Lycée des métiers d’art: un frein à son développement

Article du Midi Libre

troussier.jpgChristine Troussier, proviseur du lycée des Métiers d’art Guynemer, est inquiète. Pas à cause du travail des professeurs et des résultats des élèves de l’établissement dont elle a pris la direction il y a quelques mois, mais de l’avenir d’une filière dont le recrutement désormais informatisé tend à se raréfier. Il est difficile, voire impossible, de recruter maintenant hors académie. Mais dans son désir de faire venir à nouveau des lycéens venant d’autres académies, Christine Troussier qui, l’an dernier était principale adjointe d’un collège  »difficile », après avoir été conseillère d’orientation, sait qu’elle doit mettre en train des atouts susceptibles de relancer l’unique lycée des métiers d’art de la Région, réputé pour son excellence, mais qui doit évoluer pour  maintenir sa mission de transmission patrimoniale.

Les idées, Christine Troussier n’en manque pas : créer des sections d’apprentissage (pierre, poterie..) qui seraient ponctuées d’un diplôme des métiers d’art, à la prochaine rentrée lancer un bac pro ébénisterie d’art avc des élèves de bon niveau ; créer des sections innovantes (bijou) ouvrant à l’enseignement supérieur… Tout lui semble possible car  »les métiers s’en sortent bien mieux que d’autres sections car ils pérennisent l’avenir d’un patrimoine architectural et culturel ». Christine Troussier est prête à affiner toutes ses propositions, notamment celles qui aboutissent à l’obtention d’un diplôme de haut niveau. Mais elle se heurte à un problème, un énorme problème ! « Sans restructuration, regrette-t-elle, on garde nos sections et on ne peut se développer. »

Car le lycée des métiers d’art dynamisé il y a une vingtaine d’années par Suzette Canton, est à saturation avec 300 élèves dont plus de la moitié sont pensionnaires dans l’établissement à l’internat limité à 130 places et en ville. Développer le lycée dépend de l’apport d’élèves venant de loin donc pouvant être accueilli décemment et à coût raisonnable.

Son avenir dépend donc de la réalisation du projet d’aménagement de l’ancienne gendarmerie que doit réaliser le conseil régional mais qui semble bloqué par la mise en place de l’extension du secteur sauvegardé. Lorsque la partie de ping-pong entre les instances communale et régionale se terminera, les lycées, car Gide est également concerné, pourront travailler sereinement.

Revue de presse : Mobilisation des enseignants du 31 janvier 2012

Grève dans l’éducation : les syndicats satisfaits de la mobilisation

Créé le 31-01-2012 à 07h45 – Mis à jour à 18h14

Le Nouvel Observateur avec AFP

Par Le Nouvel Observateur avec AFP

Les enseignants protestaient contre les suppressions de postes et la réforme de l’évaluation.

Plusieurs milliers d’enseignants ont défilé mardi 31 janvier à Paris à l’appel de syndicats qui ont également lancé un mouvement de grève pour dénoncer les 14.000 suppressions de postes à la rentrée et exiger le retrait du projet de réforme de l’évaluation.

Le ministère annonce un taux de grévistes de 15,55% dans le primaire et de 12,41% dans les collèges et lycées.

Selon le SNUipp-FSU (principal syndicat du premier degré), l’appel était suivi dans 52 départements, avec un taux moyen global de grévistes de 40%. Selon le Snes-FSU (principal syndicat du secondaire), la grève était suivie par 42% des enseignants.

La journée nationale d’action est appelée par le Snes-FSU, FO, le Snalc et le SNUipp-FSU, mais pas par le Sgen-CFDT ni le SE-Unsa.

Un total de 80.000 postes supprimés

A Paris, la manifestation nationale a réuni entre 9.000 personnes selon la police et 20.000 selon les organisateurs. Derrière la banderole de tête réclamant « retrait du projet d’évaluation et arrêt des suppressions de postes », Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération dans l’éducation, s’est félicitée d’une mobilisation « très significative ».  »Le taux de grévistes est important et ce n’était pas gagné », a-t-elle dit. « Aujourd’hui, on fait la démonstration que les personnels de l’éducation ne sont pas prêts à attendre l’élection (présidentielle) ».

Sur les 14.000 postes qui doivent être supprimés à la rentrée, 6.550 vont l’être dans le secondaire et 5.700 dans le primaire. Au total, entre 2007 et 2012, 80.000 postes auront disparus.

Le Snes constituait le gros des bataillons venus de toute la France : Lille, Marseille, Strasbourg, Montpellier, Belfort… Des actions se déroulaient également en régions : à Toulouse, entre 1.000 et 1.800 personnes selon les sources ont défilé sous la pluie. Ils étaient quelques centaines à Agen, Pau et Bordeaux.

« Continuer à alerter l’opinion publique »

Au Mans, plus d’une centaine de manifestants ont envahi l’inspection académique pour protester contre la disparition de 52 postes de « Rased », les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.

« La rentrée 2012 sera extrêmement tendue sous l’effet de coups de rabots successifs qui finissent par étrangler l’école dans sa capacité à aider les élèves et notamment les plus en difficulté, en particulier en raison de l’hécatombe dont sont victimes les postes ‘Rased’ », a dit Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU. Ces enseignants, spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire, étaient fortement représentés dans le défilé parisien.

« La mobilisation a pour objet de continuer à alerter l’opinion publique pour que la priorité à l’éducation et notamment à l’école primaire se précise concrètement dans les budgets à venir », a dit Sébastien Sihr.

« Pas question de réactiver les projets de ce type »

Autre sujet d’inquiétude : le projet de réforme de l’évaluation, ressenti avec davantage d’acuité dans le secondaire où l’évaluateur deviendrait le seul chef d’établissement, à l’occasion d’un entretien tous les trois ans qui déterminerait l’évolution du salaire. Ce projet est « gravissime car il remet en question la spécificité de notre métier », a déclaré François Portzer, président du Snalc, faisant valoir que « le chef d’établissement n’est pas compétent pour évaluer les disciplines ».

La mobilisation « permet de dire aussi au futur gouvernement : ‘vous voyez, il n’est pas question de réactiver les projets de ce type’. C’est un changement profond de culture qui nécessite des négociations dans un vrai dialogue social », a pour sa part déclaré Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du Snes.

 

 

Des milliers d’enseignants défilent à Paris pour défendre l’école

Créé le 31/01/2012 à 12h00 — Mis à jour le 31/01/2012 à 16h19

SOCIAL – Dans leur viseur: la réforme de l’évaluation des profs et les suppressions de poste…

Plusieurs milliers d’enseignants ont commencé à défiler mardi, peu avant 14h30, lors de la manifestation nationale à Paris, derrière une banderole exigeant le «retrait du projet d’évaluation et l’arrêt des suppressions de postes», a constaté un journaliste de l’AFP.

L’aide à l’échec scolaire en première ligne

Les enseignants «Rased» (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté), étaient venus en nombre, une spécialisation qui paie un lourd tribut aux suppressions de postes. Certains portaient des chasubles proclamant «Rentrée 2012: 250.000 élèves privés d’aides spécialisées». Sur les 14.000 postes qui doivent être supprimés à la rentrée 2012, 6.550 vont l’être dans les collèges et lycées et 5.700 dans le primaire, dont quelque 2.500 nouveaux postes d’enseignants «Rased», selon un décompte du SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, qui a réalisé une carte de France gigantesque dénombrant les suppressions des «Rased» département par département.

Le Snes (premier syndicat du secondaire) constituait le gros des bataillons venus de toute la France: Lille, Marseille, Strasbourg, Montpellier, Belfort… En tête du cortège, parti de la Sorbonne pour rejoindre la Bastille, Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération dans l’éducation, s’est félicitée de la mobilisation «très significative». «Le taux de grévistes est important et ce n’était pas gagné», a-t-elle dit à l’AFP. «Aujourd’hui, on fait la démonstration que les personnels de l’éducation ne sont pas prêts à attendre l’élection (présidentielle)».

«Projet de réforme gravissime»

«La journée est révélatrice de la politique dévastatrice que mène le gouvernement tant sur l’évaluation qui touche au coeur des métiers que sur les suppressions de postes», a ajouté Mme Groison. «Il est urgent de stopper cette politique qui tourne le dos à la réussite de tous les élèves. Il faut absolument que des projets éducatifs émergent avec des moyens adéquats», a insisté la responsable syndicale.

François Portzer, président du Snalc, a souligné que le projet de «réforme de l’évaluation des enseignants du secondaire est gravissime car elle remet en question la spécificité de notre métier», faisant valoir que «le chef d’établissement n’est pas compétent pour évaluer les disciplines». Les manifestants scandaient «Retrait des décrets Chatel, ni négociable ni amendable».

Les enseignants sont également appelés à la grève et des mobilisations avaient lieu en province.

© 2012 AFP

Flash info n°22 de la FCPE des collèges et lycées de l’Uzège

n° 22.11.12
du 13/01/12

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Collèges

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès a appris que le Conseil Technique Académique du 11 janvier a acté la suppression des classes de 3ème DP6 des Collèges JL Trintignant et Lou Redounet et que l’Administration du LMA Guynemer refusait l’implantation d’une classe de 3ème Prépa-pro de substitution.

Pour la FCPE, cette situation n’est pas acceptable. Aussi a-t-elle écrit immédiatement au Recteur à ce sujet :

C’est avec une très grande surprise que nous avons appris qu’il n’y avait pas de création de 3ème Prépa-pro sur le bassin d’Uzès, en remplacement des 3èmes DP6 existantes.

Si l’Administration du LMA Guynemer a refusé son implantation, elle avait certainement de bonnes raisons. Mais, au-delà de questions de structure ou d’organisation, il nous paraît totalement inconcevable que ce dispositif de proximité disparaisse.

En effet, une attention particulière des Chefs d’Établissement et des équipes pédagogiques a toujours entouré les élèves des classes de 3ème DP6, évitant ainsi bon nombre de décrochages scolaires.

Nous ne doutons pas que vous soyez sensible à l’objectif national de lutte contre l’échec et le décrochage scolaires.
Aussi, nous sollicitons de votre bienveillance le fait de bien vouloir reconsidérer la situation des élèves concernés pour qui, la suppression de ce dispositif aurait des conséquences dramatiques sur leur parcours scolaire et leur avenir.

Lycée Charles Gide

Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Monsieur le Proviseur, mercredi 11 janvier.
·          Sonneries :
Le changement relève d’un souci pédagogique et éducatif. Ainsi,
o         si la sonnerie du matin est à 07h55, c’est pour que les cours commencent réellement à 08h00 ;
o         le même objectif est visé par les sonneries de fin de récréation ;
o         s’il n’y a plus qu’une sonnerie en intercours, c’est pour éviter que les élèves sortent de l’établissement pour fumer par exemple ;
o         la sonnerie de 16h25 est rétablie pour permettre aux élèves de récupérer les cars de l’Esplanade et du Redounet.
·          Dotation Horaire Globale :
La DHG allouée pour l’année scolaire 2012-2013 est de 1193 heures avec la suppression d’une classe de seconde résultant de la révision (?) de la carte scolaire.
Le Quotient Heure/Élève est donc maintenu. L’effectif de 32 élèves par classe est confirmé.
A priori, la dotation devrait couvrir les besoins. À suivre…
·          Bacs blancs :
o         Terminales : à partir du lundi 27 février, dans les conditions d’examen et l’ordre des épreuves. Les cours inter-épreuves sont cependant maintenus !
o         Premières : lundi 27 février matin : Français ; mardi 28 février après-midi : sciences pour les séries L et ES, histoire pour la série S. Les cours inter-épreuves sont cependant maintenus.
·          Affectation Post-Bac :
Les élèves de certaines classes n’ont pas encore procédé à leur enregistrement sur l’application numérique APB. La FCPE a souhaité que soit rappelée aux professeurs principaux, l’urgence de la situation dans la mesure où la saisie des inscriptions commence le 20 janvier et que le serveur est sujet à de nombreux « bugs ». (voir le site explicatif)
·          ½ Pension :
La FCPE a demandé et obtenu que des parents puissent participer à la Commission « Restauration » dont la création a été décidée lors de la réunion avec les représentants des Cuisines de l’Uzège.
·         Abords du Lycée :
Les premiers constats de l’Administration du Lycée et des parents montrent que la sécurisation des élèves est en progrès avec le regret que l’aménagement initial n’ait pas été maintenu, qu’aucune signalisation n’indique la proximité d’un établissement scolaire et qu’une zone 30 n’ait pas été créée. Pendant les heures d’ouverture, il a été constaté que le stationnement illicite est le plus souvent le fait de personnes qui attendent des élèves !
·         Contrat Unique d’Insertion :
Devant les difficultés du Service de Vie Scolaire, le Rectorat permet à Monsieur le Proviseur d’embaucher 4 CUI pour une durée de six mois. L’Administration admet donc le sous-effectif de ce service mais n’envisage pas de pérenniser les postes de surveillants supplémentaires pourtant nécessaires.
La FCPE rappelle qu’elle avait alerté le Directeur de la Prospective des Moyens et des Enseignements dès le 01 juillet 2011 à ce sujet et écrit le 31 août 2011 au Chef du Service du Pilotage, des Moyens et des Structures pour réclamer des Assistants d’Éducation (AED) supplémentaires. Ces démarches sont restées sans réponse !
Par ailleurs, Monsieur le Proviseur indique que cette autorisation d’embauche a été donnée à bien d’autres établissements.
Dans la période actuelle, la FCPE s’interroge sur objectif réel de cette mesure et sur ce que sera l’encadrement de nos enfants à la Rentrée 2012 dans la mesure où ces contrats ne sont pas renouvelables.

Système éducatif

u Orientation :
L’ONISEP vient de mettre en ligne un site qui montre la richesse de la voie Littéraire (voir).

u Nouveau Diplôme National du Brevet :
La FCPE a demandé que l’examen du texte du nouveau DNB, au Conseil Supérieur de l’Éducation du 19 janvier, soit reporté.
L’envoi, le 10 janvier du projet de texte (28 pages) pour être étudié le 11 janvier en commission collège, est à l’origine de cette réaction. La FCPE s’oppose à cette précipitation et dénonce un manque de considération de la part du Ministère.

u Vœux présidentiels 2012 :
Le 05 janvier, au Futuroscope, le Président de la République a présenté ses vœux au monde de l’éducation. La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès revient sur quelques points concernant plus particulièrement les élèves de secondaire.

« Il faut mettre fin aux faiblesses du collège unique tel que nous le connaissons » a-t-il dit, en proposant « deux pistes de réflexion » :
·          « recentrer la 6e et la 5e sur les enseignements fondamentaux ». Qu’en sera-t-il des autres enseignements pourtant déterminants, eux aussi, dans la construction de chaque individu ? Ne serait-ce pas l’idée de la création d’écoles à plusieurs vitesses qui est sous-tendue ? Ainsi, le socle commun de connaissances et de compétences, institué par la loi Fillon pour l’école de 2005, deviendrait la norme en faisant l’impasse sur des champs entiers de la culture.
·          « assumer la diversité des parcours en 4e et 3e » car « il n’est pas normal que le collège actuel prépare exclusivement à l’enseignement général ». Il propose donc d’orienter les jeunes, dès la quatrième, vers des formations professionnelles dont l’apprentissage. Les évaluations répétitives et le fichage informatique des élèves n’auraient-ils pas été instaurés dans ce but ?
La même vision libérale de l’École est réaffirmée ; celle d’une école qui sélectionne et élimine tôt au nom de l’égalité des chances.

« Rendre le système d’alternance obligatoire en dernière année de baccalauréat professionnel ainsi qu’en CAP ». Il est donc revenu sur l’idée d’alternance développée à Nice le 18 octobre, avec l’objectif gouvernemental de 800 000 alternants en 2015. Que gagneraient les élèves à cette formation en apprentissage par rapport à la formation sous statut scolaire, d’autant plus que ces lycéens ont déjà 22 semaines de stage en entreprise et qu’il est déjà difficile de trouver, en nombre suffisant, des partenaires pouvant assurer dans des conditions pédagogiques satisfaisantes leur accueil ?

« Dans la situation financière qui est la nôtre, nous devons et nous pouvons, dans l’Education Nationale comme dans les autres services de l’Etat, faire mieux avec les mêmes moyens et ce n’est pas impossible. » Compte tenu de l’évolution croissante du nombre d’élèves, garder les mêmes moyens ne reviendrait-il pas à baisser le taux d’encadrement ?

Somme toute, la poli­tique libérale et de pression bud­gé­taire est poursuivie : réaffirmation du principe de la baisse de l’emploi public… avec de nouveaux leviers : réduire la formation du plus grand nombre aux seuls enseignements fondamentaux, faire sortir le plus rapidement possible certains jeunes du giron de l’Éducation Nationale, externaliser vers les entreprises bon nombre de ses missions… c’est donc une remise en question plus décomplexée du principe d’égalité d’accès à l’éducation !

u Suppressions de postes d’enseignant :
Pour la Rentrée 2012, la prévision rectorale s’affine.
Sur les 5 500 suppressions de postes de titulaires dans le secondaire, auxquelles il faudra rajouter les 1000 postes des étudiants stagiaires en Master 2, l’Académie de Montpellier rendra 102* postes d’enseignant :
·          en Collège : 13 postes (Gard : 5)
·          en Lycée Professionnel : 73 postes
·          en Lycée Général et Technologique : 5 postes
·          divers, répartis sur les 3 types d’établissements : 11 postes
Dans le même temps, le Rectorat prévoit une augmentation de 1377 élèves en Collège et EREA, de 770 en Lycée et une baisse de 1072 en Lycée Professionnel due à la Réforme du Bac pro en 3 ans, soit +1035 élèves en secondaire !
* la différence avec les 97 suppressions annoncées précédemment résulte de la transformation de 5 postes d’enseignant en 5 postes de Conseiller Principal d’Éducation (CPE).

u Dépense d’Éducation :
Avec 7% du PIB consacré à la dépense intérieure d’éducation en 2010, la France a dépensé moins qu’au milieu des années 1990 (7,6%). Elle a ainsi fait un bond de 20 ans en arrière pour se retrouver au niveau de la fin des années 1980.
En 1980, si l’État assurait 61% des dépenses, sa part est tombée à 54% en 2010. Inversement, les collectivités locales sont passées de 14 à 25%. Cette évolution résulte des lois de décentralisation qui leur ont peu à peu transféré l’apprentissage, les transports scolaires, le fonctionnement des établissements, la gestion des personnels techniques. Le désengagement de l’État n’est pas une opinion. C’est un fait !

d n c

Si vous ne souhaitez plus recevoir les Flashs Info, informez la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès par un simple courriel sur la boîte électronique fcpe30700@gmail.com en indiquant votre Nom et l’établissement de votre enfant. Vous serez immédiatement retiré de la liste de diffusion.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

L’enseignement selon M. Sarkozy : autorité, autonomie et flexibilité

LEMONDE.FR | 05.01.12 | 12h10  Mis à jour le 05.01.12 | 12h17

Depuis 2007, Nicolas Sarkozy n’avait jamais vraiment livré une vision de l’école. L’éducation nationale a été surtout, pour lui, une réserve
d’économies budgétaires. Et, de son côté, le ministre de l’éducation, Luc Chatel a avancé en mesurant ses paroles, peu disert sur l’édifice
dont il posait les premières pierres.
Présentant ses voeux de Nouvel An au monde de l’enseignement, jeudi 5 janvier, au Futuroscope à Poitiers (Vienne), sur le territoire de
l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le président de la République a voulu faire connaître la charpente de ce qu’il propose de
continuer à construire après 2012 si les Français le lui permettent. Pour une restauration de l’autorité dans une école républicaine, voilà
l’esprit qui se dégage du long discours que M. Sarkozy devait prononcer.
C’est une manière habile de s’adresser à la fois à son électorat classique et aux enseignants, en habillant ses propositions de
vêtements républicains, afin d’éviter qu’elles ne soient perçues comme relevant d’un libéralisme débridé.

« DÉCALAGE »

Le premier levier de modernisation pour M. Sarkozy est la redéfinition du métier d’enseignant, présentée comme devant restaurer l’autorité
des maîtres. « Ce dont souffrent en premier lieu les enseignants, c’est le décalage entre ce que l’institution leur demande officiellement à
travers ces fameux textes statutaires qui remontent aux années 1950 et la réalité de la société d’aujourd’hui, des élèves qui leur sont
confiés », devait-il déclarer.
Mettre fin à ce décalage nécessite, selon le chef de l’Etat, « de la part des professeurs, d’accepter de nouvelles manières de travailler ».
« D’être plus présents dans les établissements, sans aucun doute », devait-il préciser, en ajoutant aussitôt :
« Mais, en contrepartie de ce nouvel engagement, leur rémunération devra être considérablement augmentée, et leurs conditions de travail très sensiblement
améliorées. » C’en serait donc fini du statut de 1950, qui définit le métier par un nombre d’heures de cours et que le monde enseignant juge protecteur.
François Hollande aussi veut ce changement, mais il y va, lui, par la concertation, quand la majorité procède par touches successives.
L’évaluation des enseignants par les chefs d’établissement, que M. Chatel met en place, est une des premières bases de cette nouvelle
conception du métier. Ce qui est sous-jacent dans cette approche, c’est l’esprit « flexiprof » du rapport du conseiller d’Etat Marcel
Pochard, « L’évolution du métier d’enseignant », commandé dès 2007 et rapidement enterré parce que le terrain n’était pas mûr.
Autre axe structurant du projet Sarkozy, l’autonomie est présentée, elle aussi, comme un moyen de restaurer l’autorité enseignante.
Fort de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) d’août 2007, qui a donné de l’autonomie aux universités,
le président a conscience de ne pas avoir fait franchir aux écoles, collèges et lycées le même tournant décisif. Or il estime
que ce qui a marché pour le supérieur fonctionnera de la maternelle au bac.
A ses yeux, l’autonomie est le moyen « que partout et ce dès l’école primaire se constituent de véritables équipes de professeurs,
motivés et soudés autour du chef d’établissement ». « Des équipes, devait-il dire jeudi, qui se sentiront collectivement responsables des
élèves qui leur seront confiés ; des équipes capables de parler d’une seule voix, d’une voix forte. »
Dans un projet libéral, l’autonomie des établissements va de pair avec le choix des enseignants par des chefs d’établissement aux pouvoirs
renforcés. Cette approche est mise en place, depuis la rentrée, dans 200 collèges difficiles, et est pratiquée dans l’enseignement privé,
qui scolarise un élève sur cinq.

RECENTRAGE SUR LES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX

Outre une évaluation flatteuse du travail accompli dans l’enseignement supérieur ? « d’ici à cinq ans, nous aurons en France un nombre
significatif d’universités de dimension mondiale » ?, M. Sarkozy devait profiter de cette cérémonie pour dévoiler ses souhaits quant à
l’évolution des enseignements.
Pour l’école primaire, il devait se féliciter du recentrage sur les apprentissages fondamentaux avec la mise en place des programmes de
2007-2008. Mais son discours voulait aussi envoyer un message aux enseignants des petites classes, qu’il promet d’aider « à devenir de
véritables experts des apprentissages fondamentaux ».
« De nombreuses universités ont mis en place des mastères spécifiques de grande qualité. Ces initiatives doivent être encouragées »,
devait-il préciser. Contrairement aux v?ux de 2011, où il proposait d’améliorer la formation initiale, très réduite depuis l’entrée en
vigueur de la mastérisation, le chef de l’Etat s’engage cette fois à s’appuyer sur cette formation au niveau bac +5 des nouveaux maîtres. A
l’heure où 15 % des enfants sortent du primaire sans maîtriser la lecture, cet argument a au moins autant de poids pour les oreilles
parentales que pour celles des enseignants.

Pour le collège, M. Sarkozy devait rappeler qu’ »il faut mettre fin aux faiblesses du collège unique tel que nous le connaissons aujourd’hui ».
Et préciser que l’heure est venue, selon lui, d’ »assumer la diversité des parcours en quatrième-troisième ».
« Il n’est pas normal que le collège actuel prépare exclusivement à l’enseignement général, et pas à la voie professionnelle : comment,
dans ces conditions, cette dernière ne serait-elle pas vécue comme une voie de relégation ? », devait-il expliquer. S’il n’a jamais été
vraiment « unique », le collège pourrait voir ses parcours se diversifier encore si M. Sarkozy obtient un nouveau mandat.

« UN PROFOND BOULEVERSEMENT »
Pour ce qui concerne le lycée, le président de la République devait parler de la dernière année des formations professionnelles. « Pourquoi
ne pas rendre l’alternance obligatoire en dernière année de baccalauréat professionnel, ainsi qu’en CAP ?, devait-il demander.
J’ai conscience qu’il s’agirait d’un profond bouleversement, qui impliquerait d’augmenter de plus 200 000 par an le nombre de contrats
d’alternance. Une réorganisation complète du mode de relation entre lycées professionnels et entreprises serait nécessaire. Mais une telle
disposition serait une réponse extrêmement forte au problème structurel du chômage des jeunes et même au problème du chômage en
général. »

La réponse ainsi proposée à la question du chômage précoce en est aussi une au candidat socialiste à la présidentielle François
Hollande, qui fait de la jeunesse une de ses grandes priorités.

Voilà donc dessinée, à quelque cent jours du premier tour, l’école selon Nicolas Sarkozy. Déguisé en v?ux, ce discours pré programmatique
fait enfin apparaître cette école dont on pressentait les contours sans jamais en voir l’architecture intégrale.

Maryline Baumard

Conseil local de la FCPE des collèges et lycée n°20

n° 20.11.12
du 02/01/12

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Meilleurs Vœux 2012

Ancienne Gendarmerie

Le Conseiller Régional, membre du Conseil d’Administration du Lycée Gide, a informé la FCPE en date du 23 décembre que :
·         une réunion de travail Région-Mairie d’Uzès s’est tenue le 02 décembre 2011. La nouvelle esquisse présentée par l’architecte de la Région, en conformité avec les contraintes imposées lors de la réunion du 24 juin 2011, a été de nouveau refusée !!
·         suite aux résultats de cette dernière réunion, le Président de Région a écrit au Préfet de la Région Languedoc-Roussillon en terminant par ces termes :
« … je sollicite votre arbitrage sur cette opération en analysant d’une part l’intérêt public de développement des deux lycées, l’amélioration très importante de la qualité d’accueil des lycéens qu’elle peut apporter, et d’autre part la pertinence d’imposer le maintien d’un bâtiment sur le site de l’ancienne gendarmerie, bâtiment à la qualité architecturale non signifiante à nos yeux, comparativement à la richesse existante du patrimoine bâti de la ville d’Uzès. »

La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès est une nouvelle fois consternée par l’attitude municipale. L’intérêt des élèves sera-t-il un jour la préoccupation exclusive des potentats locaux ?!!

Système éducatif

u Langues vivantes aux Baccalauréats général et technologique :
·          Synthèse des épreuves de langues vivantes à compter de la session 2013 : lire
·          Bulletin Officiel n° 43 du 24 novembre 2011 : lire
·          Fiches d’évaluation et de notation : lire

u Suppressions de postes d’enseignant :
Selon le Ministère, dans le second degré, « dans le cadre du dialogue de gestion et des échanges permanents entre l’administration centrale et les recteurs d’académie, le niveau et les possibilités de mobilisation des différents leviers ont été examinés académie par académie ».
Il a aussi été pris en compte « la taille des classes des collèges qui ne relèvent pas de l’éducation prioritaire », « les décharges de service d’enseignement », « le dispositif de remplacement des enseignants absents » ainsi que « l’organisation de l’offre de formation en lycée d’enseignement général et en lycée professionnel ».

Résultat : au total, 6 550 emplois disparaissent dont 1000 concernent les stages des étudiants stagiaires en Master 2.
Dans l’Académie de Montpellier ce sont 97 postes de titulaires auxquels s’ajouteront les postes de stagiaires qui disparaîtront à la rentrée 2012 et ce, malgré une augmentation significative prévue du nombre d’élèves !

Dans un communiqué de presse en date du 19 décembre, la FCPE condamne l’acharnement systématique dont sont victimes l’École et les élèves en matière de gestion des moyens humains et financiers.

Rappel en chiffres :
Conseil local de la FCPE des collèges et lycée n°20 Suppression-postes-EN-300x33
avec dans le secondaire, une hausse de quelques 290 000 élèves entre 2008 et R2011 !!

u Effectifs d’élèves :
Pressé par les critiques sur la censure de ses publications, le Ministère a été contraint de publier enfin les effectifs d’élèves à la rentrée 2011 qui font apparaître une hausse de 33 100 élèves dans le secondaire ! (lire)
Pour la rentrée 2012, l’AFP a communiqué le 23 décembre, des chiffres obtenus du Ministère mais non publiés.
Le primaire devrait connaître une hausse de ses effectifs d’environ 2 500 élèves du fait de la croissance de l’élémentaire.
Au secondaire, les Lycées Professionnels devraient perdre 38 710 élèves ; baisse liée à la réforme du Bac pro en 3 ans. Collèges et Lycées Généraux et Technologiques seront en croissance avec 30 000 élèves en plus. (lire)

u Rythmes scolaires :
Si la question des rythmes scolaires semble avoir été mise quelque peu en sourdine, Claude Lelièvre, historien de l’éducation, revient dans un article de Médiapart, sur les origines des vacances scolaires (lire) qui peut être complété par le compte rendu de la conférence qu’Antoine Prost, historien, a donnée à Lodève le 21 janvier 2011. (lire)

d n c

Si vous ne souhaitez plus recevoir les Flashs Info, informez la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès par un simple courriel sur la boîte électronique fcpe30700@gmail.com en indiquant votre Nom et l’établissement de votre enfant. Vous serez immédiatement retiré de la liste de diffusion.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Le ministère accélère l’annonce des suppressions de postes d’enseignants

Personne ne s’y attendait. Du moins pas si tôt. A quelques heures du début des vacances scolaires de Noël, vendredi 16 décembre, la répartition par académie des suppressions de postes dans l’éducation nationale pour la rentrée 2012 est tombée.

Le ministère a présenté aux organisations syndicales les grandes lignes de cette répartition, alors que son budget n’a pas encore été définitivement adopté par le Parlement, la majorité de gauche au Sénat freinant des quatre fers.

 LEMONDE | 17.12.11 | 13h22

D’ordinaire, cette annonce intervient fin décembre, début janvier. Mais l’élection présidentielle approche. « Il faut dégager le terrain pour la campagne », soutient Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat SE-UNSA. Un terrain miné par la suppression de 14 000 postes en 2012 – dont 5 700 dans le premier degré et 6 550 dans le secondaire -, qui viennent s’ajouter aux 66 000 suppressions intervenues depuis 2007.

La répartition des suppressions de postes par académie est un sujet sensible dans l’éducation nationale. Sur le terrain, il se traduit souvent par des fermetures de classes dans les écoles.

En janvier, l’annonce de la répartition des emplois supprimés sur le territoire avait déclenché, tout au long du premier semestre, une vague de protestations de la part des élus locaux, des parents d’élèves, des enseignants. La communauté éducative disait alors que le « mammouth » était « à l’os », qu’il ne pourrait pas supporter une nouvelle « cure d’amaigrissement ».

Le ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel, soutient le contraire. « On peut continuer à ne pas remplacer une partie des départs en retraite » après 2012, a-t-il déclaré fin novembre, lors d’un séminaire consacré à la RGPP, la révision générale des politiques publiques.

Comme en 2011-2012, toutes les académies perdront des postes, à l’exception de la Guyane, qui en gagnera 50. Les académies les plus touchées sont celles de Lille (399 postes supprimés dans le premier degré, 589 dans le second degré) et Nancy-Metz (367 pour le primaire, 425 dans le secondaire). Dans le haut du tableau figurent aussi les académies de Versailles (755 postes supprimés au total), Créteil (595) ou encore Aix-Marseille (504).

Les critères de répartition de ces suppressions de postes sont peu détaillés dans le document que Le Monde s’est procuré. Le ministère évoque le « rattachement territorial » (académies à dominante rurale, urbaine ou d’outre-mer), les « difficultés sociales » et les « variations démographiques ». Il ne précise pas que ses prévisions d’effectifs montrent une hausse significative du nombre d’élèves à la rentrée 2012, effet du « boom » démographique du début des années 2000 : 6 000 élèves de plus sont attendus dans les écoles primaires à la prochaine rentrée, 21 200 dans les collèges, 6 600 dans les lycées généraux et technologiques, selon les documents budgétaires débattus par les parlementaires.

S’ouvre maintenant une phase périlleuse pour les recteurs, qui vont devoir plancher sur les « leviers » à actionner afin de respecter les objectifs budgétaires.

Les recettes utilisées cette année devraient être remises au goût du jour. Augmentation du nombre d’élèves par classes, fermeture d’options, diminution des cours à effectifs réduits, suppressions de postes de remplaçants au collège et au lycée. Dans une enquête publiée en septembre, le SNPDEN, principal syndicat des chefs d’établissement, avait calculé que le système fonctionnait grâce aux heures supplémentaires. « Si les enseignants refusaient de les assurer, il y aurait, dans chaque établissement, une classe sans professeur », avait estimé Philippe Tournier, son secrétaire général.

Quant à l’école primaire, le président de la République avait promis, en juin, de la « sanctuariser ». Autrement dit, le nombre de fermetures de classes ne devait pas excéder le nombre d’ouvertures. Pour tenir l’engagement présidentiel, les recteurs devront toucher aux dispositifs d’accompagnement et de soutien : intervenants en langues, réseaux d’aide spécialisés aux élèves en difficultés (Rased)…

« Tous ces postes qui ne sont pas forcément visibles, mais qui contribuent à prendre en charge les élèves les plus fragiles. Ce sont eux qui vont payer la facture », s’inquiète Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, majoritaire chez les professeurs des écoles. Reste le vivier des enfants de moins de 3 ans : 34,5 % d’entre eux étaient scolarisés en 2000. Ils ne sont que 13 % cette année, et ce taux risque encore de diminuer encore en 2012.

La répartition des suppressions de postes par académie n’est pas définitivement figée. Vendredi, les syndicats ont obtenu le report du comité technique ministériel sur ce sujet à début janvier. « Sur le budget, il doit y avoir un débat et un vote. Or, l’administration a pensé qu’une simple consultation suffisait », déplore Christian Chevalier.

Sollicité, le ministère de l’éducation nationale n’a pas souhaité s’exprimer. Mais comme, sur ce dossier, il faut faire vite, il y a fort à parier que le « débat » attendu par les syndicats ne s’apparente à un dialogue de sourds…

Aurélie Collas

Flash info de la FCPE des collèges et lycées d’Uzès n°19

n° 19.11.12
du 17/12/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Collège Lou Redounet

Le Conseil d’Administration a eu lieu le 06 décembre.
Quelques points importants en résumé :
· Questions diverses de la FCPE non traitées lors du Conseil d’Administration précédent :
o Cahiers d’activité en langue vivante :
La Cour administrative de Bordeaux a confirmé que l’achat des cahiers de travaux pratiques de langue vivante devait être à la charge des établissements et non à la charge des familles.
Monsieur le Principal, conscient que ce jugement peut faire jurisprudence, a mis cette question à l’ordre du jour pour le prochain conseil pédagogique.
o Restauration scolaire :
À la demande de la FCPE, un règlement est voté et consultable sur le site du collège. Le paiement en plusieurs versements est possible après demande écrite à l’agent comptable. Il sera envoyé à tous les élèves à la rentrée prochaine.
De plus, la FCPE demande que soit ajoutée, dès la prochaine facture, la phrase indiquant la possibilité de règlements fractionnés. Monsieur le Gestionnaire donne son accord.
À la question concernant les quantités servies aux enfants, il est répondu qu’elles sont déterminées en grammage, aucune différence n’est faite entre les adolescents de 6e et les jeunes de 3e. Les repas sont élaborés par des diététiciens et si l’on mange tout ce qui est proposé, les repas sont équilibrés. Monsieur le Gestionnaire rappelle que les parents ont toute liberté de venir « tester » la cantine, il suffit d’acheter un ticket et de ne pas venir à 10 sans prévenir !
o Carte Scolaire :
Une réunion est programmée pour le 15 décembre 2011 entre les chefs d’établissement des collèges JL Trintignant et Lou Redounet et le Conseiller Général du canton.
La FCPE sera particulièrement attentive au suivi de cette réunion.
o Stockage et utilisation des données sur Pronote (cf : Livret Personnel de Compétences) :
Les représentants des parents FCPE semblent être les seuls concernés et inquiets des interconnexions entre les différents fichiers numériques et pourtant … (voir le paragraphe Fichage des Élèves)
o Taux de redoublement élevé en 2nde au lycée Gide :
L’Administration a demandé aux professeurs principaux de 3e d’élever le niveau d’exigences pour les élèves qui veulent aller en 2nde. En outre, des rencontres entre professeurs principaux de 3e et 2nde à Gide auront lieu au deuxième trimestre afin de mieux cerner les difficultés.
o Communication établissement / familles :
De nombreux disfonctionnements ont été signalés à la FCPE depuis la rentrée. Monsieur le Principal reconnaît que c’est un problème important mais que les équipes administratives et enseignantes font de leur mieux. Les documents ne peuvent être tous envoyés par courrier postal et donc transitent via les professeurs principaux, les carnets de liaison et les enfants.
· Chapitre Restauration du budget prévisionnel 2012 :
o Le collège reçoit une subvention du département de 2 euros / repas / enfant pour aider les familles qui perçoivent le RSA (il reste donc 1 euro / repas / enfant à la charge de la famille).
Les foyers concernés doivent prendre contact avec Monsieur le Gestionnaire.
o À nouveau, la FCPE s’est indignée que les parents soient assujettis 2 fois à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, une fois par leur taxe d’habitation et une autre fois parce que leur enfant est ½ pensionnaire.
Dès lors que les établissements ne sont pas assujettis à cette taxe, la FCPE trouve choquant que les charges du SICTOMU soient prélevées sur le chapitre Restauration financé uniquement par les familles, à l’exception des commensaux !
· Échange avec la Suède :
o Remarque préalable d’un enseignant et de la FCPE : cet échange est discriminatoire puisqu’il ne concerne que les filles de la 3e européenne et il est donc légitimement mal vécu par les garçons de cette classe.
o De nombreuses incompréhensions et questionnements semblent exister entre l’équipe organisatrice et les parents concernés par cet échange : le bilan du séjour des Suédoises pendant les congés de Toussaint, le prix du voyage, les accompagnateurs, l’organisation sur place, l’investissement de chacun …
La FCPE demande donc qu’une information et qu’un budget en toute transparence soient présentés aux familles.
o Monsieur le Gestionnaire fait remarquer qu’en l’état actuel des choses, le budget de ce voyage n’est absolument pas équilibré. Après de longs débats animés, il est décidé de fixer à 307 €uros la somme maximale demandée aux parents.
La FCPE rappelle qu’un plafond de 240 €uros a été voté et qu’elle est opposée à tout dépassement. Elle demande aussi que les familles soient informées que les chèques-vacances peuvent être utilisés pour régler les voyages scolaires.
· Informations diverses :
o Une stagiaire infirmière et un étudiant stagiaire CPE effectueront leurs stages au collège du 02 janvier au 05 février 2012.
o Le tirage de la tombola organisée par l’Association Sportive du Collège aura lieu le 06 février 2012.
Les tickets sont vendus par les classes participant à des voyages et les bénéfices viendront en déduction du montant de la participation des familles.

Lycée Charles Gide

· Classes de Seconde :
Suivant le souhait de la FCPE et en accord avec l’Administration du Lycée, l’organisation des classes de seconde n’a plus été réalisée à partir des Enseignements d’Exploration qui avaient tendance à accentuer leur profil.
Néanmoins cette année, au constat des Conseils de Classe du 1er trimestre, si le niveau est globalement hétérogène, deux classes dérogent à la règle, l’une est un peu plus faible que la moyenne et l’autre est d’une excellence déroutante.
Dans un souci d’égalité de traitement, la FCPE continuera de demander que la répartition des élèves dans les classes soit réalisée de façon équitable selon leur niveau scolaire. Elle demandera aussi une attention particulière pour une mixité équilibrée.
· Restauration :
La réunion du 16 décembre s’est tenue en présence,
du Proviseur, de la CPE, de la Gestionnaire, de la Responsable cuisine, pour le Lycée;
du Directeur de l’Hôpital, de la Diététicienne, de la Responsable, pour les Cuisines de l’Uzège ;
de deux élèves demi-pensionnaires et de deux élèves internes ;
de trois parents FCPE. La PEEP était absente bien qu’ayant été prévenue par la FCPE comme elle le souhaitait.
Deux points se sont dégagés des échanges :
o la quantité des plats servis : certains élèves n’ont pas assez à manger et sont obligés de compléter leur repas par du pain.
Il n’est pas envisageable d’augmenter le grammage, à priori conforme aux normes, car une grande quantité de nourriture est jetée non consommée ou très peu touchée. Monsieur le Proviseur envisage malgré tout de donner la possibilité d’obtenir une quantité plus élevée aux élèves qui en feront la demande, lors de leur passage au self.
o la qualité du service de Restauration : ce point concerne la qualité des plats proposés, leur présentation, leur choix et l’environnement général de la ½pension.
Il a été décidé qu’une Commission « Restauration » se réunira une fois par trimestre, la première étant programmée d’ici fin janvier 2012. Cette commission, composée de tous les acteurs concernés, aura pour objectif de définir les points d’amélioration possibles de l’ensemble de la chaîne.
Les représentants des Cuisines de l’Uzège ont informé qu’ils souhaitaient utiliser les circuits courts mais qu’ils étaient contraints, dans certains cas, par leurs groupements d’achats.
· Abords du Lycée :
Le premier aménagement par barrières amovibles laissait un espace dégagé le long des bâtiments par l’interdiction de stationner et permettait le déplacement sécurisé des élèves à l’approche immédiate du portail du Lycée, bien au-delà d’un unique et prétendu fumoir.
Or, depuis le 15 décembre, une nouvelle aire de stationnement est matérialisée au sol, de l’autre côté de la chaussée. L’espace initialement libéré est ainsi diminué de moitié et la voie de circulation se rapproche dangereusement de l’établissement.
La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès est consternée par l’attitude municipale, voire par sa défiance envers l’autorité préfectorale.
Elle contactera les autres parties concernées et prendra toutes ses responsabilités pour que nos enfants puissent enfin se déplacer à l’approche du lycée dans une sécurité relative.

Système éducatif

- Épreuves anticipées orales ou écrites du Baccalauréat de Français à la session 2012 :
Le Journal Officiel du 10 décembre publie entre autre, la liste des objets d’étude susceptibles de faire l’objet d’une interrogation écrite et/ou orale lors des épreuves du baccalauréat général et technologique (lire). Ainsi,
· les objets d’étude de 1 à 5 sont communs à toutes les séries générales.
· l’objet d’étude 5 est facultatif dans les séries technologiques.
· pour la série littéraire s’ajoutent les objets d’étude 6 et 7.
Liste des objets d’étude :
1. Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde
2. La poésie
3. Le théâtre : texte et représentation
4. L’argumentation : convaincre, persuader et délibérer
5. Un mouvement littéraire et culturel du XVe, XVIe ou XVIIe siècle
6. L’autobiographie
7. Les réécritures
u Épreuve de Mathématiques-Informatique du Baccalauréat en série Littéraire à la session 2012 :
Le Journal Officiel du 10 décembre publie le programme spécifique de cette épreuve (lire).

- Brevet Informatique et Internet :
Le Ministère de l’Éducation Nationale a publié des versions « rénovées » du B2i école et collège qui devront être mises en place au plus tard à la rentrée 2012. La prise en compte des pratiques du web 2.0, le web social, en est la principale nouveauté (voir le référentiel Collège).
Le référentiel lycée doit paraître prochainement (voir la Feuille de Position Lycée actuelle).

u L’École transformée en machine à désintégrer :
Dans une tribune donnée au journal Libération, Philippe Meirieu (Professeur en Sciences de l’Éducation à l’Université Lumière-Lyon II) analyse le nouveau modèle scolaire qui se met en place. Il appelle à « inverser le mouvement » (lire).

u Fichage des Élèves :
Des parents ont déposé le 14 décembre des recours auprès de plusieurs tribunaux administratifs. Ils avaient demandé en vain aux Inspecteurs d’Académie que leur enfant ne soit pas inscrit dans Base Élèves et dans la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) en s’appuyant sur les arrêts rendus par le Conseil d’État en date du 19 juillet 2010.
Les parents bénéficient du soutien de la FCPE et du Collectif National de Résistance à Base Élèves qui exige que le droit d’opposition soit respecté. (voir l’article du CNRBE et, en PJ, le diaporama qui résume les enjeux du Livret Personnel de Compétences)

u Suppressions de postes d’enseignant :
Le Ministère a communiqué le 16 décembre, lors du Comité Technique Ministériel, la répartition académique des 5 700 suppressions de postes programmées dans le primaire pour la prochaine rentrée scolaire alors que le Ministre lui-même, admet une augmentation prévue de plusieurs milliers d’élèves qui viennent s’ajouter aux 25 000 de la rentrée 2011. Dans l’Académie de Montpellier, ces suppressions s’élèvent à 172.
Dans ce contexte, la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès est particulièrement inquiète des Dotations Horaires Globales qui seront affectées en janvier, aux différents établissements secondaires.

d n c

Le Conseil Local FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès souhaite
à votre ou à vos enfants un repos bien mérité ;
à vous et à votre famille de joyeuses fêtes de fin d’année.

Si vous ne souhaitez plus recevoir les Flashs Info, informez la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès par un simple courriel sur la boîte électronique fcpe30700@gmail.com en indiquant votre Nom et l’établissement de votre enfant. Vous serez immédiatement retiré de la liste de diffusion.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

FCPE de l’Uzège : Flash Info n°16

n° 16.11.12
du 04/12/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Collège JL Trintignant

u Le Conseil d’Administration a eu lieu le 28 novembre.
Quelques points importants en résumé :

·          Organisation des Conseils et Commissions :
o        Commission Permanente : elle instruit les questions soumises au Conseil d’Administration.
2 sièges sont à pourvoir au titre des parents d’élèves.
Représentant FCPE : Jean-Claude Kluyskens
o        Conseil de Discipline : 3 sièges sont à pourvoir au titre des parents d’élèves.
Représentante FCPE : Valérie Mandoul
o        Commission Éducative : 1 siège est à pourvoir au titre des parents d’élèves.
Représentante FCPE : Valérie Mandoul, suppléante
o        Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) :
Représentante FCPE : Catherine Dupautex
Si vous avez des questions ou remarques qui peuvent être traitées par l’un ou l’une de ces conseils ou commissions, nous vous invitons à prendre contact avec les représentants correspondants, via la boîte électronique de la FCPE.
·          Budget prévisionnel 2012 :
Le budget a été adopté. Toutefois, les taxes du SICTOMU sont en hausse et encore prélevées sur le Chapitre Restauration entièrement financé par les familles des ½pensionnaires. La FCPE a décidé de communiquer à nouveau, à Madame la Principale, la réponse du Directeur du SICTOMU au courrier qu’elle lui avait envoyé le 15 décembre 2010.
Rappel du Flash Info n°22.10.11 du 12 janvier 2011 :
Dès lors que les collèges ne sont pas assujettis à la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères, la FCPE fera valoir auprès des Chefs d’Établissement qu’il n’y a aucune raison pour que les charges du SICTOMU soient prélevées sur le chapitre Restauration.
·          Voyages scolaires :
o        Séjour au Ski pour 20 élèves inscrits à l’Association Sportive en 2010/11 du 18 au 23 mars 2012 ; en partenariat avec le Collège Lou Redounet :
Participation financière des familles : 171.00€
o         Voyage à Tolède : sur les traces de Don Quichotte pour 51 élèves du 04 au 09 juin 2012 :
Participation financière des familles : 220.00€
o        Voyage en Italie : Vérone et Venise pour 15 élèves du 19 au 23 mars 2012 ; en partenariat avec le Collège Lou Redounet et le Collège Diderot d’Alès :
Participation financière des familles : 171.00€
Suite à des soucis de présentation des pièces d’identité nécessaires aux voyages, le collège exige dorénavant la photocopie de celles-ci pour pouvoir valider l’inscription.
Madame la Principale précise que les familles ayant des difficultés pour financer le voyage de leur enfant peuvent solliciter des aides auprès de l’Assistante Sociale.
·          Projet Cinéma :
Élèves concernés : classe de 5ème1 :
Trois séances prévues au cinéma d’Uzès dans l’année avec un intervenant au collège pour analyser le film.

u Diplôme National du Brevet :
Le diplôme et les notes du DNB 2011 sont à la disposition des parents ou des élèves scolarisés en classes de 3ème en 2010/11 à l’accueil du Collège les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 10h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h30.

Collège Lou Redounet

Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Monsieur le Principal, mercredi 30 novembre.
·          PSC1 (Premiers Secours) :
L’enseignant d’EPS nouvellement nommé prendra en charge la formation des 3e1 / 3e2 / 3e3. Pour ce qui est des autres classes de 3e, le collège va faire appel à des intervenants extérieurs qui seront rétribués par le collège.
Suite à l’information de la FCPE, Monsieur le Principal s’est renseigné au sujet du kit-MAIF ; il est bien à disposition de l’académie et des établissements demandeurs. Le principal remercie la FCPE pour son aide.
·          DP6 :
Comme annoncé dans un précédent Flash Info, cette classe est vouée à disparaître en Collège. Sur le secteur, on dénombrait trois DP6 (58 élèves) dans les collèges JL Trintignant, Redounet et Remoulins ; il n’en restera plus qu’une (24 – 30 élèves) qui sera implantée au lycée professionnel Guynemer. Elle s’appellera désormais la 3e Prépa-pro.
Pour ce qui est du Redounet, la DP6 disparaît mais la division n’est pas supprimée, on restera à 6 troisièmes. Monsieur le Principal regrette cette disparition décidée sans aucune concertation. Le dispositif par alternance est maintenu mais avec certainement une hausse des effectifs.
·          Structure :
Le Collège a été averti qu’une division supplémentaire en 5e est d’ores et déjà acquise pour la rentrée 2012.
·         Validation du socle commun :
Elle commence en 5e, le plus gros de la validation se fait en 4e, la 3e permettant de valider les derniers items. Les parents peuvent suivre cette validation sur Pronote.
·         Semaine des voyages :
Elle est fixée du 16 au 24 mars 2012.
Au vu du bilan de l’année dernière, les parents suggèrent que l’on demande aux 4e / 3e ce qu’ils souhaiteraient faire pendant cette période. Monsieur le Principal retient l’idée.
·         Nouvelle cuisine en 2012 :
Monsieur le Principal confirme le projet du Conseil Général. De gros travaux seront effectués cet été (installation d’un matériel de haut niveau) et un chef-cuisinier supplémentaire sera recruté. Il s’agira d’une unité locale de production, la cuisine sera faite sur place et favorisera les produits locaux et de saison.
Cela n’entraînera pas de hausse de prix pour les familles.
·          Brevet blanc :
Il aura lieu dans la semaine du 02 au 06 avril 2012.
·          Réponses aux questions de parents qui ont interpellé la FCPE :
o         Mathématiques: Des résultats très faibles et un découragement général des élèves inquiètent les parents d’une classe de 5e. Monsieur le Principal, conscient du problème, a parlé à l’enseignant ; celui-ci a surtout enseigné en lycée et doit s’adapter à un public de collégiens.
o         Retenue : Des enseignants donnent des heures de retenue aux élèves quand leurs notes aux contrôles sont inférieures à 10. La FCPE dénonce ce dispositif qui pénalise les enfants à plus d’un titre : la mauvaise note, la retenue, l’impact de cette retenue sur la note de Vie Scolaire, sans compter le temps perdu par la classe. Monsieur le Principal prend note des remarques et va s’entretenir avec les enseignants concernés.
o         Menus de la ½pension : ils sont bien en ligne sur le site du collège mais celui-ci n’est pas responsable des changements de dernière minute par la Cuisine Centrale.
o         Informations : Monsieur le Principal reconnaît qu’une information écrite aux parents sur le Diplôme National du Brevet serait une bonne initiative (ce que fait la FCPE par un Flash Info Spécial qui doit d’ailleurs paraître prochainement). Pour ce qui est des stages de décembre, il affirme que les informations ont été données en temps voulu par les Professeurs Principaux.
L’habitude d’utiliser le panneau d’affichage extérieur pour prévenir les familles que les participants à un voyage étaient bien arrivés est passée peu à peu dans l’oubli du fait des téléphones portables.
o         6e bi-langues : Monsieur le Principal découvre que les élèves bi-langues de cette classe bénéficient d’une heure supplémentaire de langue sur le temps du repas. Il ordonne sa suppression immédiate.
o         Pronote : Les enseignants l’utilisent de plus en plus mais il y a encore des résistances, notamment dans l’utilisation du cahier de texte.
o         Remplacements : les absences inférieures à 15 jours ne sont pas remplacées. Que deviennent les engagements du Ministre concernant le remplacement immédiat !?

Sigles

Le Ministère de l’Éducation Nationale a la fâcheuse tendance à utiliser un maximum de sigles que parfois, par mimétisme, la FCPE emploie aussi.

En caricaturant, on pourrait lire ceci au sujet d’un élève de 3ème :
Le dernier CC lui a accordé le passage en 2nde EGT. Il n’a pas encore choisi ses EEX. Il hésite encore entre SES et PFEG et MPS et SI.
Le palier3 du LPC avec le B2i et l’A2 du CECRL a été validé et avec ses notes de HDA, VS et CCF, il peut prétendre obtenir le DNB avec mention.
ou cela au sujet d’un élève de Terminale Littéraire :
En TL, il a choisi DGEMC comme spécialité et LCA en facultatif mais il angoisse pour l’épreuve de LELE au BAC. Avec son handicap, le PP lui avait proposé d’intégrer une ULIS mais il ne connaissait pas les EPLE qui le proposent, ni leur RNE. Pour l’inscription sur APB, il hésite entre une CPGE et une 1ère année de LMD. Malgré les brochures de l’ONISEP et le PIO du LEGT, il faudrait qu’il prenne contact avec la COP ou qu’il aille au CIO.

Pour vous permettre de vous y retrouver, la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès vous propose en Pièce Jointe, un recueil de sigles loin d’être exhaustif.

Système éducatif

Élections des Représentants des Parents d’Élèves :
Le Ministère de l’Éducation Nationale a publié le 25 novembre les résultats « officiels » des élections des représentants des parents d’élèves alors que certains Inspecteurs d’Académie reconnaissent ne pas les avoir encore communiqués !
Au-delà des résultats, la FCPE constate que le Ministère chargé d’apprendre aux élèves les règles de la démocratie semble avoir du mal à s’appliquer à lui-même, les règles électorales de base.
C’est bien la question de la place des parents à l’École qui est posée par ces incidents. La FCPE comme la PEEP se plaignent de la légèreté avec laquelle le Ministère les traite !

Préparation de la Rentrée 2012 dans les Lycées de l’Académie :
Selon les services du Rectorat, les lycées vont devoir faire face à « une raréfaction drastique des moyens » malgré la hausse très sensible d’élèves attendus.
Pour la montée de la réforme en classes de Terminale, le tronc commun devrait permettre de faire des « économies », mais cela ne suffira pas. Les nouveaux enseignements de spécialité seront donc en partie impactés : Sciences Sociales et Politiques en TES devrait être ouvert partout car cela se fait à moyens constants, Informatique et Sciences du Numérique en TS a vocation à être ouvert partout où il existe des enseignants à profil, Droit et Grands Enjeux du Monde Contemporain en TL ne serait ouvert que là où un enseignant est titulaire d’une licence de droit ou d’un diplôme d’institut d’études politiques, mais aussi s’il y a au moins deux classes de TL. (prise en charge pédagogique : BO n°36 du 06.10.2011 et BO n°44 du 01.12.2011)
Les économies de moyens auront donc pour cible prioritaire l’offre d’enseignements facultatifs, notamment celui de l’option facultative d’Histoire-Géographie en TS.
La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès sera particulièrement attentive à ce que tous ces enseignements soient proposés aux élèves du Lycée Charles Gide !

PISA In Focus : le rôle des parents
Dans un nouveau Pisa In Focus, l’OCDE met en évidence l’influence incontestable des parents sur leurs enfants pour les aider efficacement dans leur réussite scolaire.
D’une part, les adolescents de 15 ans à qui les parents ont lu des livres quand ils étaient petits ont de bien meilleurs scores que les jeunes à qui on n’a jamais rien lu. La différence entre eux est importante (35 points : presque 6 mois d’école) quelque soit le milieu social d’origine. D’autre part, les adolescents qui ont des parents qui discutent avec eux de politique, de cinéma, de livres, de la télévision,… ont de meilleurs résultats que ceux qui ne bénéficient pas de ces échanges. L’écart là aussi est important (28 points).

Formation des Enseignants :
Dans une décision rendue le 28 novembre, le Conseil d’État a annulé certains articles de l’Arrêté sur la Formation des Enseignants.
La FCPE, une des organisations à l’origine du recours, exige l’application immédiate de cette décision et déclare que « les parents et les élèves veulent des enseignants formés. Par sa décision, le Conseil d’État redonne la main au Ministre pour qu’il réécrive cet arrêté et rétablisse le cahier des charges de la formation, conformément aux demandes unanimes de tous. Le Ministre lui-même a reconnu que cette réforme n’était pas conforme aux besoins. Qu’il joigne les actes à la parole ! ».
La FCPE rappelle le vote unanime du Conseil Supérieur de l’Education contre cette réforme, la seule et unique fois où il a été consulté sur ce sujet. Elle rappelle également que le Parlement n’a jamais été saisi de cette question essentielle.

Projet de Budget 2012 :
Dans la soirée du 1er décembre, Luc Chatel a du écouter l’analyse sénatoriale sur son projet de budget.
Un rapporteur de la Commission des Finances a évoqué les « carences de gestion et de pilotage » du budget, par exemple quand les plafonds d’emploi ne correspondent pas à ceux de la mission. « Le ministère ne parvient pas à anticiper correctement les départs en retraite de ses agents et la gestion des postes offerts aux concours ». « Pour les rapporteurs, rétablir les postes est une priorité pour redonner au service public d’éducation les moyens de ses ambitions » en évoquant les 70 600 postes supprimés depuis 2008. Il a aussi critiqué les inégalités de traitement avec le privé soulignant que les suppressions de poste du privé ne représentaient que 10% du total alors qu’il accueille 20% des élèves. Il a aussi pointé la montée massive des heures supplémentaires : elles représentent 1,3 milliard d’€ soit 40 000 emplois. « C’est beaucoup ».
Un autre rapporteur a estimé que « le droit à l’éducation est remis en question après cinq années de dénaturation du service public d’éducation ». Ainsi, « la réforme du lycée conduit à sa désorganisation et à la remise en cause du statut des enseignants ». Il a aussi critiqué la baisse des dépenses sociales (bourses – 6,8%) et le budget de l’enseignement agricole.

Conseil Local

Rappel :
Le prochain Conseil Local FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès se réunira le jeudi 08 décembre à 20h30 à la MJC Place de Verdun 30700 – Uzès.

d n c

Si vous ne souhaitez plus recevoir les Flashs Info, informez la FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès par un simple courriel sur la boîte électronique fcpe30700@gmail.com en indiquant votre Nom et l’établissement de votre enfant. Vous serez immédiatement retiré de la liste de diffusion.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
(bulletin d’adhésion en PJ)

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

FCPE de l’Uzège : Flash Info n°15

n° 15.11.12
du 26/11/11

Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Conseils de Classe

·          Collège Lou Redounet
Mme Lombard est aussi déléguée Parents FCPE en 3ème 5
Mme Bruyant est aussi déléguée Parents FCPE en 4ème 4 et 3ème 3
Mme Reboux est aussi déléguée Parents FCPE en 6ème 6
L’Administration du Collège a déplacé les Conseils de Classe suivants :
o         6ème 4 : le vendredi 09 décembre à 17h00
o         6ème 7 : le lundi 12 décembre à 17h00
o         5ème 2 : le vendredi 02 décembre à 17h00
o         4ème 6 : le mardi 13 décembre à 18h15
o         3ème 3 : le lundi 12 décembre à 18h15

·          Collège JL Trintignant
Mme Grégoire est aussi déléguée Parents FCPE en 5ème 1 et 3ème 2
Mme Thiercelin est déléguée Parents FCPE en 6ème 3

Collège JL Trintignant

u Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Madame la Principale, mercredi 02 novembre. L’APDESU était absente.
·          Madame la Principale a évoqué un gros problème de sécurité routière devant le Collège. Elle a alerté la Directrice du Service Technique Municipal.
Si cela reste sans effet, il faudra envisager une action au niveau des parents.
·          La  demande de l’installation d’un abri bus à EDGARD a été réitérée.
·          La FCPE et la PEEP ont remis à Madame la Principale une lettre commune dénonçant le poids du cartable. L’APDESU s’est abstenue de signer ce courrier dont elle avait eu connaissance.
·          Une formation au budget qui doit être traité au Conseil d’Administration du 28 novembre, a été demandée par les parents. Madame la Principale a proposé qu’elle ait lieu le 24 novembre.

u Une réunion de présentation du travail effectué par les élèves de 3ème DP6 s’est tenue le lundi 14 novembre en présence des maîtres de stage, des élèves, des enseignants, des parents, du personnel administratif et des représentants des fédérations de parents.
Le bilan présenté a été particulièrement positif pour les élèves.
De fait, pour la FCPE, la transformation de la 3ème DP6 en 3ème Prépa-Pro et son implantation en Lycée Professionnel (BO n°31 du 01.09.2011) à la rentrée 2012, pose question. À suivre…

u Le problème de transport de la ligne E52 a été évoqué dans les mêmes termes qu’au Lycée Gide (voir paragraphe « Transport »)

Lycée Charles Gide

u Les Associations de Parents d’Élèves ont été reçues par Monsieur le Proviseur, mercredi 23 novembre. La PEEP était encore absente.
·          Réunions Parents-Professeurs :
Selon les classes, la FCPE a déploré le manque d’informations qui s’est traduit par une variation très importante de parents présents d’une classe à l’autre.
Par ailleurs, elle a soulevé le fait que le cahier de texte et les notes ne sont pas toujours reportés régulièrement sur Pronote. Trop de parents se plaignent de ne pas pouvoir suivre correctement leur enfant et/ou constatent la note trimestrielle sans avoir pu intervenir en amont.
Elle a demandé aussi qu’une information soit faite sur le contenu et l’utilisation de l’Espace Numérique de Travail (ENT) auprès des élèves mais aussi auprès des parents.
·          Remplacements :
Un personnel contractuel a été recruté pour remplacer le professeur de Mathématiques partant en retraite au 01 décembre.
La FCPE a demandé à Monsieur le Proviseur d’être particulièrement vigilant pour que la fin d’année ne soit pas le prétexte au non remplacement de la professeure d’Anglais partant en retraite en mai.
·          Discipline :
La FCPE est revenue sur deux points du Décret n°2011-729 du 24 juin 2011 relatif à la discipline dans les établissements d’enseignement du second degré qui devait être appliqué dès le 01 septembre.
o         Elle souhaite que deux élèves soient nommés au sein de la Commission Éducative alors que le texte n’en prévoit aucun. La composition de cette commission doit être votée lors du Conseil d’Administration du 25 novembre.
o         Elle s’oppose à ce que les mesures de responsabilisation ne soient pas effectuées exclusivement dans l’enceinte de l’établissement. Elle demande aussi que le texte soit scrupuleusement appliqué quant au respect de la santé et de la dignité de l’élève.
·          Transport :
La FCPE a relayé les nombreuses récriminations de parents quant au retard régulier du bus de la ligne E52. Elle a demandé à Monsieur le Proviseur de bien vouloir se rapprocher de son homologue de JL Trintignant qui a été informée par la FCPE du Collège et d’intervenir conjointement auprès des services compétents.
Elle lui a demandé aussi d’intervenir auprès du Service de Vie Scolaire pour que les élèves concernés ne soient pas sanctionnés pour retard.
À sa demande, une note de service du Lycée va être prochainement distribuée aux élèves stipulant les numéros à appeler (04.66.28.29.35 ou 0810.33.42.73) au cas où un bus ne passerait pas. Edgard s’est engagé à envoyer un car de substitution ou un taxi en fonction du nombre d’élèves concernés.
·         Voyages scolaires facultatifs :
La FCPE a fourni les textes de référence concernant l’utilisation des Chèques Vacances pour les voyages scolaires.
Elle a souhaité que le Lycée demande au plus vite son agrément à l’Agence Nationale des Chèques Vacances pour que les familles puissent en bénéficier dès cette année. Elle a regretté que cette démarche n’ait pas été entreprise depuis 2005.
·         ½Pension :
Compte tenu des remontées régulières que la FCPE reçoit de la part de parents mécontents des repas servis à la ½ pension, elle a informé Monsieur le Proviseur qu’elle a sollicité une entrevue auprès de la Directrice des Cuisines de l’Uzège, par courrier en date du 17 novembre.
·         Délégués de Parents FCPE aux Conseils de Classe :
La FCPE a regretté que la liste de ses représentants soit la seule à n’être toujours pas publiée sur le site du Lycée.

u Le Conseil d’Administration a eu lieu le 25 novembre.
Quelques points importants en résumé :
·          Commission Éducative : 1 siège est à pourvoir au titre des parents d’élèves.
Représentant FCPE : J.Claude MANCHON
Deux élèves siègeront comme le souhaitait la FCPE.
·          Budget prévisionnel 2012 – Service annexe d’hébergement :
La FCPE a demandé des explications quant à la baisse du chapitre R2 – Service annexe d’hébergement.
Madame la Gestionnaire l’explique par une diminution sensible d’internes. Interrogés, les élèves ont fait part des réactions de leurs camarades et imputent cette défection au manque de confort de l’internat.
·          Enseignements de Spécialité en Terminale à la rentrée 2012 :
Dans le cadre d’une offre de formation la plus variée possible, la FCPE a soutenue la demande des enseignants de voir organiser, dès la rentrée 2012 au Lycée, les nouveaux enseignements de la classe de Terminale (Droit et Grands Enjeux du Monde Contemporain en TL ; Sciences Sociales et Politiques en TES ; Informatique et Sciences du Numérique et l’option facultative d’Histoire-Géographie en TS).
Si ce n’était pas le cas, la FCPE a constaté qu’une fois de plus, ce seront les mêmes élèves, en Première cette année, qui continueront de subir les aléas de la mise en œuvre pour le moins chaotique de la Réforme du Lycée.
·          Sexualité :
Suite à la réunion du Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté du 22 novembre, des enseignants ont été stupéfaits des résultats de l’enquête menée par l’infirmière auprès des élèves de 2nde en 2010-11.
Le fait qu’ils montrent notamment, qu’un nombre très important d’élèves a des rapports sexuels non protégés, les conduit à demander que le Lycée prenne en charge l’achat de préservatifs et les mette à disposition au Service de Vie Scolaire et à l’Infirmerie.

u Abords du Lycée :
Suite au courrier de la FCPE au Préfet, auquel l’APDESU a adhéré, vous trouverez en PJ sa réponse. Pour la FCPE, ses engagements sont à la hauteur de ce qu’elle pouvait espérer. Il n’en demeure pas moins qu’elle restera particulièrement vigilante aux suites apportées.
FCPE de l'Uzège : Flash Info n°15 dans Associations de Parents pdf Lettre Préfet
Système éducatif

Bulletin Officiel n° 38 du 20 octobre 2011
·         Baccalauréat général et technologique : définition des épreuves de langues vivantes, de langue vivante approfondie et de littérature étrangère en langue étrangère en série L à compter de la session 2013 (lire).

Conseil Départemental de l’Éducation Nationale du 15 novembre 2011 :
·          Le représentant du Conseil Général en charge des Collèges s’est inquiété du fait que l’Inspection Académique puisse prévoir des divisions à plus de 30 élèves. Pour les projets de nouveaux collèges, la limite avait été fixée en concertation à 30. Il a relevé la possibilité de problèmes de salles, y compris dans les collèges les plus récents, qu’il faudrait alors imputer aux services de l’État et non à la gestion de la collectivité territoriale.
·          L’Inspection Académique a présenté un projet de modification de la sectorisation en lycée pour les élèves des communes du sud de Brignon. Certains élèves dont le lycée d’affectation est actuellement Charles Gide à Uzès, seraient orientés vers le lycée Hemingway à Nîmes. Selon l’administration, cette modification aurait le double avantage de diminuer les effectifs au lycée d’Uzès et d’augmenter les effectifs du lycée Hemingway qui sont en forte baisse.
La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès déplore le manque de concertation en la matière et l’objectif purement comptable de cette décision. Pour elle, si la révision de la carte scolaire du Lycée Gide est une nécessité, elle doit se faire dans l’intérêt des élèves et notamment dans la perspective de diminuer leur temps de transport. D’autres dispositions doivent être envisagées !…

Fraude au Bac S 2011 :
Selon une dépêche de l’AFP du 25 novembre, les accusations se dissipent autour du principal suspect, l’enquête s’orientant vers la piste d’une blague de potache.
Le juge a considéré que ce lycéen de terminale S, qui a finalement eu son bac avec mention, ne pouvait être certain d’être en possession du véritable sujet du bac. Cet élève a également été blanchi par l’enquête disciplinaire de l’université Paris-Ouest/Nanterre, où il s’est inscrit.
Même si le parquet fait appel de la décision, cette affaire se dégonfle lamentablement. La FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès ne peut être indifférente aux conséquences subies par un certain nombre de lycéens de Charles Gide que ses nombreuses interventions de juillet, aux côtés des parents, n’ont pas surmontées.

Conseil Local

Le prochain Conseil Local FCPE des Collèges et Lycées d’Uzès se réunira le jeudi 08 décembre à 20h30 à la MJC Place de Verdun 30700 – Uzès.

parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble
pour être informés régulièrement
REJOIGNEZ la fcpe
Collèges et Lycées d’Uzès
fcpe30700@gmail.com

Evaluation des enseignants : La réforme appliquée à la rentrée 2012

Les syndicats face à la nouvelle évaluation

Au rejet plus ou moins violent des syndicats d’enseignants, s’oppose pour le moment le silence des syndicats de cadres. « Totalement inacceptables », pour le Snes, le Snep et le Snuep, les projets de texte sont vivement critiqués. « Ce qui deviendra de fait premier, ce n’est plus le cœur du métier, la capacité de l’enseignant à faire acquérir savoirs et compétences à ses élèves, mais tout ce qui est périphérique à l’acte d’enseigner », écrit le Snes. « Cela changera le sens du métier d’enseignant mais aussi le rôle de l’Ecole envers les élèves, dans la mesure où l’appropriation et la maîtrise de savoirs, l’acquisition de compétences seraient minimisées ». Le syndicat fait allusion au fait que l’inspection n’évaluera plus. Il dénonce aussi « le gel des promotions jusqu’en 2015″ du fait du changement de système d’avancement.

 

Interrogé par le Café, Guy Barbier du Se-Unsa, estime ces textes « pas acceptables ». « On est attaché au regard croisé IPR – chef d’établissement. Ce dernier a son mot à dire dans certains aspects mais le regard pédagogique ne peut venir que de l’inspection. Comment le chef d’établissement pourrait-il apprécier les compétences disciplinaires comme le demande le texte ? C’est aberrant ». Le Se-Unsa rappelle quand même les défauts du système actuel : irrégularité des inspections, absence de critères objectifs et connus.

 

Le Sgen « salue la disparition de l’inspection individuelle » et demande de « déconnecter la question de l’évaluation des modalités d’avancement… Il est inacceptable qu’avec le nouveau système les personnels soient perdants dans le déroulement de leur carrière ».

 

Les syndicats de chefs d’établissement et d’inspecteurs n’ont pas encore réagi aux projet d’arrêté. En février 2011 ils avaient jugé négativement l’entretien d’évaluation des enseignants annoncé par J Théophile. « Le Snpden, premier syndicat de chefs d’établissement, ne voyait pas comment techniquement il sera possible de passer de la gestion de masse des enseignants à une gestion individuelle. P Roumagnac, pour le SIEN, syndicat d’inspecteurs, disait : « le fait de mener de tels entretiens ne s’improvise pas et ni les chefs d’établissement, ni les inspecteurs ne sont formés pour cela. La généralisation brutale de la démarche apparait donc totalement contre-productive ».

Communiqué Snes

En février 2011

 

Changer l’évaluation pour bloquer les carrières ?

Dans ce domaine comme dans d’autres, le ministère vise-t-il avant tout les économies ? La question peut être posée en reconstituant le déroulé des carrières tel que le prévoit le projet de décret. Sur ce graphique l’axe de gauche correspond aux années.

Evaluation des enseignants : La réforme appliquée à la rentrée 2012  dans Actualités 1611111 

A l’ancienneté, dans le système actuel il faut 12,5 ans pour atteindre le 8ème échelon. Il en faudra 15 avec le nouveau. Au grand choix, une carrière théorique dure 16 ans et 9 mois aujourd’hui. Elle nécessiterait 25 ans avec la nouvelle évaluation. C’est une énorme masse salariale d’économie potentielle et un coup d’arrêt à l’augmentation de la masse salariale par l’effet GVT.

 

Evaluation des enseignants : Le Snes appelle à la grève

snes111 dans ActualitésJugés « inacceptables », les projets de textes sur l’évaluation des enseignants font se mobiliser le Snes. Le 15 novembre il annonçait son intention de « réagir avec puissance et détermination ». Dans une déclaration à l’AFP, le 16, Daniel Robin, co-secrétaire général, appelle à la grève le 12 ou le 13 décembre. « Nous appelons les enseignants à limiter strictement leurs tâches à l’enseignement » a ajouté D. Robin. Le Snes est le premier syndicat dans l’enseignement secondaire.

 

Les autres syndicats d’enseignants manifestent leur irritation. L’Unsa education, sous la plume de son secrétaire général, Patrick Gonthier, demande une véritable négociation et rejette les deux textes. « Sur le fond, le projet ministériel exclut de fait les personnels d’inspection pédagogique du second degré de l’évaluation en leur substituant en totalité les chefs d’établissement, y compris sur les problématiques spécifiquement liées à l’enseignement et à la didactique des disciplines », écrit-il. « Surtout, elle bouleverse de manière fondamentale l’organisation des déroulements de carrière. Le projet ministériel est d’abord l’occasion de réaliser des économies budgétaires sur la rémunération des enseignants des écoles, collèges et lycées en les alignant sur le rythme d’avancement le plus défavorable, alors qu’ils sont toujours en attente d’une réelle revalorisation des carrières ».

 

La CGT juge les textes inacceptables et y voit « l’instauration du mérite comme mode de gestion ». Le Snuipp « s’opposera à une conception managériale basée sur un mérite largement arbitraire qui entrainerait individualisme et division des équipes. Il est également hors de question que l’évaluation ne se réduise à un contrôle administratif et à une opération de classement des enseignants. Il portera le projet d’une évaluation formative qui soit une aide au développement professionnel ». Quant au Sgen il parle de « rupture de confiance ». « L’absence de projet ambitieux pour le système éducatif associé à la gestion de coups médiatiques faisant office de politique aboutit à une rupture de confiance renforcée par l’instrumentalisation des débats éducatifs ».

 

Luc Chatel affirme qu’il « n’est pas question de prendre en catimini un décret, un arrêté sans qu’il y ait eu de concertation ».

Dépêche AFP

Communiqué unsa

Snuipp

Les projets de textes

 

 

Evaluation des enseignants : Vers une grève unitaire le 15 décembre

18F_RoletL’intersyndicale du second degré s’est réunie le 17 novembre. Elle se reverra le 21 au même moment qu’une réunion de l’intersyndicale du premier degré. On s’achemine bien vers une grève unitaire.

 

« On a une analyse commune sur la méthode et le fond de ces textes », nous dit Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, à la sortie de la réunion de l’intersyndicale du second degré, faisant allusion au décret et à l’arrêté sur l’évaluation des enseignants publiés le 15 novembre par le Café. L’intersyndicale réunit les syndicats Fsu (Snes, Snep, Snuep), le Sgen, le Se Unsa, FO, le Snalc, Sud et la Cgt. « C’est une vision inacceptable de l’éducation qui se dessine ». L’intersyndicale a décidé la diffusion d’une pétition commune lundi 21. « L’appel à la grève se dessine », nous dit F. Rolet et devrait être décidé lundi. L’intersyndicale a lancé un appel pour une action commune à l’intersyndicale du premier degré.

 

Selon Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, l’intersyndicale du premier degré (Snuipp, Se Unsa, Sgen) se réunira effectivement lundi. « On pense que le sujet, c’est à dire l’annonce de nouvelles suppressions de postes, les 3000 Rased dans le viseur, les salaires et la nouvelle évaluation des enseignants, est de nature à amener une réaction commune face au torpillage de l’école ».

Les projets de textes sur l’évaluation des enseignants


 

 

12345...25

recitsdautrefois |
loupian-demain pour vous |
Pour GREPIAC, du Dialogue à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenfantestadulte
| deci-dela
| BONNES NOUVELLES