Manifestation à Nîmes du 27 septembre 2011

Aujourd’hui 1 500 manifestants à Nîmes et une poignet d’irréductibles Uzèssiens :

Nîmes 27 sept 2011 (2)
➜ POUR un plan pluriannuel de recrutement massif à la hauteur des enjeux des services publics
➜ POUR le respect de nos métiers et de nos missions
➜ POUR la revalorisation de nos professions et de nos salaires
➜ POUR donner un avenir au collège
➜ POUR construire un lycée démocratique
➜ POUR une réelle relance de l’éducation prioritaire
➜ POUR une autre réforme de la formation des enseignants
➜ POUR développer une véritable orientation scolaireNîmes 27 sept 2011

suite à la manif éducation du 27/9, une délégation a été reçue en préfecture.
Étaient présents FSU (SD et SNUIPP30), CGT éduc, SGEN, SE-UNSA, FEP-CDFT (enseignants du privé) et FCPE

reçu par la secrétaire générale de la Préfecture

- la FEP CFDT a indiqué que, fait rare, les cinq organisations de salariés de l’enseignement privé appelait à cette grève. Ils n’annoncent pas de chiffres de grévistes. Ils dénoncent les classes surchargées et les fermetures de postes, précisant que certains de leurs collègues dont le poste a été supprimé se retrouvent sans emploi.

- j’ai indiqué pour la FSU que nous avions estimé à 50% en moyenne le taux de grévistes dans toute l’EN, que nous regrettions que le Préfet ne nous reçoive pas personnellement et que nous lui demandions de tenir un CDEN au plus vite.
J’ai insisté – au delà des suppressions de postes – sur la crise du recrutement qui menace, avec plusieurs cas d’enseignants manquants, malgré les postes pourvus. J’ai insisté également sur notre refus des réformes, de la maternelle au lycée, qui entérinent une école à deux vitesses, et qui vont à l’encontre de la lutte contre l’échec scolaire.

- Corinne (SNUIPP) a rappelé les classes surchargées en primaires, l’abandon des dispositifs de suivi des élèves en grande difficulté (RASED) et l’abandon de la formation initiale.

- le SE a tenu à se démarquer totalement des enseignants du privé en rappelant que le budget EN qui est globalisé public/privé fondait plus vite dans le public que dans le privé.

Mme Laquièze, Secrétaire Générale de la Préfecture, répond que l’État a décidé de confier la mission de service public d’éducation, pour partie au privé, et qu’à ce titre, il est normal que des budgets soient alloués à l’enseignement privé.

- la FCPE dénonce et va alerter le préfet au sujet des classes qui n’ont pas de profs dans certaines disciplines, ou qui n’ont pas l’horaire réglementaire dans des disciplines, pour cause de coupe dans les DGH.

La secrétaire générale indique, pour finir, que le président de la République a reçu un message de sa majorité parlementaire lui demandant de « faire une pause » dans la RGPP et peut-être renoncer à certaines suppressions de postes.
Elle ajoute que dans les services préfectoraux; le ministère de l’Intérieur aurait programmé moins de suppressions de postes que lors des budgets précédents.
Elle ne peut pas répondre en ce qui concerne l’Éducation Nationale.

Cordialement,
Emmanuel BOIS
pour la FSU30

Le mouvement de manifestations pour s’opposer à la réforme des retraites ne faiblit pas dans le Gard

Logo FSUCet après-midi, deux grandes manifestations se sont déroulées de concert avec plus de 10 000 manifestants
à Alès et entre 18 000 et 20 000 à Nîmes.
Ce matin nous avons compté près de 3000 personnes dans les cortèges ou les rassemblements à Uzès, Bagnols/Cèze,
Beaucaire et le Vigan.

Nous considérons que le gouvernement porte l’entière responsabilité de la situation de blocage qu’il orchestre
pour écarter les demandes des salariés sur le financement des systèmes de retraites.

Rien n’est joué et nous continuerons à nous appuyer sur une opinion très majoritairement favorable à la lutte que nous
menons pour imposer d’autres choix et faire retirer ce projet néfaste.
Le fait que les mobilisations ne faiblissent pas face à un pouvoir qui se dit inflexible et qui peut apparaître presque autoritaire,
est un signe fort pour continuer dans l’action.

Emmanuel BOIS
pour la FSU 30

Nimes. Manif. : Deux cents lycéens contre la réforme Chatel

Article Midi Libre Nîmes

Édition du vendredi 11 décembre 2009

DRDR

Des signes d’essoufflement ? Pour la première fois accompagnés de professeurs, les lycéens nîmois et uzétiens, réunis hier devant la Maison carrée avant de partir en cortège jusqu’à la préfecture pour dire une fois de plus non à la réforme Chatel, ont eu quelques difficultés à mobiliser. Derrière une banderole « L’éducation assure la croissance de vos enfants », ils étaient 250 selon les organisateurs et 150 pour les renseignements généraux, dont une vingtaine de professeurs, principalement du Snes FSU. Parmi eux, Emmanuel Bois enseigne la physique-chimie à Daudet : « Cette réforme est pilotée par les suppressions de postes et d’horaires élève : 2 heures en seconde et bien plus pour les 1 re et terminale pour qui je suis très inquiet. Pour les élèves favorisés, il n’y aura pas forcément de

Nimes. Manif. : Deux cents lycéens contre la réforme Chatel dans Réforme du lycée

cachePubVide(‘pubCarreEdit’); conséquences mais pour les autres, toutes les études montrent que la présence à l’école est primordiale. » Derrière cette réforme, l’enseignant craint également une autonomisation sous-jacente des établissements : « Dix heures par classe et par niveau seront laissées à l’appréciation du chef d’établissement. Et on nous fait croire que le programme sera national… » Côté lycéens, Emilie, porte-parole du mouvement, aurait souhaité mobiliser davantage mais reste convaincue de l’importance de l’action : « En 1 re S, on survole déjà le programme d’histoire. Ils veulent encore supprimer des heures et faire de nous des moutons. L’histoire est là pour nous ouvrir l’esprit sur le monde et nous sensibiliser. (…) Les 2 heures d’aide obligatoire par semaine pourraient être une bonne idée mais pas en supprimant des postes en même temps. » Le discours est rôdé, maîtrisé, signe d’un mouvement qui a réussi à se structurer, avec des représentants dans chaque établissement et un service d’ordre qui encadre la manifestation avec sérieux. Mais n’est-ce pas déjà trop tard ? Une partie de la réponse mardi, avec un appel national à la mobilisation. Photo Gilles LEFRANCQ

Rémy CALLAND

 

Formation des maîtres : appel à manifester le 15 décembre

Logo FSU

Chèr – e  camarade,

pour s’opposer à la réforme actuelle de formation des enseignants et exiger d’autres choix,
nous appelons à participer à la manifestation

mardi 15 décembre 2009, à 14h,
départ place des Carmes, à Nîmes

Merci de faire circuler cette information le plus largement possible.

Fraternellement.

pour la FSU du Gard
Emmanuel BOIS

Mobilisation de jeudi 2 avril, 18h, Nîmes, Maison Carrée : « 1000 manifestations pour l’école »

2avril

Tract à télécharger :

Mobilisation de jeudi 2 avril, 18h, Nîmes, Maison Carrée : 2 avril 2009 pour l’école

 

 

Logo FSUFédération Syndicale Unitaire    -

26b rue Bec de Lievre, 30900 Nîmes      -  Tél.       04.66.36.63.50
Nous vous proposons de rejoindre l’action nationale, du collectif

« une école, votre avenir »,

jeudi 2 avril lors d’un rassemblement, à Nîmes, devant la maisoncarrée à 18h

Cordialement,

Emmanuel BOIS
pour le SD FSU

 

FSU du Gard : INFO du 6 janvier 2009

I) La FSU du Gard appelle les collègues à rejoindre les AG de secteurs afin de définir unitairement les actions à venir.
Il serait intéressant de tenir, dans la mesure du possible, une AG d’établissement avant.

AG intersyndicales Gardoises
SNUipp-FSU, SNES-FSU, SE-UNSA, SNUDI-FO, SNFOCL, Sud-Education, SDEN-CGT
Mercredi 14 janvier

Nîmes : salle des costières : 17h

Ales : Bourse du travail : 16h

Le Vigan : Salle Le Cantou : 14h

Bagnols / Cèze : Centre Culturel Léo Lagrange (salle D) : 18h30

St Laurent d’Aigouze : Salle Vincent Scotto : 17h

Sommières : école Aujargues : 17h

Il a été décidé lors de l’intersyndicale Éducation de lundi 5 janvier de faire
annoncer un ordre du jour clair en début d’AG.
La désignation d’un « président » de séance, neutre, serait une bonne chose.

II) Manifestation départementale à l’appel du collectif national pour l’éducation samedi 17 janvier.
(heure et lieu à préciser bientôt)

III) Nous soutenons la manif lycéenne prévue jeudi 8 janvier à Nîmes
(voir pièce jointe)

Bonne année à tous

Emmanuel BOIS

Communiqué de la F.S.U. du Gard

Logo FSU   Section du Gard

La manifestation regroupant lycéens, étudiants, enseignants et parents d’élèves a regroupé environ 1500 personnes cet après-midi à Nîmes.
Dans une ambiance sereine les manifestants ont défilé jusque devant la Préfecture pour demander une autre politique de l’Éducation en France.

Une délégation comprenant deux représentants des étudiants (UNEF et un représentant de l’I.U.T), quatre représentants des lycéens (respectivement du lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, des lycées Daudet et Albert Camus à Nîmes et du lycée Charles Gide à Uzès) ainsi qu’un représentant de la F.S.U et la présidente de la F.C.P.E du Gard a été reçue en Préfecture.
L’UNEF a insisté sur la pénurie résultant d’une baisse conséquente des budgets et le rejet de la loi sur l’autonomie des universités. Les étudiants de l’I.U.T sont mobilisés contre la globalisation programmée des budgets qui prétend déléguer le budget des I.U.T. à la direction des universités, avec un risque de mise en concurrence, à terme, des formations.
Les lycéens demandent au gouvernement de revenir sur la suppression des postes dans le second degré et une politique pour l’Éducation plus ambitieuse.
La F.C.P.E en accord avec les revendications des jeunes, dénonce l’opacité et les hésitations de nos gouvernants dans la conduite de leurs « réformes ». Elle appelle à restaurer un climat de confiance et de concertations entre le Ministre, les parents, les étudiants et les enseignants.

La FSU du Gard rejoint également les étudiants pour dénoncer la globalisation des budgets dans l’enseignement supérieur qui génére une mise en concurrence des pôles de formation.
Elle appelle le gouvernement à réinvestir dans l’Éducation Nationale, de la Maternelle à l’Université, à renoncer à supprimer autant de postes et à engager des réformes qui n’aient pas pour seule finalité les économies budgétaires.

Nîmes, le 18 décembre 2008,

Emmanuel BOIS
cosecrétaire départemental

DECLARATION DE LA FSU DU GARD APRES LA MANIFESTATION DU 20 NOVEMBRE 2008

Logo FSU

Environ 3000 personnes ont manifesté cet après-midi à Nîmes pour exiger l’arrêt des réformes dégradant le service public
de l’Education Nationale.

A l’appel de la FSU (SNES, SNuipp, SNEP, SNESUP, SNUEP), de la CGT, des Solidaires, de FO,
de l’UNSA (Syndicat des Enseignants), du SGEN-CFDT et avec l’appui des parents d’élèves FCPE,des étudiants de l’UNEF et
de l’association gardoise des rééducateurs, le cortège s’est déroulé de l’Inspection Académique, rue Rouget de Lisle
jusqu’en Préfecture où une délégation intersyndicale a été reçue.

Demande a été transmise au ministre Darcos de rétablir des conditions d’encadrement suffisantes pour les élèves et étudiants
de la maternelle à l’université. Le rétablissement de tous les postes de rééducateurs (professeurs des écoles spécialisés dans
l’écoute et la réadaptation des élèves en rupture avec le système scolaire) – RASED – est exigé unanimement.

Nous demandons le retrait des réformes qui abaissent le niveau des enseignements, réforme du lycée général, réforme du lycée
professionnel, réforme des programmes de l’école primaire notamment, ainsi que le rétablissement de la spécificité du métier
d’enseignant récemment mise à mal par la formation niveau master qui exclut l’ année progressive d’apprentissage qui avait cours
auparavant, avec des horaires réduits pour le jeune enseignant.

Nous demandons qu’un véritable dialogue social soit instauré d’urgence en respectant les organisations syndicales qui sont
largement représentatives dans notre profession.

Nous demandons qu’un débat sur la place et les enjeux de notre école soit ouvert au niveau national et qu’on expose
clairement à nos concitoyens les budgets nécessaires au maintien et au développement d’un service public d’éducation de qualité
pour tous sans distinction d’origine culturelle ni sociale.
Nous affirmons que les budgets nécessaires à de telles ambitions sont de faible poids en regard des sommes colossales englouties
récemment pour renflouer la finance française soumise à des pertes inouïes dues à la folie de ses dirigeants.

Nîmes, le 20 novembre 2008

Emmanuel BOIS
cosecrétaire départemental
FSU Gard

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES