les enfants puissent étudier à l’Ecole dans des conditions satisfaisantes.

Ce que veulent les parents d’élèves, c’est qu’on les écoute et qu’on les considère, et pas qu’on les achète pour pallier les carences du ministre et organiser une garderie en cas de grève.

Ce que veulent les parents d’élèves, c’est un service public d’Education nationale, pas une garderie nationale.



COMMUNIQUÉ DE LA FCPE DU GARG

CONSEIL DEPARTEMENTAL DES PARENTS D’ELEVES
FCPE DU GARD

Logo FCPE

98, Route de Sauve – 30900 NIMES
Téléphone : 04 66 23 94 33
Email : fcpe.cdpe.30@wanadoo.fr

En cas de grève, et notamment pour ce Jeudi 20 Novembre la FCPE du Gard conseille  aux  parents :

• d’envoyer leurs enfants à l’école lorsque leurs enseignants ne sont pas grévistes (sauf lorsque la FCPE appelle  à une opération « écoles mortes ») ;

• d’organiser l’entraide pour les familles qui seraient gênées par les grèves des enseignants ou des personnels de restauration scolaire (quitte à garder son enfant à la maison, on peut aussi garder un ou plusieurs copains de la classe) ;

• dans le primaire : vérifier, dans le cadre du service minimum d’accueil, que les conditions d’accueil respectent les normes « Jeunesse et Sport » en matière d’encadrement de façon à assurer la sécurité des enfants et que cet accueil ne perturbe pas les élèves dont les enseignants ne sont pas en grève ;

• en lycées :  si les lycéens prévoient de manifester, contacter le conseil local le plus rapidement possible de façon à ce que celui-ci prenne contact avec les élèves… afin d’assurer la sécurité de la manif. Nous avons remarqué qu’il y a généralement beaucoup moins de problèmes lors des manifestations de jeunes lorsque quelques parents assurent la sécurité (attention, nous ne devons pas leur dicter ce qu’ils ont à faire : nous sommes juste présents et nous encadrons).

Même si elles ne le sont pas toutes, une bonne partie des revendications des enseignants sont aussi celles des parents d’élèves !  C’est pourquoi la FCPE du Gard appelle tous les parents qui le souhaitent à rejoindre la manifestation du Jeudi 20 Novembre à Nîmes  à 15h devant l’inspection académique pour se rendre à la préfecture.

La FCPE du Gard  regrette vivement  tout le tintamarre, et toutes les annonces médiatiques incessantes qui masquent mal un jeu de massacre bien programmé pour démolir l’école.
Nous réclamons un réel dialogue pour entamer des réformes qui ne soient pas synonymes de régression (et qui ne soient pas faites dans la précipitation) car nous croyons fermement que   l’école doit évoluer et se transformer pour s’acquitter vraiment de sa mission démocratique : faire réussir TOUS les élèves.

Nîmes le 18 novembre 2008



Veille de l’opinion : est-ce grave, docteur ?

Logo FCPE

Xavier Darcos lance un appel d’offre pour connaître quasiment en temps réel l’état de l’opinion publique sur le système éducatif.

Pour le montant budgété, 100 000 euros – exactement le montant de la baisse de subvention qu’elle a eu à subir cette année – la FCPE est prête à tenir le ministère informé de ses prises de positions et de l’état d’esprit des parents d’élèves.

Veille de l’opinion : est-ce grave, docteur ?  dans Associations de Parents shim

L’obsession maladive du contrôle de la population a atteint un second membre du gouvernement. Après Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la Famille, qui voudrait savoir à quoi chaque famille utilise l’allocation de rentrée scolaire, Xavier Darcos lance un appel d’offre pour connaître quasiment en temps réel l’état de l’opinion publique sur le système éducatif.

Pour le montant budgété, 100 000 euros – exactement le montant de la baisse de subvention qu’elle a eu à subir cette année – la FCPE est prête à tenir le ministère informé de ses prises de positions et de l’état d’esprit des parents d’élèves.

Encore faut-il que le ministère accepte d’entendre ce qu’elle a à lui dire voire accepte de tenir compte de ce que les acteurs du système éducatif pensent quant aux réformes nécessaires dans l’Education nationale…

A quoi sert d’ausculter l’opinion de si près si c’est pour ne jamais tenir compte de ses avis ?



1...1112131415

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES