GROSSE GRÈVE !

Logo SNES

On a annoncé à 10 h : 57,1 % de grévistes (57,5 % en collège et 56,2 % en lycée) dans l’académie. Les chiffres qui sont tombés depuis, sont tout à fait dans cet ordre de grandeur. Le chiffre est donc très proche (à + ou – 1ou 2 % ) de la réalité.

Dans le Gard, les remontées des établissements donnent : 53% en collège, 56% en lycée. Dans les écoles, près de 3 enseignants sur 4 étaient en grève !

Manifs bien réussies : 5 000 à Montpellier, près de 3 000 à Nîmes avec des lycéens, des parents assez nombreux et des élus politiques à Montpellier.

Sans contestation possible, plus d’un enseignant sur deux a fait grève aujourd’hui dans les lycées et collèges.

Le message adressé est clair, et constitue une véritable interpellation  au Ministre. Celui ci doit maintenant prendre en compte les revendications exprimées fortement  par  les personnels :

budget 2009,
revalorisation,
réforme du lycée,
respect du paritarisme.
Le SNES s’adresse aujourd’hui solennellement au Ministre  pour exiger des réponses à ces demandes pour le service public de l’éducation, ses personnels et la jeunesse.

Faute de quoi, avec l’ensemble des personnels et en recherchant l’unité la plus large possible le SNES est déterminé à poursuivre l’action.

Déclaration nationale

Avec une grève largement majoritaire et de puissantes manifestations, la journée de mobilisation du 20 novembre est un véritable succès. Les personnels ont marqué avec force leur colère face à la politique conduite par Xavier Darcos et Valérie Pécresse, et leur exigence de mesures concrètes correspondant à leurs attentes et aux besoins du service public d’éducation.

Ils attendent des réponses rapides : le SNES, le SNEP et le SNUEP ont interpellé le soir même le ministre. Ils ont proposé une réunion de l’intersyndicale du second degré dès le 21 pour examiner les suites à donner, avant la réunion de l’ensemble des organisations de l’Éducation nationale tous niveaux confondus le 24 novembre.

Compte rendu, lettre ouverte à X. Darcos et réponse aux provocations du Ministre dans la prochaine US – page immédiatement téléchargeable à http://www.snes.edu/IMG/pdf/20_novembre.pdf

Cordialement,

Pour le Snes Gard
Bertrand Humeau



Lettre ouverte à M. le Ministre de l’Education nationale

Logo FSU

Monsieur le Ministre,

En participant massivement à la grève et aux manifestations ce jeudi 20 novembre, les personnels de second degré, soutenus par la majorité de la population, ont montré leur mécontentement, leur inquiétude et exprimé leurs désaccords quant à la politique scolaire que vous menez (budget 2009 et suppressions de postes, réformes fortement contestées faites au pas de charge et sans réelle consultation des personnels, dévalorisation de leur métier, dégradation des conditions de travail, etc.).

Avec nos organisations SNES, SNEP, SNUEP (FSU), ils sont porteurs de propositions pour un service public et laïque d’éducation rénové, capable de faire face aux défis du XXIème siècle, pour la formation et la qualification de tous les jeunes.

C’est fort de cette mobilisation des enseignants, personnels d’éducation, d’orientation… que nous vous demandons M. le Ministre, de recevoir en urgence nos organisations syndicales. Nos propositions nécessitent une réorientation profonde de vos choix pour le système éducatif, ses élèves et ses personnels.

Nous prenons dès aujourd’hui contact avec nos partenaires syndicaux, les fédérations de parents d’élèves, les organisations militantes et lycéennes pour envisager les suites à donner, ensemble, aux actions revendicatives s’il s’avérait que vous persistiez à ne pas prendre en compte les exigences exprimées ce jour.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre considération distinguée.

Frédérique Rolet, Co-secrétaire générale du SNES Serge Chabrol, Secrétaire général du SNEP Jérôme Dammerey, Secrétaire général du SNUEP


Le lycée Charles Gide est encore à la pointe de la contestation

Communiqué de presse

Logo SNESLogo SNEP

  • Le taux de gréviste à la mi-journée est de plus de 80 % chez les enseignants (le taux définitif n’est connu qu’à la fin de la journée).
  • Moins de 50 élèves présents ce matin à 8h.

Pourquoi sommes-nous en grève ?
Pour dire :

  • Non à la réforme du lycée proposée par le gouvernement
  • Non au budget 2009 proposant moins de moyens pour les élèves
  • Non à 13 500 suppressions d’emplois dans l’éducation nationale
  • Non aux classes surchargées
  • Non aux heures supplémentaires imposées
  • Non aux postes partagés sur plusieurs établissements
  • Oui à une réforme du lycée juste et équitable
  • Oui à un autre budget rétablissant les postes supprimés
  • Oui à de meilleurs conditions d’études et de travail pour tous
  • Oui à un lycée de la réussite pour tous avec des classes à 28 élèves
  • Oui à une revalorisation de nos métiers

Pour la section locale du SNES du lycée Charle Gide



Décompte des grèvistes

Aujourd’hui, jeudi 20 novembre, la mobilisation a été forte chez les enseignants contre la politique menée par le ministre Xavier Darcos : suppressions de 13 500 postes, attaque des RASED, réforme du lycée qui induit la diminution de l’offre d’enseignement… Les manifestations qui ont regroupé plus de 200 000 personnes dans plusieurs villes de France en témoignent.
Or, alors que la FSU compte 70% de grévistes dans le premier degré et 50% dans le second degré au niveau national, nous apprenons ce soir les chiffres officiels donnés par l’Inspection d’Académie de Créteil.
Ainsi pour le département de Seine-et-Marne, l’IA donne des taux de grévistes dérisoires : 11% de grévistes dans les collèges, 15% dans les lycées professionnels et 8,5% dans les lycées généraux ! Ces chiffres très faibles s’expliquent par la nouvelle méthode de comptage mise en place par le Rectorat : jusqu’ici les chefs d’établissement devaient fournir le nombre de grévistes à 8h comparé au nombre d’enseignants attendus (c’est-à-dire qui donnent cours à 8h). Or les formulaires que devaient remplir ce matin les principaux de collèges et les proviseurs leur demandaient de donner le nombre de grévistes comparé au nombre total de professeurs de l’établissement, ce qui a pour conséquence directe de faire baisser fortement les taux de participation à la grève !
Ainsi, au lycée Jean Moulin de Torcy (77), 18 professeurs étaient grévistes ce matin à 8h. Seuls 24 enseignants avaient cours à cette heure, ce qui fait un pourcentage de 75% de grévistes. Or le proviseur a dû remonter le chiffre de 18 grévistes sur 68 (nombre total de professeurs exerçant dans ce lycée), ce qui a fait chuter le taux de grévistes à 26,4% !
Des chefs d’établissement rencontrés ce matin se sont dits surpris et choqués de ce nouveau mode de comptage.
Un professeur de lycée ou de collège ne peut évidemment pas faire grève les jours où il ne fait pas cours ! Le mode de calcul imposé par le Rectorat est scandaleux et mensonger. Nous dénonçons la manipulation et la censure qu’impliquent ce mode de comptage des grévistes.



GRÈVE NATIONALE UNITAIRE JEUDI 20 NOVEMBRE

Communiqué de presse

Logo FSU

Dans toute l’Éducation de la maternelle à l’Université

Investir dans l’Éducation, c’est préparer l’avenir !

GRÈVE NATIONALE UNITAIRE
JEUDI 20 NOVEMBRE
A l’appel des syndicats enseignants : SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SE-UNSA, SNALC, UNSEN-CGT, SUD EDUCATION, SGEN-CFDT,CGC, SNETAA, SNUDI-FO.

Manifestation départementale à Nîmes :14h30
devant l’inspection académique (58 rue Rouget de Lisle), arrivée à la préfecture.

Logo FIDLLogo UNL

Les deux organisations lycéennes nationales, UNL et FIDL,
appellent les lycéens à la manifestation auprès des enseignants le jeudi 20 novembre.

Logo FCPE

La FCPE invite aussi les parents à manifester le 20 novembre.

Après le succès de la manifestation du 19 octobre, l’ensemble des organisations syndicales dans le premier degré, le supérieur, et l’intersyndicale du 2nd degré appellent à la grève le jeudi 20 novembre. Une action nationale qui s’inscrit dans le cadre de la semaine de mobilisation du 17 au 21 novembre à l’appel du collectif associant parents, personnels, élèves et partenaires de l’éducation, qui avait initié la manifestation nationale du 19 octobre.

Pour les enseignants voici les revendications :

POUR UN AUTRE BUDGET 2009
Annulation des 13 500 suppressions d’emplois, rétablissement des postes supprimés, plan pluriannuel de recrutements.

POUR DE MEILLEURES CONDITIONS D’ÉTUDES
ET DE TRAVAIL EN COLLÈGE ET EN LYCÉE
Du temps au service des élèves,
Des effectifs décents,
Du temps pour le travail en équipe,
Du temps pour se former

POUR UN LYCÉE DE LA RÉUSSITE POUR TOUS
Trois voies de formation, maintien de la voie technologique,
Des parcours lisibles et cohérents d’accès au bac pour tous les lycéens,
Des disciplines et des métiers respectés.
Des horaires suffisants, des dédoublements
.
POUR REVALORISER NOS MÉTIERS
Ouvrir de vraies perspectives de carrière pour tous,
Reconnaître les qualifications, revaloriser nos métiers et nos salaires,
Recruter au niveau master avec des concours préservés, et une véritable formation.

POUR LE RESPECT DU PARITARISME
Respect des règles collectives dans toutes les opérations de gestion, et du contrôle paritaire par les élus des personnels, garantissant équité et transparence.

Pour le Snes Du lycée Charles Gide



Lettre à envoyer aux députés ou aux sénateurs

Marianne CITOYEN
2012, rue de l’Avenir Collectif
30999 Education sur Gardon

Logo Collectif éducation

Monsieur Madame le la député(e) sénateur(trice),

Notre pays a cette chance extraordinaire de disposer d’un grand service public laïque d’Education. Il traduit notre choix républicain d’une société où tous les citoyens vivent ensemble. Mais je n’arrive pas à imaginer ce que deviendrait ce principe, sans ce tour de force de l’accueil de tous les jeunes, sans distinction, réalisé quotidiennement par notre École ?
Cette Ecole publique, que nous aimons pour ses réussites incontestables, rencontre aussi certaines difficultés. C’est pourquoi je souhaite passionnément qu’elle évolue et se transforme pour s’acquitter vraiment de sa mission démocratique : faire réussir tous les jeunes, pas seulement les plus favorisés ou les plus « méritants » et leur donner un haut niveau de formation.
Pour moi, ce débat et cet effort concernent tous les citoyens car, à travers l’avenir de la jeunesse, c’est celui du pays qui se joue.
Or, en lieu et place de ce que devrait nécessiter cette grande cause nationale, rassemblant largement les citoyens, à quoi assistons-nous ? Au spectacle d’une politique gouvernementale qui, au-delà des habillages, ne voit dans l’Education qu’un moyen d’économiser. Plus que tout discours, la préparation du budget 2009 en est la démonstration : 13500 nouvelles suppressions d’emplois programmées, soit, dans le cadre triennal dans lequel ce budget s’inscrit, plus de 40 000 postes promis à disparition sur les 3 ans, à rajouter aux 11 200 suppressions de cette année !
Tout n’est sans doute pas question que de postes en matière éducative, mais j’affirme que rien ne pourra se faire dans cet acharnement d’un « toujours moins de postes » ! Rien ne pourra davantage se faire avec des réformes à marche forcée encore moins lorsqu’elles aboutissent à de vraies régressions. Rien ne pourra se faire non plus si l’Etat ne cesse de se désengager de ses missions, déléguant hors de l’école ce qu’elle doit assurer pour tous.
Aussi, je pousse  moi aussi aujourd’hui un cri d’alerte : cette politique va détériorer sur le long terme le service public d’Education. Elle porte tous les ingrédients pour que se développe une école à deux vitesses dans une société minée par les injustices et les inégalités.
De ce projet, je ne veux pas ! Je veux pour mes (nos) enfants une politique éducative ambitieuse faisant avancer notre Ecole publique en mettant au cœur la réussite de tous les jeunes au meilleur niveau.
Je veux pour cela que d’autres choix soient faits. Quelle place veut-on donner à l’Education dans notre pays ? Quel citoyen, quelle citoyenne, veut-on préparer ? J’en appelle à toutes celles et tous ceux qui pensent que l’Education est une richesse pour notre pays, que l’avenir se joue aujourd’hui, à toutes celles et tous ceux qui refusent que la politique suivie n’entraîne, pour de nombreuses années, le service public d’Education dans l’affaiblissement. Je n’accepte pas que la société découvre a posteriori qu’on aurait répondu à sa place, en catimini à l’inverse de ses aspirations, à ces questions fondamentales !
L’opinion publique a massivement apporté son soutien à ces idées et à l’appel national lancé par plus de 47 organisations. 80 000 manifestants ont exprimé le dimanche 19 octobre dernier leur volonté de ne pas laisser le gouvernement poursuivre son entreprise de démolition du service public d’éducation. Ils ont rappelé que l’éducation devait redevenir une priorité pour la Nation, pour construire l’école de l’avenir.
Ils ont rappelé avec détermination que les services publics donnent plus de cohésion à une société de plus en plus minée par des inégalités que la crise accentue. Le gouvernement n’a répondu que par le mépris.
Alors, Monsieur Madame le(la) député(e) sénateur(trice), je m’adresse à vous afin de savoir quelle sera votre position lors du prochain examen du projet de budget 2009 à l’Assemblée Nationale (Sénat). Lors de ces débats, chaque parlementaire, élu des citoyens, devra se prononcer sur la priorité qu’il ou elle donne à l’éducation, dans un contexte de crise où l’éducation doit plus que jamais être un investissement pour l’avenir.
C’est pourquoi, je vous demande de m’expliquer ce qui fondera votre vote en faveur ou en défaveur de ce projet de budget.
Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur Madame le la député(e) sénateur(trice), l’expression de mes salutations distinguées.

Marianne CITOYEN

Monsieur Madame le la député(e) sénateur(trice) du Gard
Adresse permanence locale
ou adresse Assemblée (Sénat)
(Assemblée nationale : 126, rue de l’Université 75355 Paris 07 SP)
(Sénat : Palais du Luxembourg, Casier de la poste ,15 rue de Vaugirard 75291 PARIS Cedex 06)

Copie à (option) :
-    Presse locale

 



Manifestation du 19 octobre à Paris

Communiqués de presse du SNES de l’Uzège :

Logo SNES
Une dizaine d’uzétiens étaient présents à la manif du 19 à Paris.
Un petit groupe déterminé de professeurs de Sciences Economiques et sociales, a d’abord rejoint le rassemblement des collègues de SES devant la Sorbonne. Avec leurs tee-shirts affichant les grands noms de la sociologie et de l’économie et leurs parapluies estampillés apses,  les profs de sciences éco voulaient faire passer un message d’alerte face à la disparition annoncée de leur matière.

Manif. Paris 19-10-08

A 13 heures, le groupe est  allé grossir les rangs de la manif sous la bannière du Languedoc Roussillon. Retrouvailles avec les collègues déjà sur place, déploiement de drapeaux et de banderoles. Les uzétiens ont porté avec conviction les couleurs de la FSU Uzège-Pont du Gard, de l’avenue Gobelins jusqu’à la Bastille en passant pour le quartier latin.

Manif. Paris 19-10-08

Dans le cortège, les enseignants de la maternelle et du primaire se sont distingués par leur créativité. Slogans humoristiques piqués sur  des couches- culottes portées en coiffes,  pyramide précaire de jeux et d’enfants dressée dans la perspective du Panthéon (la formation de l’esprit, ça commence à la maternelle), haie d’honneur à l’arrivée du cortège place de la Bastille.
Manif. Paris 19-10-08
Vêtus de gilet de sécurité vert fluo, égrenés sur les deux bords de la chaussée comme à l’arrivée d’une course, les enseignants des Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED) encadraient la manif en scandant un slogan bien rythmé : sauvons les RASED sauvons etc…

Au total, un pari syndical gagné , qui a ouvert une brèche dans la défense ministérielle.



1...1718192021

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES