Le collectif des grévistes du lycée Jacques Prévert vote la grève reconductible

Les enseignants du lycée Jacques Prévert de Saint-Christol-les-Alès réunis en AG le 4 octobre à 7h30, ont voté la grève reconductible pour le retrait de cette réforme des retraites et pour d’autres choix de financement.
Scandalisés par la campagne de désinformation et de dénigrement menée par les pouvoirs publics sur des solutions alternatives et en réponse à la sollicitation du ministre du travail « qui souhaite un supplément d’information », les enseignants sont déterminés à porter publiquement des éléments de réflexion et de débat.
Contestant la pertinence du calendrier national, ils rappellent que le débat au Sénat débute demain le 5 octobre et ne souhaitent pas attendre la journée du 12/10 pour se mobiliser. Ils interpellent donc les centrales syndicales sur l’urgence d’une mobilisation continue et plus ferme.
Ils appellent aussi tous les salariés du public et du privé et au-delà l’ensemble de la population, à s’emparer dès maintenant du mouvement.



FCPE de l’Uzège flash info n°3

n° 03.10.11
du 05/09/10

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Lycée Charles Gide

Après l’entrevue que la FCPE avait eu avec Monsieur le Proviseur le lundi 30 août et le mécontentement des personnels qui rejoignait le nôtre, nous avons souhaité interpeller à nouveau Monsieur le Proviseur jeudi 02 septembre après-midi :

·          Le Directeur de la Direction de la Prospective des Moyens et des Enseignements, sous couvert du Secrétaire Général de l’Académie a laissé entendre que le Rectorat donnerait les moyens nécessaires à l’ouverture d’une ½classe de S en 1ère, comme nous l’avions souhaité.
·          Par contre, il nous a informé que 2 professeurs de Philosophie (1non nommé ; 1 en arrêt maladie non remplacé) et 1 professeur d’EPS pour 6h00 (non nommé) manquaient à l’effectif des enseignants.
·          Compte tenu de l’augmentation du nombre d’élèves, nous avons réitéré notre souhait que soit nommé un Assistant d’Éducation supplémentaire. Par une autre voie d’information, nous avons appris que notre demande serait prise en considération.

À notre sortie, nous avons interpellé Monsieur Verdier, Conseiller Régional, Membre du Conseil d’Administration et lui avons demandé que la Région mette tout en œuvre pour accueillir cette nouvelle classe. Il nous a assuré qu’une structure mobile, voire deux, seront installées dans les meilleurs délais à partir du moment où Rectorat et Administration du Lycée informeront la Région.

Par ailleurs, le Conseil Local FCPE a écrit au Président de Région, en date du 03 septembre, pour être reçu rapidement dans la perspective d’assainir la situation de la rentrée 2010 et d’anticiper les prochaines, en matière d’infrastructures.

L’officialisation de l’ouverture d’une ½classe de S en 1ère et la création d’un ½poste d’Assistant d’Éducation supplémentaire est attendue avec impatience !

·          Le passage à la ½pension semble présenter de grandes difficultés et elles ne sont toujours pas levées.
·          Un nombre important de parents d’élèves de 2nde nous ont fait part de leur mécontentement concernant les Emplois du Temps qui relèvent, selon eux, d’un exercice à trous.
La FCPE a écrit immédiatement à Monsieur le Proviseur en ces termes :
Dans le cadre des modifications des Emplois du Temps que vous allez être amené à réaliser par l’ouverture de la ½classe de 1ère S, nous souhaitons que vous preniez en compte ceux des 2nde  pour tenter de les améliorer.

Transport

·          Vendredi 03 septembre, un élève de St Quentin s’est vu refuser l’accès au transport. Nous vous rappelons que jusqu’au 15 septembre, les chauffeurs ne peuvent pas refuser la montée dans le car.

Si votre enfant rencontre des difficultés liées au transport, nous vous invitons à contacter immédiatement le service client d’Edgar par téléphone au 0 810 33 42 73 (coût d’une communication locale) et/ou par courriel en cliquant sur le lien suivant : http://www.edgard-transport.fr/contact/?rub_code=14

Dans le même temps, nous vous demandons de bien vouloir nous en informer. Nous synthétiserons les dysfonctionnements que nous ne manquerons pas de signaler à Edgard en fin de semaine prochaine.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com



Question écrite déposée par Jean Glavany, député, au ministre de l’éducation nationale :

14.04.2010.

Question écrite

Monsieur Jean Glavany attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale sur la réforme de l’enseignement primaire et plus particulièrement sur les évaluations des CM2.

Ces évaluations sont annoncées comme des piliers de la réforme : fournir des indicateurs d’évaluation, lutter contre l’échec scolaire et mettre en place de nouveaux programmes.

Or il s’avère que les services du ministère ont dû procéder à une correction statistique pour assurer la comparabilité des deux évaluations 2009 et 2010. Dans un courrier adressé aux enseignants, il est précisé qu’il est impossible d’établir des comparaisons entre les résultats dans leur école et ceux constatés au plan national. Les épreuves de 2010 auraient été plus difficiles. Les résultats qui figurent sur le plan national ont donc fait l’objet de corrections destinées à remettre les élèves sur la même échelle.

Ces corrections, qui ne semblent pas de simples petits ajustements, portent à s’interroger quant à la validité des résultats et donc de l’ensemble du processus.

Il souhaiterait donc savoir dans quelles mesures ces évaluations restent fiables, à quoi elles servent et demande une clarification des objectifs poursuivis.



Finlande : le bon élève des systèmes éducatifs occidentaux peut-il être un modèle ?

La commission de la culture et de l’éducation publie son rapport d’information
sur la politique éducative en Finlande

Le mercredi 7 avril 2010, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, du Sénat, présidée par M. Jacques Legendre (UMP, Nord), a adopté un rapport d’information sur la politique éducative en Finlande, suite à la mission dans ce pays d’une délégation conduite par Mme Colette Mélot (UMP, Seine-et-Marne) et composée en outre de M. Pierre Martin (UMP, Somme), Mme Françoise Cartron (Soc., Gironde), M. Claude Domeizel (Soc., Alpes-de-Haute-Provence) et Mme Lucienne Malovry (UMP, Val d’Oise).

Pourquoi la Finlande ? Parce qu’elle est le meilleur élève des pays de l’OCDE d’après les enquêtes PISA et fait figure de modèle. L’exemple finlandais est en effet séduisant, puisque ce pays semble avoir trouvé réponse à des questions aussi difficiles que la recherche de l’équité et de l’efficience du système, la conciliation de cette équité avec une forte autonomie des acteurs, ou encore la forte réduction de l’échec scolaire.

Si tout modèle présente ses limites et n’est pas facilement transposable, pour autant, l’observation des réussites étrangères peut toujours être utilement une source de réflexion, voire d’inspiration, pour les pays partenaires.

Pour Colette Mélot : « l’exemple finlandais nous invite à la réflexion et il peut être un support utile pour des réflexions fructueuses dans notre pays, par exemple – mais non exclusivement – sur les sujets suivants : le rythme scolaire, la formation des enseignants, le degré d’autonomie du chef d’établissement, le travail en équipe des enseignants ou le caractère plus ou moins modulaire du lycée… ».

Ce rapport vient d’être rendu public sur le site Internet du Sénat, à l’adresse suivante : http://www.senat.fr/noticerap/2009/r09-399-notice.html



Agence de remplacement des Profs

profmath.jpegprof 1

prof 2prof 3



Un p’tit bonheur….. A… l’Education Nationale !

Monsieur Le Président,

Merci de lire ce message,
Un p’tit bonheur sur une page,
Une douceur..pour l’Education Nationale.

Je le confie à la toile,
La grande toile du progrès,
Afin qu’il tisse les voiles…
De la solidarité,
Et qu’il rayonne aux ondes…
De l’humanité.

Je suis Professeur des Ecoles
Dans un petit village de l’Eure,
Trois cents âmes y demeurent,
Et vingt- six élèves à l’école…
Une classe, dite « unique »,
Mais cinq cours, dits multiples…

Dans cette école une chance,
Un p’tit morceau de bonheur,
Qui s’écrit avec ces trois lettres:
Employée de la Vie Scolaire.. .

Pour l’Education Nationale,
Un p’tit bonheur, c’est pas banal,
Un léger baume sur le coeur
De cette Grande Dame
Un peu…bancale !

Notre bonheur, c’est Géraldine,
En silence elle participe
A la guérison d’la Grande Dame…
Elle est..une Valeur Ajoutée
HUMAINE rentabilité,
Et c’est du bonheur …assuré !

Dès le matin, elle s’active,
C’est sur le net qu’elle s’incline
Les courriers, les notes de service,
Toutes les infos de l’inspectrice,
Et celles de l’Académie…

Mes mots notés au brouillon,
Les compte-rendus de réunion,
Tapés, imprimés, photocopiés,
Enveloppés, adressés, timbrés,
Prêts à être distribués…

Encadrés, les derniers dessins des CP,
Affichés, sinon…à quoi bon dessiner?
Un CM vient montrer son texte sur le musée,
Elle l’aide à le recopier, à taper sur le clavier…
Retentit le téléphone, qu’elle décroche sans tarder,
Afin de ne pas gêner, le travail commencé,
Un autre enfant vient finir avec elle l’exercice,
Elle explique et décortique, redonne de l’énergie..

Rangée la bibliothèque,
Notés les livres prêtés,
Elle prépare la maquette,
La une du journal scolaire…

Ah! Notre petit journal
« Magique », ils l’ont appelé
Quel travail de fourmi,
J’y passerai……des nuits ?

Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,
Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,
Quelques chaudes gorgées, entre… deux conflits à régler,
Des solutions à trouver, des mots à reformuler,
Une écorchure à soigner, une blessure à consoler…

Et puis…c’est reparti !

Sur les chemins de la connaissance,
Vaincre ainsi sans cesse l’ignorance,
Avec labeur, effort, sérieux,
S’ouvrir l’esprit, être curieux.

Ne pas oublier l’insouciance,
De tous ces êtres en enfance,
La bonne blague!… On la mettra dans le journal,
Les bons gags, et les rires, c’est vital !

Dans les pots
Les peintures sont bien préparées,
Quatre enfants sur un chevalet,
Deux à l’ordi pour recopier,
Les autres en dessin sur papier,
….Sans elle, jamais…
Ce ne serait si bien géré.

Bientôt la fin de la journée,
Plus l’aide personnalisée,
Restent les cahiers à corriger,
Faire le point pour évoluer,
Et demain..tout continuer…..

Le soir, coup de fil…
C’est Géraldine,
A sa voix, je perçois,
Une blessure qui abîme…

Ecoute, me dit-elle…c’est à pleurer !
Du « Pôle Emploi » j’ai reçu…un imprimé,
Dans quelques semaines, c’est marqué,
Votre contrat est terminé…

Ils me demandent ce que j’ai fait,
Pour trouver un futur emploi..
Sa voix se fêle… »J’ai..un emploi! »
Ils me demandent ce que j’ai fait,
pour me former, pour m’insérer,
Sa voix se gèle…. puis accélère: « Je…suis formée,
depuis trois ans, j’me sens utile, insérée et c’est varié,
Pas bien payé, mais..j’veux rester ! »
Sa voix s’étrangle… c’est à pleurer…

Ils me demandent mes compétences
C’que j’ai acquis, que vais-je répondre?
Il y a l’espace …d’UNE LIGNE
UNE LIGNE…. mais tu te rends compte !

J’ai honte, honte…il aurait fallu UNE PAGE
Au moins UNE PAGE pour répondre,
J’ai honte, honte..pour notre Grande Dame
Pour ceux qui l’ont créée, l’ont fait évoluer,
Qui a tant appris aux enfants,
Qui a tant encore à leur apprendre..

Et Géraldine ???
On n’ lui dira même pas MERCI
Bien sûr, pas de parachute doré,
Et même pas d’indemnité
Ils lui précisent… Oh!..comme ils disent
D’étudier ses droits…pour..le R.M.I.
Elle a raison…c’est à pleurer..

Alors qu’on demande chaque jour,
A nos élèves de dire « Bonjour »
De dire « Au revoir » et…. « Merci »
De s’ respecter, d’être poli
Comme vous dîtes, Monsieur Sarkozy…

Que vais-je dire, à la p’tite fille,
Qui l’aut’re jour, près de moi ,s’est assise,
Et ,toute fièrement, m’a dit:
Tu sais, Maîtresse,moi, quand j’serai grande,
J’irai au collège, comme mon grand frère,
J’irai au lycée, j’passerai mon bac,
Et je ferai…comme Géraldine! »

Je sursaute.. Mon coeur se serre..C’est à pleurer.

C.Picavet
Professeur des écoles
à l’école des Livres Magiques
Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)

En hommage à toutes les Géraldine, Florence, Sabrina, Laurence, Elodie,
à tous les Philippe, Sébastien, et bien d’autres qui ont valorisé mon
travail, et participé à la guérison d’la Grande Dame…
qui est encore bien malade…

Je ne crois pas à la peur, je crois à la force et à la magie des mots,
Et pour garder notre bonheur, il suffirait de quelque Euros…

Quel patron, quelle entreprise, après trois ans de formation,
Jetterait son salarié, pour prendre un autre, recommencer ?
Quel jardinier, quel paysan, brûlerait sa récolte mûre, après avoir
semé, soigné?

Je n’ai pas fumé la moquette
Je veux seulement que l’on arrête,
De prendre les gens pour des pions,
Qu’on arrête de tourner en rond !

Torpillé le « Chagrin d’école »
En mille miettes de BONHEUR !

En l’honneur de tous ces p’tits bonheurs..
INONDONS LE NET

les amis, les décideurs,
les chômeurs, les travailleurs,
directeurs, les inspecteurs,
employés et professeurs,
députés, ministres,
r’m'istes ou artistes,
chanteurs, compositeurs, rapeurs, slameurs,
radios, journaux, télés,

et à tous ceux qui sont…parents…d’un enfant..

enfin à chaque être humain de ce pays
qui j’espère un jour dans sa vie,
a bénéficié d’un peu de bonheur,
de cette Valeur Ajoutée
HUMAINE rentabilité,
dans le giron de la Grande Dame.

P.S: Ironie….. A la rentrée, c’est presque sûr
Notre petite école rurale
Sera dotée d’une Valeur Matérielle Ajoutée,
Des fonds ont été débloqués,
Huit ordinateurs et un tableau interactif
Une « classe numérique »
Nous serons à la pointe du progrès ! Et pour cela, je serai formée !

Mais, qui m’aidera à installer, et à gérer, sans Valeur Humaine Ajoutée !



La reconquête du mois de juin : les annonces du ministre et l’application sur le terrain.

Logo FSULe calendrier de fin d’année proposé par le ministre de l’éducation nationale Xavier Darcos est intenable. Il demande aux enseignants de faire cours jusqu’au 2 juillet aux élèves de seconde alors même que dans leur établissement ont lieu les épreuves de Bac. En outre, cette année, chaque lycée fera passer le Bac à ses propres élèves de terminale, toutes séries confondues, ce qui mobilisera un très grand nombre de salles de classes et donc de professeurs surveillants.

Comment, dans ces conditions, peut-on surveiller les examens, corriger des copies tout en faisant cours sachant que les délais de correction sont de plus en plus courts d’année en année ? Comment les élèves de seconde pourront-ils avoir cours dans un si petit nombre de salles de classe ? Comment garantir que les élèves passant le bac ne seraient pas perturbés par les élèves de seconde qui séjourneront dans le même établissement ?

Des situations très différentes ont lieu dans les lycées du Gard. Au lycée Camus, le proviseur a recruté des personnes par petite annonce dans le quartier pour surveiller le bac, moyennant rétribution. Comment peut-on assurer, dans ces conditions, que ces surveillants ne seront pas tentés d’ « aider» des élèves de leur connaissance. Il est indispensable que ce soit des professeurs qui surveillent les épreuves tant par leurs compétences (signalement d’une erreur dans le sujet par exemple) que par leur neutralité vis à vis des élèves. C’est pourquoi nous dénonçons, à ce titre, le fait que les élèves passent les épreuves, cette année, dans leur lycée d’origine.
Dans certains lycées, les cours sont suspendus à partir du 16 juin, dans d’autres des ateliers sont organisés pour les élèves de seconde par les administrations locales, dans des circonstances marquées par un calendrier tendu, vu la grande difficulté à organiser les épreuves tout en ayant les élèves.
De plus, les conseils de classes sont retardés à quelques jours seulement des commissions d’appel et d’affectation empêchant un temps de réflexion aux élèves et à leur famille pour les choix d’orientation.
 Le SNES demande l’arrêt des cours dès le début les épreuves écrites du bac et appelle à signer la pétition en ligne sur le site du SNES pour dénoncer cette reconquête du mois de juin qui n’est que de la poudre aux yeux. Elle n’a aucun intérêt pédagogique, désagrège les conditions de travail des futurs bacheliers, du personnel enseignant et du personnel administratif.

Pour le SNES Gard, Florence Thiébaut et Bertrand Humeau.
 



EMPLOI- SALAIRES- SERVICES PUBLICS- EDUCATION

SAMEDI 13 JUIN
MANIFESTONS ENSEMBLE DANS TOUTE LA FRANCE

A l’appel de la Cgt, la Cfdt, Fo, la Fsu, l’Unsa, la Cftc, la Cgc et Solidaires
Après le 29 janvier, le 19 mars, le 1er mai, le 26 mai, poursuivons la mobilisation interprofessionnelle.

A Nîmes, rendez-vous à 10h au Taureau

A Alès, rendez-vous à 10h à la Place de la Mairie.

-    Pour la suppression du bouclier fiscal et la défiscalisation des heures supplémentaires qui grèvent le budget de l’état.

-    Pour l’annulation des suppressions d’emploi dans la fonction publique (34000 en 2010)

-    Pour un projet ambitieux pour l’école et la réussite de tous les élèves à partir d’un débat public transparent et démocratique.

-    Pour une formation des maîtres de haut niveau.

-    Pour l’ouverture de négociations salariales dans la fonction Publique

-    Pour le relèvement du SMIC, des minima sociaux, des pensions et des retraites.

-    Pour le conditionnement de toute aide publique aux entreprises à des mesures en faveur de l’emploi et des salaires.

-    Pour un véritable plan en faveur de la jeunesse articulant des mesures pour la formation et pour l’emploi.



le 17 Mai dans le cadre de « Remettons l’école à flot » une « bande » d’irréductible est allée informer la population à SAPERLIPOPETTE ET ENFANTILLAGE à Montpellier

Image de prévisualisation YouTube



La crise vue par des artistes militants



12

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES